Macron ou Hamon, les ministres pourront bientôt choisir

François Hollande s'inquiète de la montée en puissance du FN et considère les primaires comme un échec. [Prachatai/Flickr]

Les ministres français pourront soutenir ouvertement un candidat à l’élection présidentielle à partir du 24 mars, a annoncé le président François Hollande, alors qu’Emmanuel Macron engrange progressivement des soutiens chez les socialistes.

Le président français n’a pas confirmé que ses déclarations sur la nécessité d’empêcher le Front national d’accéder au pouvoir pouvaient être entendues comme un feu vert à ceux qui voudraient soutenir Emmanuel Macron, que les sondages désignent comme le rempart le plus efficace face à la candidate du Front national.

« Ça, c’est la réponse en terme électoral qui peut être évoquée mais ce n’est pas ce que je veux souligner en ce moment », a répondu le chef de l’État à cette question lors d’une conférence de presse au Conseil européen, à Bruxelles. « La réponse qu’il faut faire, c’est une réponse politique au sens d’aller jusqu’au bout dans la dénonciation des propos du Front national. »

Macron devance Le Pen dans un sondage

Emmanuel Macron, en forte hausse dans les intentions de vote pour la présidentielle, dépasse Marine Le Pen pour la première fois dès le premier tour dans une enquête Harris Interactive.

Des membres du gouvernement et de la majorité ont exprimé publiquement leur soutien à Emmanuel Macron, leur inclination ou leur hésitation, d’autres le faisant sous le sceau de l’anonymat, en soulignant notamment le risque d’une victoire de Marine Le Pen.

Les Européens inquiets

Prié de dire si ses homologues européens s’inquiétaient de la prééminence de cette dernière dans les sondages, François Hollande a répondu : « Est-ce qu’il y a de l’inquiétude ? Oui. Mais il y a de l’inquiétude parce qu’il y a présence de l’extrême droite partout en Europe à des niveaux élevés. »

À la question de savoir pour qui il voterait, le président a répondu sur le ton de la plaisanterie : « Je vous répondrai plus tard ».

Les membres du gouvernement pourront quant à eux exprimer leur soutien publiquement à partir du 24 mars.

« J’ai fixé clairement les choses puisqu’il y a eu un conseil des ministres mercredi », a déclaré François Hollande. « Le 17 mars, il y aura les candidatures qui seront non pas simplement déclarées mais qui seront autorisées […], c’est à partir de là que les personnalités politiques… et notamment à partir du 24 puisqu’il y aura la possibilité pour des ministres de faire campagne […], qu’ils pourront dire ce qu’ils veulent faire dans cette période très importante qui est le choix du prochain président de la République. »

Quiz : pour qui voter à la présidentielle ?

Euractiv a examiné les positions des candidats à la présidentielle sur l’Europe. Faites ce test pour identifier vos affinités avec les positions des uns et des autres.

Les primaires, un échec

François Hollande a par ailleurs estimé que « les primaires constituent un échec pour cette élection présidentielle et pour la Vème république » lors d’un Conseil des ministres, le 8 mars.

« D’ailleurs, les candidats des partis de gouvernement, issus des primaires, ont tous les deux un problème de crédibilité. L’un, un problème personnel; l’autre, avec son programme », a poursuivi le chef de l’État, dans une allusion à François Fillon (Les Républicains) et au candidat socialiste, Benoît Hamon.

Au Parlement européen, Fillon éclate la droite française

Si certains eurodéputés LR soutiennent encore François Fillon, une majorité a tourné la page, dont le poids-lourd Alain Lamassoure.

Le vainqueur de la primaire socialiste élargie, décidée par le Parti socialiste en juin, doit faire face ces dernières semaines à une fronde d’une partie des élus PS, qui se sont affranchis du résultat de la primaire pour apporter leur soutien à Emmanuel Macron (En Marche!).

Une attitude réprouvée par le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, qui a affirmé jeudi dans Le Parisien qu’il n’était « jamais bon de s’asseoir sur un vote ».

Hamon veut gérer la zone euro sans le Parlement européen

Un traité international entre les pays de la zone euro pour renforcer le contrôle démocratique : telle est la proposition phare du candidat socialiste sur l’UE. L’inspiration souverainiste du projet, qui charge les parlementaires nationaux de ce contrôle, fait tiquer à gauche.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.