Macron voudrait une TTF européenne qui s’applique au Royaume-Uni

Emmanuel Macron s’est dit « favorable à la taxe sur les transactions financières ».

Le candidat s’est dit favorable à la taxe sur les transactions financières au niveau européen, mais à condition qu’elle s’applique à la Grande-Bretagne, si celle-ci a accès au marché européen.

Interrogé sur les mesures financières qu’il proposerait au niveau européen s’il accédait à l’Élysée, Emmanuel Macron s’est dit « favorable à la taxe sur les transactions financières ». « Mais je veux savoir quel est le point d’arrivée de la négociation sur le Brexit. Mettre cette taxe sur les pays de la zone euro et pas en Grande-Bretagne serait une folie », prévient-il.

La stratégie européenne d'Emmanuel Macron est-elle la bonne?

Le candidat d’En Marche! défend l’idée d’une accélération de l’ajustement unilatéral de la France pour obtenir de l’Allemagne des concessions futures sur l’intégration. Un pari risqué et dangereux. Un article de notre partenaire, La Tribune.

« Soit on en fait une condition préalable à l’accès au marché européen des services financiers, soit on s’assure que la Grande-Bretagne n’a pas le passeport financier et n’a pas accès à nos marchés », a précisé l’ancien ministre de l’Économie.

En outre, « au sein de la zone euro, je suis favorable à une harmonisation de la fiscalité pour l’impôt sur les sociétés et pour la fiscalité des personnes », ajoute-t-il.

Le fondateur d’En Marche! veut aussi « que l’on ait dans les règles de base, au-delà du budget de la zone euro, des conditions très strictes de suppression des conventions bilatérales avec tous les paradis fiscaux et d’harmonisation de l’impôt sur les sociétés ».

« Je suis aussi favorable à une harmonisation sociale au niveau de l’Union », conclut Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron fait la cour à Berlin

Le candidat le plus ouvertement pro-européen a engrangé le soutien de Sigmar Gabriel, ministre allemand social-démocrate aux Affaires étrangères, mais a aussi rencontré la chancelière Angela Merkel lors d’une visite à Berlin.