Matteo Salvini, le chasseur de migrants de la Ligue du Nord

epa06380734 Northern League (Lega Nord) party leader Matteo Salvini attends a demonstration against the 'Ius soli', in Rome, Italy, 10 December 2017. Ius Soli (meaning 'right of the soil'), commonly referred to as birthright citizenship, is the right of anyone born in the territory of a state to nationality or citizenship. EPA-EFE/ANGELO CARCONI

En Italie, le jeune patron de la Ligue du Nord flirte avec l’extrême droite classique pour hisser haut son parti dans les sondages. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Ses amis l’appellent « le Capitaine ». En campagne, il arbore des tee-shirts « Stop invasione ! » contre l’immigration ou lâche des slogans contre l’euro, « un crime contre l’humanité ». La démarche un peu rustre, le verbe violent, Matteo Salvini est l’homme dont parle toute l’Italie. Avec inquiétude, le plus souvent.

À 45 ans, il est en passe de ramener la Ligue au pouvoir. Elle était au plus bas, 4,1 %, lorsqu’il en a pris les rênes en 2013. Salvini a imposé son style bulldozer. Dans une Italie frappée par la crise économique et migratoire, l’angle était tout trouvé : sécurité et immigration.

L’agenda européen croule sous les élections à risque en 2018

Les dirigeants de l’UE ont le regard tourné vers les élections cruciales qui marqueront 2018 : en Italie, en République tchèque, en Hongrie, et en dehors des frontières, en Russie. Un article d’Euroefe.

« Il a tout fait pour transformer son parti en Ligue nationale, sur le modèle de Marine Le Pen », explique Ilvio Diamanti, historien de ce parti né dans les années 1980. Oublié le Che de sa jeunesse bourgeoise à Milan, oubliées ses seize années d’inscription à la fac d’histoire sans finir sa licence. Salvini bazarde le folklore sécessionniste et se rue sur l’urgence migratoire.

>> Lire la suite sur l’Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.