La popularité de Schulz dégringole

Martin Schulz et Sigmar Gabriel, personnalité politique la plus appréciée des Allemands. [SPÖ Presse und Kommunikation/Flickr]

Le leader des sociaux-démocrates allemands n’a plus la cote. Moins d’1 allemand sur 3 a une opinion favorable de lui.

Un nouveau sondage, mené pour la première chaine de télévision publique allemande, ARD, révèle la popularité au plus bas de Martin Schulz, ancien président du Parlement européen rentré en Allemagne pour mener le SPD face à Angela Merkel lors des élections de 2017.

Son prédécesseur à la tête du parti social-démocrate, Sigmar Gabriel, est au contraire la personnalité politique allemande la plus populaire du moment, avec 62 % d’opinions favorables.

Le 3 janvier, la chancelière, Angela Merkel, a rencontré les dirigeants de l’Union chrétienne-sociale (CSU), de centre droit, et le SPD, afin de préparer les négociations de coalition qui débuteront le 7 janvier.

Sans le sondage, Sigmar Gabriel est suivi du coprésident des Verts, Cem Özdemir (53 %) et d’Angela Merkel (52 %). 52 % des Allemands se sont également prononcé en faveur du maintien d’Angela Merkel à la chancellerie.

[ARD]

En ce qui concerne les intentions de vote, l’alliance CDU/CSU en récolte 33 %, soit une progression de 1 %, alors que le SPD reste à 21 %. La controversée AfD se situe à 13 %, suivi des Verts, 11 %. La gauche perd un point et se situe à présent à 9 %.

En cas d’échec des négociations de coalition, 54 % des sondés souhaiteraient l’organisation de nouvelles élections, alors que 42 % d’entre eux préfèreraient la création d’un gouvernement minoritaire.

En ce qui concerne Angela Merkel, ils sont 49 % à estimer qu’elle devrait terminer son mandat de quatre ans et 45 % à penser qu’elle devrait se retirer au profit d’un successeur.

Ils sont cependant pas moins de 64 % à trouver qu’elle est une « bonne chancelière », mais 75 % à indiquer qu’il est temps que la direction du Parti chrétien-démocrate (CDU) soit renouvelée.

 

Press articles

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.