Le FDP pourrait compromettre toute avancée sur le budget de la zone euro

Angela Merkel pourrait devoir revoir ses ambitions pour l'UE.

Si les conservateurs du CDU forment une coalition avec le parti libéral, Angela Merkel et Wolfgang Schäuble devront revoir leurs projets concernant le Mécanisme européen de stabilité. Un article de notre partenaire, Der Tagesspiegel.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble (chrétien-démocrate, CDU), a prévu de parler de l’avenir de l’UE lors d’un discours, le 28 septembre, quatre jours après les élections. Il est fort probable qu’il fasse référence au président français, Emmanuel Macron, qui présentera également sa vision de l’Europe la semaine prochaine.

Quelle que soit l’issue du scrutin, il ne fait aucun doute que la conciliation des pays du sud et du nord de la zone euro continuera à occuper les ministres des Finances. Il n’est par contre pas dit que Wolfgang Schäuble continuera à gérer les finances allemandes après le vote du 24 septembre. En effet, Christian Lindner, qui dirige le parti libéral FDP, a déjà indiqué que si son parti entrait dans une coalition avec le CDU, il revendiquerait ce poste.

À Bruxelles, le FDP, qui faisait partie de la coalition gouvernementale entre 2009 et 2013, a laissé peu de bons souvenirs : plusieurs de ses représentants s’étaient en effet opposés au paquet de sauvetage de la Grèce lors du vote parlementaire.

Et la position du parti vis-à-vis de la Grèce n’a fait que se durcir depuis. En mai 2012, son président, Rainer Brüderle, avait appelé à une sortie de l’euro pour le pays endetté. Les remarques de Christian Lindner depuis le début de la campagne confirment cette attitude. Le dirigeant du parti estime toujours que la Grèce devrait sortir de l’euro, tout en restant dans l’UE. Il est également peu convaincu par le projet français de mettre en place un budget pour la zone euro.

Daniel Gros, directeur du Centre for European Policy Studies (CEPS), à Bruxelles, fait cependant remarquer que la situation actuelle de la Grèce ne peut pas être comparée à celle du début de la décennie. « À ce moment-là, il n’y avait pas d’autre option que le sauvetage. Aujourd’hui, un budget séparé pour la zone euro n’est plus impensable », estime-t-il.

Merkel et Macron s’allient sur l’avenir de l’UE

Paris et Berlin présenteront ensemble des propositions concrètes pour l’avenir de l’UE et la zone euro dans trois mois, a annoncé Emmanuel Macron.

Merkel, négociatrice implacable

En outre, Angela Merkel dispose aujourd’hui de plus de marge de manœuvre et pourrait se révéler une négociatrice implacable et défendre bec et ongles sa position vis-à-vis des autres dirigeants européens face à son nouveau partenaire de coalition, ajoute le spécialiste. Et elle risque d’en avoir besoin…

Le résultat des élections parlementaires, qui désignent également le chancelier, aura aussi un impact sur l’avenir du Mécanisme européen de stabilité (MES). Angela Merkel et Wolfgang Schäuble projettent de faire du mécanisme un Fonds monétaire européen, auprès duquel les pays en crise pourraient obtenir un prêt en échange de réformes.

Si le CDU s’allie au FDP, ce projet serait probablement être remis en cause. Udo Bullmann, eurodéputé social-démocrate, estime que les libéraux continueront sur leur lancée en termes de politiques européennes. « Ils feront preuve d’ignorance, et non d’expertise », prévoit-il.

« Alors que la moitié de l’Europe discute de l’introduction d’un budget commun à la zone euro et du renforcement du MES, afin d’éviter les crises, le FDP veut tout simplement abolir le MES », regrette l’eurodéputé.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER