Présidentielle. Les Républicains désigneront leur candidat(e) en novembre

« Soit un nom écrasera le match, au terme de ces deux consultations, soit il nous faudra sélectionner différemment, selon les critères retenus préalablement » , explique Christian Jacob, le patron du parti. [EPA-EFE/ETIENNE LAURENT]

Les Républicains désigneront leur candidat(e) en novembre. D’ici là, ils prévoient de sonder 15 000 Français de la droite et du centre. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Au cours cette rencontre, trois décisions ont été actées : celui ou celle qui défendra les couleurs et les valeurs du parti dans ce marathon vers l’Élysée sera connu(e) courant novembre. D’ici là, il reviendra à Jean Leonetti (maire d’Antibes) de travailler à un processus de sélection du ou de la meilleure candidate. Il soumettra sa stratégie au bureau politique et au conseil national de LR en septembre. Par ailleurs, un panel de 15 000 personnes, « se reconnaissant dans les valeurs de la droite et du centre », sera interrogé en septembre et en octobre par l’Ifop.

ENTRETIEN. Michel Barnier : « Le temps n’est pas à la présidentielle »

L’ancien négociateur de l’Union européenne sur le Brexit entame une tournée de trois jours en Bretagne, où il vient soutenir les candidats Les Républicains engagés dans les élections régionales.

« Soit un nom écrasera le match, au terme de ces deux consultations, soit il nous faudra sélectionner différemment, selon les critères retenus préalablement » , explique Christian Jacob, le patron du parti. Une primaire est-elle envisageable, faute de candidat incontestable ? Plusieurs la réclament. Christian Jacob est plutôt sur le frein. « Les divisions nous ont conduits à l’échec en 2017. Le rassemblement doit primer. »

Oubliés donc le psychodrame en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les claquements de porte d’Hubert Falco (Toulon) et de Christian Estrosi (Nice), les déclarations si clivantes de Guillaume Peltier ? « Il y a très peu de différences entre nous », assure Christian Jacob. Vraiment ?

Présidentielle. Les fonctionnaires de plus en plus enclins à voter pour Marine Le Pen

Les agents de la fonction publique seraient, selon un sondage, de plus en plus enclins à voter pour Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer