Quatre candidats Verts pour deux têtes de listes aux européennes

01330cc9ec7e2b00cce7d83ac1a0d13e.jpg

Les primaires des Verts, ouvertes à tous les Européens à sensibilité écolo, sont lancées. Quatre eurodéputés briguent la tête de liste pour les européennes en mai 2014.

Le Parti vert européen (PVE) vient d'annoncer le 7 novembre ses quatre candidats aux primaires : le syndicaliste José Bové (France), la coprésidente du Parti vert européen Monica Frassoni (Italie), la coprésidente du groupe politique au Parlement Rebecca Harms (Allemagne) et l'eurodéputée Ska Keller (Allemagne).

José Bové est sans doute le candidat le plus célèbre, mais tous les autres concurrents bénéficient également d'un soutien fort dans leur pays natal, selon des sources du parti. Ska Keller a été désignée par la Fédération des jeunes verts européens. Son profil attire les jeunes dans le vote en ligne.

Les candidats devaient obtenir le soutien d'une organisation membre des Verts européens et d'au moins quatre partis nationaux. Monica Frassoni a été plébiscitée par 5 partis membres, Rebecca Harms et Ska Keller par 7. José Bové arrive en tête avec le soutien de 8 partis.

Le PVE impose que les deux candidats proviennent de différents partis nationaux. Rebecca Harms et Ska Keller ne pourront donc pas se présenter en tandem. Même si un homme et une femme sont généralement à la tête des Verts, rien n'empêche que le duo soit constitué de femmes.

Les votes viennent de démarrer

Les Verts se sont rassemblés à Bruxelles pour décrire les grandes lignes de leur campagne électorale. Le 9 novembre, les membres du parti ont commencé à mettre sur pied un manifeste commun qui devrait être finalisé dans les mois à venir. Ce document sera adopté lors de la convention électorale les 21 et 23 février.

Le lendemain, le parti a lancé les votes en ligne. Les Européens « qui partagent les valeurs des Verts » peuvent voter en ligne après avoir coché une case confirmant qu’ils acceptent ces valeurs. Les votes en ligne se clôtureront le 28 janvier 2014. Le tandem à la tête la campagne sera annoncé peu après.

Les Verts européens ont annoncé en septembre qu'ils allaient lancer des « primaires ouvertes ». Ils se vantent ainsi d'être le seul parti à organiser des primaires réelles en vue de désigner leur candidat au prochain poste de président de la Commission européenne. « Aucun autre parti ne s'est lancé dans ce type de procédure à l'échelle européenne », a déclaré le coprésident allemand du PVE Reinhard Bütikofer.

Tous les partis sont engagés dans une procédure de sélection de leur candidat, dans l'espoir d'ouvrir le processus de sélection pour le successeur de José Manuel Barroso. Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE éliront le prochain président « en tenant compte » des résultats des élections à la suite d'une consultation avec le Parlement. Les eurodéputés auront le dernier mot lors d'un vote en séance plénière.

>> Lire : Les partis européens en ordre de bataille pour désigner leurs candidats

Cette procédure est la première du genre depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Elle vise à augmenter le taux de participation et à politiser davantage les élections. Des chefs d'États européens ont toutefois critiqué l'initiative des partis. Angela Merkel, la chancelière allemande, a par exemple déclaré que « de nombreux éléments seront à prendre en considération et de nombreuses décisions seront prises » dans le choix des hautes fonctions de l’UE. Herman Van Rompuy, a pour sa part affirmé à plusieurs reprises que les campagnes des partis créaient de « fausses attentes ». 

Les élections européennes seront organisées dans tous les États membres en mai 2014. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, prévoit que le Parlement européen élira le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil qui tiendra compte des élections européennes (Article 17, alinéa 7 du TUE).  Cette disposition s'appliquera pour la première fois dans le cadre des élections de 2014.

Le Parlement européen et de nombreux spécialistes ont incité les partis à désigner leur tête de liste pour les campagnes électorales. Les élections européennes seront de facto une course à la présidence de la Commission. Les campagnes pourraient être plus politisées et le taux de participation des électeurs pourrait grimper.

>> Lire le LinksDossier : Élections européennes 2014 : ce qui va changer

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER