République tchèque : réélection de M. Klaus saluée à Bruxelles [FR]

barroso_looks_aside.jpg

Le président sortant eurosceptique, Václav Klaus, a été réélu président de la République tchèque vendredi 15 février. Cette réélection a été officiellement saluée par la Commission européenne, moins d’un an avant que le pays ne prenne la présidence de l’UE.

M. Klaus, le président sortant conservateur, a été réélu par le Parlement pour un mandat de cinq ans par 141 votes contre 111 pour Jan Švejnar, un citoyen américain considéré comme un pro-européen et enseignant les sciences économiques à l’Université du Michigan.

Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a fait part de ses plus sincères félicitations, affirmant qu’il avait hâte de travailler avec le président pour construire le projet européen.

Lors d’une annonce, M. Barroso a déclaré que cette élection survient à un moment crucial, dans la mesure où la République tchèque doit prendre la présidence du Conseil de l’Union européenne en 2009. Il compte sur l’engagement du pays à l’effort commun pour préserver les valeurs européennes et faire face aux défis auxquels est aujourd’hui confrontée l’Europe. 

M. Klaus s’est souvent opposé au transfert de compétences à l’UE, qu’il considère comme étant trop « centralisée ». Il a été un fervent opposant au défunt traité constitutionnel de l’UE et a ainsi adopté une ligne dure lors des négociations relatives au traité de Lisbonne (EURACTIV 18/04/07). M. Klaus a également fait les gros titres pour avoir déclarer que le réchauffement climatique est un « mythe », au moment où l’UE fait de la lutte contre le changement climatique sa principale priorité politique.

Le parti PPE-DE de centre droit, le plus important groupe politique au Parlement européen, a défendu M. Klaus comme un partisan du projet européen, rappelant que la candidature de la République tchèque à l’UE dans les 1990 avait été introduite par son gouvernement.

D’après Joseph Daul, président du groupe PPE-DE, les longues discussions et les négociations politiques sont désormais terminées. Il a déclaré que le groupe était satisfait que la République tchèque ait enfin un président.

Rappelant que la candidature de M. Klaus avait été soutenue par deux membres du PPE-DE (le Parti démocratique civique (ODS) et un vaste majorité des chrétiens démocrates), M. Daul a déclaré que son groupe était prêt à coopérer avec le gouvernement de M. Klaus et Mirek Topolánek pour préparer la présidence tchèque au premier semestre de 2009.

Le rôle du président tchèque est principalement honorifique, dans la mesure où le Premier ministre est chargé du fonctionnement du pays. Néanmoins, il a le pouvoir de contester des lois en les renvoyant au Parlement. Il est également responsable de la nomination des banquiers centraux et des juges.

Subscribe to our newsletters

Subscribe