Davos conseille d’abaisser l’âge du vote à 16 ans

Le centre des congrès à Davos, où se réunissent cette semaine des représentants politiques et industriels du monde entier. [EPA-EFE/Gian Ehrenzeller]

Abaisser la majorité électorale à 16 ans pour les élections européennes de 2019 : une initiative de renouvèlement du Vieux Continen doit être présentée le 24 janvier au forum de Davos.

L’initiative pour le renouvèlement de l’Europe, rédigée par le Forum économique mondial après avoir consulté jeunes, entreprises, politiques et universitaires, soutient que les jeunes de 17 ans iront probablement plus voter que ceux qui ont entre 18 et 24 ans, et que les citoyens « qui commencent à voter tôt ont plus tendance à continuer à voter ».

L’Autriche est le seul pays de l’UE à laisser voter les jeunes de 16 ans lors des élections nationales. En Écosse, ces jeunes ont cependant eu le droit de s’exprimer lors du référendum sur l’indépendance en 2014 et lors des élections parlementaires.

L’idée d’abaisser l’âge du vote dans les 27 pays de l’UE qui organiseront les élections européennes de 2019 est soutenue par le Parlement européen, mais exigerait qu’une majorité des gouvernements de l’UE approuve une modification de la loi électorale.

L’UE est fortement représentée au forum de Davos. Jean-Claude Juncker y participera cette année pour la première fois en tant que président de la Commission européenne, et Emmanuel Macron prendra la parole le dernier jour de la rencontre.

L’économie de la zone euro a progressé de plus de 2 % en 2017, et le chômage dans l’ensemble de l’UE est tombé à son plus bas niveau en neuf ans (8,7 % en janvier), mais le début de la quatrième révolution industrielle et les éventuelles pertes d’emplois qui pourraient y être associées devraient dominer un grand nombre des réunions en marge du forum de Davos.

De fait « la période de transition s’annonce difficile. Jusqu’ à 32 % de la main-d’œuvre allemande pourrait devoir changer de profession d’ici 2030 », prévient le rapport.

Face à la hausse des inégalités, Davos s’inquiète pour le futur de l’humanité

La reprise économique pourrait cacher le début d’une nouvelle grande crise, notamment fondée sur les inégalités, prévient le Forum économique mondial lors de son rapport annuel sur les risques dans le monde.

Ses auteurs proposent l’introduction d’un « droit universel d’apprendre » dans l’UE, offrant à tous les adultes européens des crédits annuels de formation pour aider les travailleurs vulnérables à s’adapter, aux frais des employeurs.

Dans le même temps, afin de faire face à la crise migratoire actuelle, l’UE devrait mettre en place une « politique migratoire paneuropéenne » visant à intégrer les migrants à la lutte contre les déficits de compétences dans les pays européens, estiment les spécialistes du forum.

Cette politique comprendrait également un « système de gestion des identités » dans le cadre duquel tous les demandeurs d’asile et réfugiés recevraient une carte biométrique, avec les données accessibles à travers le continent. Près de trois millions de personnes ont demandé l’asile en Europe entre 2015 et octobre 2017.

Accueillir les migrants, une décision économiquement pertinente

L’immigration représente une opportunité pour les pays riches, estime Philip Schellekens, auteur d’un rapport sur la démographie pour la Banque mondiale.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.