Un champion de boxe pourrait changer la donne lors des élections ukrainiennes

Vitaliy Klitschko.jpg

Selon un nouveau sondage, le parti libéral de style occidental mené par le champion de boxe poids lourd Vitali Klitschko a gagné en popularité et est passé à la seconde place juste derrière le parti du président, Viktor Ianoukovitch, en amont des élections législatives du 28 octobre prochain.

M. Klitschko, novice en politique, s'est montré très critique vis-à-vis de la gestion du pays par M. Ianoukovitch et a axé sa campagne sur la lutte contre la corruption dans cette ancienne république soviétique de 46 millions d'habitants.

Le Parti des régions de M. Ianoukovitch et ses alliés tentent de conserver la majorité au parlement qui compte 450 sièges pour confirmer leur place au gouvernement et préserver les intérêts des industriels et des grandes entreprises qui les soutiennent.

L'opposition est composée du parti Oudar (coup de poing) de M. Klitschko et une alliance qui comprend le parti Batkivchtchina (Patrie) de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko, aujourd'hui en prison.

Un sondage publié par la Democratic Initiatives Foundation lundi a révélé qu'Oudar remporterait 16 % des voix, derrière le Parti des régions à 23,3 %. L'alliance de l'Opposition unie, qui compte Batkivchtchina dans ses rangs, a rassemblé 15,1 % des intentions de vote.

M. Klitschko, un homme de deux mètres de haut âgé de 41 ans, est un champion de boxe poids lourd en fin de carrière. Il se présente aux élections législatives pour la première fois de sa vie.

Il a expliqué que ce sondage laissait entrevoir la possibilité d'un parlement divisé en deux.

« Je vous mentirais en vous disant que cela ne me réjouit pas. Je suis satisfait que la population nous soutienne de plus en plus. Il reste trois semaines et je pense que nous pourrons accroître notre base électorale encore davantage », a-t-il déclaré à Reuters lors d'une interview.

Dr Poing de Fer

M. Klitschko, qui a remporté 41 victoires sur 45 par KO et qui porte le surnom de Dr Poing de Fer, est aussi docteur en sciences du sport. Il a accusé le Parti des régions au pouvoir de ne défendre les intérêts que de la seule élite financière et industrielle.

Il a exclu toute coalition avec le Parti des régions à l'issue du scrutin. « Le Parti des régions a perdu sa réputation et nous estimons que tout lien avec ce parti est impossible », a-t-il affirmé.

Un sondage précédemment réalisé par la Democratic Initiatives Foundation, publié le 27 septembre, révélait 28,1 % d'intentions de vote pour le Parti des régions, 25,6 % pour l'Opposition unie et 11,5 % pour Oudar.

Un autre institut de sondage, l'entreprise marketing GfK, a lui aussi montré une hausse soudaine de la popularité d'Oudar avec un score de 17 %, contre 25 % pour le Parti des régions et 15 % pour l'Opposition unie.

Dans son interview de lundi, M. Klitschko, qui s'est entraîné en Allemagne pendant la plus grande partie de sa carrière de boxeur, a expliqué qu'Oudar souhaitait un régime politique ouvert fondé sur les normes démocratiques européennes.

« Les sondages montrent que les gens croient en nous […] Cela implique que plus de membres de notre parti politique seront représentés au parlement ukrainien. »

Son parti devrait à présent faire tout son possible pour s'approprier les voix des 18-20 % d'électeurs toujours indécis.

Conformément aux règles électorales introduites par le Parti des régions, la moitié des mandats du parlement (450 sièges) seront attribués dans le cadre d'un scrutin de liste et l'autre moitié dans les circonscriptions. Dans les circonscriptions, le Parti des régions semble être le favori.

La cote de popularité du gouvernement de M. Ianoukovitch a toutefois du plomb dans l'aile en raison de politiques fiscales et sur les retraites mal vues par la population.

Le parti a fait beaucoup d'efforts pour conserver ses bases électorales à l'est et au sud du pays en augmentant les salaires dans le secteur public, en adoptant une loi sur les droits des russophones et en rendant aux citoyens une partie de leurs économies perdues lors de la chute de l'Union soviétique en 1991.

Les élections du 28 octobre prochain font déjà l'objet de critiques de la part des observateurs étrangers qui citent une couverture médiatique biaisée et déplorent que Mme Timochenko, la principale opposante de M. Ianoukovitch, demeure en prison et ne puisse donc pas faire campagne.

L'année dernière, lors d'un procès que l'Union européenne et les États-Unis ont qualifié de procédure de justice sélective, Mme Timochenko, 51 ans, a été condamnée à sept ans de prison pour avoir abusé de son pouvoir en tant que première ministre lors de la conclusion d'un accord gazier avec la Russie en 2009. Elle rejette ces accusations.

Mme Timochenko était l'une des figures de la révolution orange de 2004, suite à laquelle le président actuel, Viktor Ianoukovitch, n'avait pu accéder au pouvoir. 

 

Roman Rukomeda, politologue à la fondation ukrainienne pour la démocratie People First, a déclaré :

 

« Vitali Klitschko est l'une des figures modernes de l'Ukraine qui s'est beaucoup investie sur le plan personnel en tant qu'athlète pour donner une image positive du pays dans le monde. Il est, sans exagération, une icône et un exemple pour de nombreux Ukrainiens. »

 

« Toutefois, la stratégie politique choisie par son équipe, à savoir transférer cette image positive du sport en politique, est trop risquée. Dr Poing de Fer ne deviendra pas forcément un homme politique couronné de succès. M. Klitschko risque par contre de mettre à mal sa réputation en raison du combat féroce et difficile en première ligue de la politique ukrainienne. »

L'Ukraine organisera des élections législatives le 28 octobre prochain.

L'ambassadeur de l'Ukraine auprès de l'UE, Konstantin Yelisieiev, a récemment expliqué qu'au moins quatre partis devraient passer la barre des 5 % et donc entrer au parlement : le Parti des régions du président Viktor Ianoukovitch, l'Opposition unie (le parti Batkivschyna de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko en coalition avec le Front pour le changement d'Arseni Iatseniouk), le parti Oudar du boxeur Vitali Klitschko, qui, selon l'ambassadeur, jouit de 11-12 % d'intentions de vote, et le Parti communiste.

Il a déclaré que deux partis étaient proche du seuil de 5 %, mais qu'ils ne l'atteindraient probablement pas : Svoboda, qu'il a qualifié de radical-nationaliste, et le parti libéral Ukraine - En avant ! de Natalia Korolevska qui est parvenue à recruter le footballeur mondialement connu Andriy Chevtchenko.

M. Klitschko, qui est le deuxième boxeur poids lourd de l'Histoire à avoir remporté le plus de combats par KO après Rocky Marciano, était à Bruxelles en mars dernier et a rencontré la presse. Il a déploré les divisions au sein de l'opposition ukrainienne et a affirmé que l'Occident devrait admettre que les élections ukrainiennes risquaient de ne pas être justes.

Subscribe to our newsletters

Subscribe