Une histoire de cocaïne s’invite au Parlement européen

alexander_alvaro.jpg

Des traces de cocaïne ont été retrouvées dans le sang de l'eurodéputé libéral allemand Alexander Alvaro. Il est impliqué dans un accident de voiture qui a causé la mort d'un jeune de 21 ans en février. Le vice-président du Parlement devrait démissionner, selon la presse allemande.

Les analyses sanguines de l'eurodéputé révèlent la présence de drogues dans son organisme, selon l'avocat Ulrich Bremer cité par le quotidien Bild.

La presse allemande s'est emparée de l'accident de voiture de M. Alvaro, qui est un des 14 vice-présidents du Parlement européen. Une reconstitution de la scène a eu lieu en septembre sur ordre du parquet de Cologne.

L'objectif était de découvrir ce qu'il s'est réellement passé en reproduisant la série d'évènements qui a entraîné la mort d’un jeune de Münster et fait trois blessés graves, dont l'eurodéputé allemand.

L'homme politique du Parti libéral-démocrate (FDP) conduisait son Audi A8 le 22 février lorsqu'il a percuté une Opel Vectra  sur une autoroute en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Aucune limite de vitesse n'est imposée sur cette voie rapide. Le jeune homme de 21 ans, éjecté de sa voiture, est mort sur le coup.

M. Alvaro a été plongé dans le coma après l'accident et hospitalisé pendant plusieurs mois, avant de revenir au Parlement en septembre. Dans le même temps, le procureur a demandé la levée de son immunité parlementaire.

M. Alvaro a récemment déclaré qu'il ne conduisait pas sous l'emprise de l'alcool ou de drogues, ce qui aggrave son cas.

L'eurodéputé devait rencontrer le président du Parlement, Martin Schulz, et le chef de file du groupe libéral, Guy Verhofstadt, selon le Berliner Morgenpost du 14 novembre. M. Alvaro devrait également démissionner.

EURACTIV a interrogé les trois hommes politiques, qui n'ont pas souhaité répondre pour l'instant.

Le parti libéral est décidemment sous les feux de l'actualité, puisque le commissaire au commerce, Karel de Gucht, est de son côté poursuivi par le fisc belge pour fraude fiscale.

L'utilisation de cocaïne au Parlement européen n'est pas un fait nouveau, selon des enquêtes de médias.

En 2005, la chaîne de télévision allemande Sat-1 a envoyé 46 reporters prélever des échantillons dans les toilettes et d'autres pièces des bâtiments du Parlement européen à Bruxelles. Presque tous les prélèvements étaient positifs à la cocaïne.

Des examens similaires réalisés dans des parlements nationaux ont conduit aux mêmes conclusions.

Subscribe to our newsletters

Subscribe