Le candidat de la droite européenne tend la main à Salvini

epa07150426 Manfred Weber au 23e congrès du Parti populaire européen (PPE) à Helskinki, en Finlande, le 8 novembre 2018. EPA-EFE/KIMMO BRANDT [EPA-EFE/KIMMO ]

Les socialistes et libéraux sont des alliés naturels du Parti populaire européen, de centre droit, dans les prochaines élections européennes, assure Manfred Weber. Qui n’exclut pas des alliances sur sa droite, potentiellement avec la Ligue de Salvini.

Si le S&D (socialistes) et l’ALDE (libéraux) sont des alliés « naturels » du PPE (centre droit), le Spitzenkandidat du parti pourrait même envisager un pacte avec la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite), si celui-ci abandonne le groupe de Marine Le Pen pour se joindre aux conservateurs du CRE.

« Pour nous, les partenaires [avec qui travailler] pour l’avenir de l’Europe sont les socialistes et les libéraux », a déclaré Manfred Weber le 9 janvier, au lancement de sa « tournée d’écoute », qui l’emmènera partout en Europe dans les mois à venir.

Il insiste cependant sur le fait que ce sont les citoyens européens, dans les urnes, qui auront le dernier mot, et n’exclut donc pas d’alliance avec d’autres groupes politiques.

« L’invitation est adressée à tous », a-t-il assuré, précisant cependant que le PPE ne s’allierait qu’avec les groupes qui partagent ses valeurs pro-européennes et ne s’opposent pas frontalement à l’UE.

Le groupe se penchera donc sur de possibles alliances au cas par cas. « Tout n’est pas blanc ou noir », estime l’Allemand, qui souligne que dans les mois à venir certains partis commenceraient un « processus de clarification » et se poseront la question de possibles partenaires au sein du Parlement européen, après le scrutin de mai.

Message au CRE

En marge du briefing aux journalistes de Bruxelles, Manfred Weber a eu des mots élogieux pour le groupe des Conservateurs et réformistes européens (CRE). La formation a été créée par les conservateurs britanniques après les élections européennes de 2009 pour proposer une alternative au PPE plus critique de l’UE. Avec le Brexit, le groupe devrait cependant se déplumer substantiellement.

Depuis les dernières élections, les législateurs du CRE ont généralement collaboré avec le PPE et ont plus souvent approuvé des textes que les Verts, fait remarquer le Spitzenkandidat. Celui-ci a aussi salué le travail du parti national-conservateur polonais, le PiS, actuellement au pouvoir, pour ses négociations avec le Conseil.

Le président du PiS, Jarosław Kaczynski, vient justement de rencontrer Matteo Salvini. Pour Manfred Weber, ces échanges pourraient signifier que la Ligue italienne remplacerait le Parti conservateur britannique au CRE. Le groupe fait actuellement partie de l’Europe des nations et des libertés, comme le Rassemblement national français.

« Je ne peux imaginer que le dirigeant d’un pays, comme Matteo Salvini, ait intérêt à s’associer à quelqu’un qui s’oppose à l’euro et à l’UE dans son intégralité, comme Marine Le Pen », a-t-il poursuivi.

En visite en Pologne, Salvini veut faire croître son groupe parlementaire eurosceptique

Le Polonais Jaroslaw Kaczynski reçoit le 9 janvier à Varsovie le vice-Premier ministre italien, le nationaliste Matteo Salvini, dans le but de créer un nouveau groupe de partis euro-critiques au Parlement européen. Un article d’Euroefe.

Manfred Weber avait déjà semblé envisager un rapprochement avec Matteo Salvini dans une interview donnée en septembre à La Stampa : « Si je regarde le paysage politique européen aujourd’hui, je vois Salvini en Italie, Kaczynski en Pologne, les socialistes roumain et Orbán. Nous pourrions évidemment souhaiter autre chose, mais la réalité est là. Nous devons donc collaborer avec tout le monde et écouter tout le monde pour trouver une vision commune. Franchement, je ne pense pas que ça soit tellement difficile. »

Lancement de la campagne

En novembre, Manfred Weber a été nommé Spitzenkandidat du PPE après une victoire écrasante contre l’ancien Premier ministre finlandais, Alexander Stubb.

Les premières étapes de sa tournée européenne, toutes prévues en janvier, incluent Chypre, l’Espagne et la Lituanie.

L’intention de l’Allemand est de lancer une campagne à l’échelle européenne, mais il a déclaré qu’il ne voulait pas tenir uniquement un discours pro-européen, craignant que cela donne plus de crédibilité et de visibilité aux partis populistes.

« Oui, nous sommes pro-européens, mais nous voulons changer la direction » prise par l’UE, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était fier de ce que la Commission Juncker a accompli au cours du mandat actuel.

«La candidature de Manfred Weber est absurde»

Manfred Weber représente la CSU, un parti proche de Poutine, d’Orbán, et des forces anti-UE affirme la cheffe de file du groupe de la gauche radicale au Parlement européen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe