Yannick Jadot s’interroge sur les liens entre Fillon et Axa

Yannick Jadot

Le candidat écologiste à l’élection présidentielle, Yannick Jadot, a annoncé mardi qu’il allait demander aux députés écologistes de saisir le déontologue de l’Assemblée nationale sur les liens entre François Fillon et l’assureur Axa.

L’ex-Premier ministre, visé par une enquête préliminaire sur les activités présumées fictives de sa femme et de deux de ses enfants, a exercé une activité de conseil de 2012 à 2016 avec sa société 2F Conseil.

Lundi, lors d’une conférence de presse, il a assuré l’avoir fait « en toute légalité », et indiqué que l’assureur Axa figurait parmi ses clients. « Je vais demander aux députés écologistes de saisir le déontologue de l’Assemblée nationale », a déclaré mardi Yannick Jadot sur Europe 1.

Lobbying

« Monsieur Fillon (…) a travaillé pour Axa comme lobby sur une directive européenne qui doit évidemment rentrer dans le droit français (…) Pour moi c’est en dehors des clous », a-t-il ajouté.

A la question « considérez-vous que c’est un conflit d’intérêts ? », le candidat écologiste a répondu : « Bien sûr ». « Quand on est législateur, on ne peut pas en même temps intervenir comme lobby pour un intérêt privé. »

« Quand on travaille pour la société Axa et qu’on commence sa campagne en disant qu’on va dérembourser une partie des soins, je suis désolé, là aussi je considère qu’il y a des conflits d’intérêts », a-t-il poursuivi. L’avocat de François Fillon n’était pas joignable dans l’immédiat.

Interrogé par Reuters, un porte-parole du groupe Axa a confirmé que le groupe avait eu recours aux services de 2F Conseil « de mi-2012 à mi-2014 ». « C’était pour des missions de conseil stratégique sur les réformes structurelles aux niveaux européen et international », a précisé ce porte-parole, qui n’a pas souhaité faire de plus amples commentaires sur la nature précise de ces missions.

Sur LCI, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a elle aussi émis des interrogations sur la nature des liens existant entre le candidat de la droite et l’assureur Axa. « Le programme de monsieur Fillon, et notamment le programme de suppression de la Sécurité sociale, comme par hasard va exactement au bénéfice des grandes compagnies d’assurance », a-t-elle dit. « J’aimerais savoir s’il y a d’autres cas comme cela. »

>> Lire : Les conflits d’intérêts minent la campagne de Fillon, pas de Le Pen

« Moi ce que j’aurais aimé savoir (…) c’est qui sont les clients de sa société 2F Conseil, et là-dessus il n’a rien dit », a ajouté Marine Le Pen, estimant que François Fillon n’avait pas fait preuve de transparence sur ce sujet. « Ce que je voudrais c’est qu’on sache s’il y a des trafics d’influence ou des conflits d’intérêts. »

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.