Le gouvernement ne doit pas discréditer une élection déjà malmenée par l’abstention

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Alors que le gouvernement songe à supprimer l'envoi de courriers pour les élections européennes, Michèle Rivasi, eurodéputé du groupe Verts, s'insurge contre ce projet.
Michèle Rivasi est députée EELV au Parlement européen, membre du groupe des Verts, vice-présidente de l'Assemblée Parlementaire Paritaire Afrique Caraïbes Pacifique-UE.

Les électeurs ne se sentent pas représentés au niveau européen: il est temps que cela change pour contrer le scepticisme ambiant et le mensonge sur le véritable rôle de l'Europe dans la crise actuelle.

Les premiers responsables de la crise européenne sont les États (représentés par le Conseil de l'UE) et non les parlementaires européens qui se battent becs et ongles pour sauver un projet fondateur unique et indispensable à la paix entre les peuples. Mais cela, peu de médias le font savoir, faute – justement – d'une meilleure participation des eurodéputés au débat public national sur l'intérêt et l'avenir de l'Europe.

Et cela ne risque guère de s'améliorer puisque deux nouvelles sont tombées coup sur coup cette semaine: elles sont inquiétantes au plus haut point pour l'avenir de la représentation parlementaire européenne.

Premièrement, le projet de loi présenté en Conseil des ministres le mercredi 21 septembre dernier prévoit que la date limite de dépôt des candidatures sera fixée au vendredi 2 mai 2014 (soit seulement trois semaines avant la date des élections européennes, le 25 mai 2014).

Une telle échéance est hautement problématique. Tout d'abord car la durée de la campagne sera de fait écourtée, et par conséquent les partis politiques n'auront pas les moyens de conduire une campagne électorale ambitieuse et réussie. Cela permettra par ailleurs aux malheureux candidats des municipales de se rattraper sur un autre scrutin. C'est un mauvais signal envoyé, car cela signifierait que les candidats ne se présentent pas pour porter et défendre un projet qu'ils affectionnent mais seulement pour récupérer un poste. Pire, cela pourrait aussi favoriser le cumul des mandats, mal démocratique par excellence qui empêche les élus de bien faire leur travail.

Un tel calendrier électoral ferait encore de l'Europe le parent pauvre de la démocratie, marginalisant encore plus une élection marquée par une abstention record en 2009 (40, 63% de participation seulement).

Deuxièmement, le Ministère de l'Intérieur prévoirait – dans le projet de loi de finances de 2014 – de faire des économies de bout de chandelle en supprimant l'envoi par courrier postal des professions de foi et bulletins de vote pour les élections du 25 mai prochain. La rigueur budgétaire a ses limites: on ne transige pas avec l'accès à l'information sur des échéances électorales majeures.

C'est en ce sens qu'avaient été élaborés les articles 17 et 18 de la loi du 7 juillet 1977 relative à l'élection des eurodéputés. Ce que l'on appelle communément la "propagande électorale" prévoit un envoi deux semaines avant l'échéance des dites professions de foi et bulletins de vote. A la place de cela, Manuel Valls voudrait économiser 28 millions d'euros en réduisant les frais par un envoi par courrier électronique. Pour autant, la même décision n'a pas été prise pour les élections municipales, ce qui démontre un deux poids deux mesures pour deux élections différentes. En tant qu'eurodéputé(e), on ne peut que ressentir cela comme un outrage à la démocratie: toutes les élections ne se valent-elles donc pas ?

Tout le monde sait bien que la fracture numérique française empêchera une diffusion électronique à l'ensemble de l'électorat. Par ailleurs, tout le monde ne dispose pas d'une adresse électronique ou ne s'y connecte pas en permanence. Le Gouvernement dispose-t-il des adresses email de l'ensemble de l'électorat? Qui nous dit que ce courriel ne finira pas dans les spam? Comment interpréter une telle décision en considérant que les personnes les plus âgées ne savent pas forcément utiliser un ordinateur?

Une étude d'OpinionWay a démontré que 24% de l'électorat considérait que les professions de foi étaient leur moyen privilégié pour s'informer sur les programmes et les candidats. C'est donc le meilleur moyen possible pour intéresser l'électorat à une élection malmenée par l'abstention.

Pour toutes ces raisons, il est nécessaire de maintenir l'envoi par voie postale des professions de foi des candidats, mais il faudra aussi avancer la date de dépôt des candidatures au vendredi 21 mars, avant veille du 1er tour des élections municipales.

J'appelle le Gouvernement à se ressaisir et respecter ceux qui croient encore dans l'Europe et ceux qui attendent cette élection pour se mobiliser en faveur de ceux qui les représenteront. Ce n'est que dans ces conditions que nous permettrons à la démocratie européenne de vivre et prospérer.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER