Pourquoi le Parlement européen veut associer les pêcheurs avant de créer un parc éolien

Il y a déjà plus de 5 000 éoliennes présentes dans les eaux de l’Union européenne. [fokke baarssen/Shutterstock]

Les projets de parcs éoliens sont critiqués par une partie des pêcheurs qui craignent un effet négatif sur la faune marine au moment de leur construction. Les eurodéputés ont adopté mardi soir un texte demandant que cet aspect soit réellement pris en compte avant la construction d’un parc éolien. Un article de notre partenaire Ouest-France. 

Le Parlement européen pointe du doigt les dommages causés aux écosystèmes marins par les éoliennes, dans un rapport d’initiative voté ce mardi 6 juillet 2021. Les eurodéputés souhaitent que les pêcheurs soient réellement consultés avant la construction de nouvelles éoliennes en mer. Il y a déjà plus de 5 000 éoliennes présentes dans les eaux de l’Union européenne.

Lors d’un vote séparé mardi, les eurodéputés ont donné leur feu vert au Fonds européen pour les affaires maritimes, la pêche et l’aquaculture, doté de 6,1 milliards d’euros pour la période 2021-2027.

Caroline Roose, élue EELV (Verts), estime de son côté que dans une interview accordée à Ouest-France qu’il faut plus associer les pêcheurs, ainsi que les autres parties prenantes, dès le montage des projets de parc éolien, citant en contre-exemple celui de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor).

Les parcs éoliens en mer sont très contestés, notamment par les pêcheurs. Faut-il abandonner leur mise en place ?

Aujourd’hui, on est face à une urgence climatique qui n’est plus à démontrer. Si on ne fait pas quelque chose maintenant, il sera trop tard. Face à l’urgence climatique et les engagements qui ont été pris au niveau mondial et européen, ça implique de repenser nos modèles énergétiques et de développer rapidement des énergies décarbonées comme l’éolien en mer.

De plus, ce type d’énergie représente également un vivier d’emplois qualifiés qui sont non délocalisables.

En Bretagne, le projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc suscite de plus en plus d’opposition…

Le problème du parc éolien de la baie de Saint-Brieuc est qu’on n’a pas mis en amont tous les acteurs autour de la table pour discuter des endroits d’implantation d’éoliennes au moment de son lancement en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. On a déjà utilisé des fonds européens pour ce projet et au vu de l’urgence climatique, on n’a pas le choix, il faut continuer ce parc éolien de Saint-Brieuc.

Mais sur les prochains parcs éoliens, il est important de mettre tout le monde autour de la table dès le montage du projet pour justement que l’éolien en mer se fasse de la façon la plus harmonieuse possible avec des activités de pêche.

Réforme des aides au stockage : vers un gaz 100% vert

La Commission a donné son feu vert au mécanisme de régulation du stockage de gaz naturel en France, jugé conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. Une décision qui devrait permettre la transition vers un gaz 100% renouvelable, selon Storengy.

Connaît-on aujourd’hui l’impact des champs d’éoliennes en mer sur la pêche ?

La majorité des effets négatifs qui sont constatés pour les éoliennes en mer ont lieu lors de la construction des parcs, en raison de vibrations importantes susceptibles de perturber la faune marine. Il y a aussi des nouvelles techniques qui pourraient permettre de réduire ces effets négatifs.

À titre personnel, je suis plus en faveur des éoliennes flottantes, justement, qui pourraient permettre à l’avenir de justement limiter une partie de ces impacts. Cela serait aussi favorable aux petits pêcheurs côtiers qui ne veulent pas d’éoliennes dans la bande des 6-12 miles où ils vont pêcher.

On vous sent favorable à ce texte, mais pourtant, vous vous abstenez…

Il est vrai qu’il y a eu des avancées alors qu’on est parti de loin avec le texte proposé par la Commission. Je m’abstiens pour dénoncer le parti pris anti-éolien qui a le vent en poupe chez la droite conservatrice et l’extrême droite marchant main dans la main pour dénigrer le secteur éolien. Il y aura des problèmes bien plus graves à affronter pour les pêcheurs si les océans se réchauffent ou s’acidifient, faute d’action climatique cohérente et consistante.

J’aimerais que le Parlement européen défende avec le même zèle le principe de précaution quand il s’agit de respecter la science climatique ou la biodiversité face aux activités humaines. S’il n’y a plus de poissons, il n’y aura plus de pêcheurs. Ces derniers en sont bien conscients.

Hydrogène : inauguration du plus grand électrolyseur d'Europe

La raffinerie Shell Rheinland en Allemagne accueille désormais la plus vaste unité d’électrolyse à l’échelle européenne, construite par Shell et un consortium européen. Décryptage.

Subscribe to our newsletters

Subscribe