L’étiquetage énergétique sera simplifié en 2021

Des groupes de consommateurs souhaitent le retour de l'étiquetage énergétique A-G. [Shutterstock]

Des groupes de consommateurs ont salué une proposition de l’UE de restaurer l’échelle de labels énergétiques A-G pour des produits tels que les frigos, les écrans télé et les machines à laver.

À partir de mars 2021, le système de classification « A+ », « A++ » et « A+++ » pour les appareils domestiques sera remplacé par l’échelle A-G, à laquelle la plupart des consommateurs sont déjà habitués. « Il est bien plus simple de revenir à ce système où l’étiquette verte « A » correspond toujours aux produits à la plus haute efficacité énergétique », a déclaré le Bureau européen des consommateurs (BEUC).

Des groupes de consommateurs se plaignaient depuis longtemps du manque de clarté du système d’étiquetage A+, qui ne leur permettait pas d’identifier facilement les types de produits à haute efficacité énergétique. Selon une étude de l’Association allemande des consommateurs VZBV, moins d’un consommateur sur quatre comprendrait qu’un frigo « A+ » est le moins efficace énergétiquement sur le marché.

« Ce nouvel étiquetage responsabilisera les consommateurs et récompensera l’innovation, tout en dirigeant le marché vers les objectifs environnementaux de l’UE », a déclaré Stéphane Arditi du réseau d’ONG environnementales Bureau européen de l’environnement (BEE).

Une fois mise en place, la régulation relative au nouvel étiquetage et à l’écoconception pourrait permettrait à l’UE de réaliser une économie d’électricité de 140 Twh par an à partir de 2030, l’équivalent de 5 % de l’ensemble de la consommation de l’UE, selon la campagne « Coolproducts ». Un chiffre qui se traduirait par une économie de 20 milliards d’euros par an.

Le remplacement des ampoules électriques énergétiquement inefficaces génèrerait par exemple une économie de 8 à 10 milliards d’euro par an pour les consommateurs publics et privés d’ici à 2030, selon les militants de la campagne.

Etiquetage sur les publicités

Conformément à la proposition de l’UE, l’efficacité énergétique des appareils domestiques devra également figurer sur toutes les publicités (brochures, publicités télévisées ou en ligne), et tous les produits devront être enregistrés dans une base de données de l’UE afin de permettre une surveillance de l’UE et des autorités nationales.

Le BEE a toutefois exprimé sa déception que ce nouvel étiquetage n’indique pas la durabilité des biens ni s’ils sont facilement réparables, spécifiant que cela aurait été particulièrement utile pour « les smartphones et les ordinateurs qui ont tendance à ne plus fonctionner et devenir obsolètes trop rapidement ».

Pour sa part, la Home appliance industry organization APPLia a rappelé l’importance d’une bonne communication autour de ces nouvelles règles auprès des consommateurs, afin d’éviter que ceux-ci ne s’y perdent encore plus.

« Le débat sur l'obsolescence programmée est complètement inexistant au niveau de l'UE»

Apple et Espon font l’objet d’un enquête préliminaire pour obsolescence programmée, une première en France. Mais au niveau européen, le débat sur la durée de vie des produits peine à émerger.

Le nouvel étiquetage apparaîtra dans les magasins à partir de mars 2021 et concernera d’abord les télévisions et écrans, les frigos des entreprises et des particuliers, les machines à laver, sèche-linges, machines à laver et les produit d’éclairage. Cet étiquetage pourra ensuite être étendu à d’autres produits tels que les chauffages, qui continueront de porter les étiquettes « + » jusqu’à 2030.

Les nouvelles règles d’étiquetage ont été adoptées en janvier 2019 dans le cadre d’un ensemble plus large de décisions mises en place par la Commission européenne dans le cadre de la régulation sur l’étiquetage énergétique et la directive sur l’écodesign. Le Parlement européen et les États membres disposent désormais de deux mois pour émettre leurs objections aux mesures proposées. S’il n’y a, comme prévu, aucune objection, les nouvelles mesures seront officiellement adoptées par la Commission cet été.

Le blocage institutionnel persiste sur l’efficacité énergétique

Les négociations sur les nouvelles règles d’efficacité énergétiques ont à nouveau capoté cette semaine, États et eurodéputés étant incapables de trouver un compromis sur les objectifs à fixer.

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe