Afin d’assurer l’approvisionnement en gaz pour l’hiver prochain, les Allemands devront faire des économies « douloureuses »

Le chancelier allemand Olaf Scholz (droite) et le ministre de l’Économie et de la Protection du climat Robert Habeck avant la réunion hebdomadaire du cabinet du gouvernement fédéral allemand à Berlin, le 15 juin 2022. [EPA-EFE/FILIP SINGER]

Face aux faibles volumes de gaz fournis par la Russie, le gouvernement allemand va utiliser davantage de charbon en été, rémunérer l’industrie pour qu’elle n’utilise pas de gaz et accorder des milliards d’euros de prêts aux commerçants pour l’achat de gaz.

Peu de pays sont aussi dépendants du gaz russe que l’Allemagne. Le plus grand importateur net de l’UE de gaz en provenance de Russie a été secoué par des réductions répétées de l’approvisionnement, la compagnie gazière publique russe Gazprom invoquant des problèmes techniques découlant des sanctions. Les flux passant par le gazoduc clé Nord Stream 1 n’atteignaient plus que 40 % de leur niveau habituel en date du 16 juin.

« La situation est grave. Nous renforçons donc encore les mesures de précaution et prenons des mesures supplémentaires pour réduire la consommation de gaz », a déclaré Robert Habeck, ministre de l’Économie et de l’Action climatique du pays, dans une déclaration écrite dimanche (19 juin).

« La consommation de gaz doit continuer à baisser, mais il faut mettre plus de gaz dans les installations de stockage, sinon ce sera vraiment serré durant l’hiver. Nous allons maintenant prendre les mesures qui s’imposent », a-t-il poursuivi.

M. Habeck introduit une nouvelle série de mesures visant à réduire la demande de l’industrie et du secteur de la production d’électricité ainsi qu’à fournir aux négociants en gaz des prêts d’État pour leur permettre d’acheter davantage de gaz.

Berlin prépare des centrales électriques au pétrole et au charbon au cas où l’approvisionnement en gaz russe serait coupé

Le ministère allemand de l’Économie et de l’Action climatique s’assure que d’importantes capacités de centrales électriques au charbon et au pétrole sont prêtes au cas où l’approvisionnement en gaz russe du pays serait coupé.

Les centrales au charbon sont prêtes

La réduction de l’utilisation du gaz dans la production d’électricité avait été initialement envisagée dans le cadre d’une initiative visant à garantir la sécurité énergétique en mai, avec une capacité d’environ 10 gigawatts à disposition.

La loi est actuellement examinée par le parlement allemand et devrait entrer en vigueur à la mi-juillet.

« Avec cette loi, nous mettons en place une réserve de gaz […] en réserve. Et je peux d’ores et déjà vous le dire : nous utiliserons cette réserve de gaz […] dès que la loi entrera en vigueur », a expliqué M. Habeck.

Le gaz ayant produit plus de six térawattheures d’électricité en avril et des chiffres similaires étant attendus en mai, le gouvernement allemand espère pouvoir stocker davantage de gaz en passant au charbon.

Le gouvernement avait déjà envisagé de prolonger la durée d’exploitation de ses derniers réacteurs nucléaires au-delà de leur date de fermeture initiale, le 31 décembre 2021, avant de se prononcer contre. Cependant, M. Habeck avait déclaré en mars que « le nucléaire “ne nous aiderait pas”».

Désormais, des centrales à charbon supplémentaires seront en service pendant une période transitoire. Selon les projets actuels, la réserve de remplacement du gaz sera conservée jusqu’au 31 mars 2024. « C’est douloureux, mais c’est une nécessité absolue dans cette situation afin de réduire la consommation de gaz », a déclaré le ministre allemand.

L’Allemagne renonce à la prolongation de ses centrales nucléaires

Berlin a exclu la prolongation de la durée de vie de son parc nucléaire existant, balayant ainsi les préoccupations en matière de sécurité énergétique après que Moscou a menacé d’interrompre les livraisons de gaz à l’Allemagne.

Rémunérer l’industrie

D’ici l’été, le gouvernement allemand mettra en œuvre un modèle de mise aux enchères pour le gaz qui incitera les consommateurs industriels à réduire leur consommation de gaz, à l’instar des systèmes déjà en place sur les marchés de l’électricité. Ces mesures sont appelées « programmes de réduction de la demande ».

Les entreprises recevront une « rémunération basée sur le prix de la main-d’œuvre » pour ne pas consommer de gaz. « Cela crée une incitation à réduire la consommation dans l’industrie, de sorte qu’une plus grande quantité est disponible pour le stockage », a souligné le ministre.

Ce dispositif bénéficie déjà du soutien de l’industrie allemande. « Nous soutenons particulièrement le projet d’encourager la réduction de la consommation de gaz dans l’industrie par le biais d’appels d’offres », a expliqué Karl Haeusgen, président de l’association de l’industrie mécanique VDMA, le 19 juin.

Des prêts pour les commerçants

Trading Hub Europe (THE), une filiale commune de onze opérateurs de transport de gaz, qui est en charge des marchés du gaz allemands, sera chargée d’acheter des volumes de gaz supplémentaires.

À cette fin, elle recevra un prêt de 15 milliards d’euros de la banque publique KfW, selon le radiodiffuseur public allemand tagesschau, afin de disposer des liquidités nécessaires pour acheter du gaz et augmenter les niveaux de stockage de gaz du pays.

Le prêt avait déjà été approuvé par le ministre allemand des Finances Christian Lindner, tandis que la commission parlementaire sera informée la semaine prochaine.

THE avait auparavant été habilitée à commencer à stocker du gaz sur les sites de stockage dont les niveaux étaient bas, parmi lesquels on retrouve le plus grand du pays, situé à Rehden et qui appartient à Gazprom.

Berlin impose le stockage de gaz dans les installations de Gazprom sur le sol allemand

Le gouvernement allemand a ordonné le stockage de gaz dans la plus grande installation de stockage du pays afin d’assurer la sécurité de l’approvisionnement. Les réserves de gaz dans l’installation vendue à Gazprom se trouvaient jusqu’à présent à des niveaux historiquement bas.

Les mesures proposées par M. Habeck ont été saluées par les experts. « Très judicieux ce que Habeck prévoit pour économiser le gaz. Cela aurait dû être fait depuis longtemps », a écrit sur Twitter Claudia Kemfert, professeur de politique énergétique à l’Institut allemand de recherche économique.

En revanche, les avis exprimés en dehors de l’Allemagne ont été beaucoup plus critiques sur cette mesure.

« La politique énergétique allemande atteint le summum de l’absurdité. Elle va rouvrir des centrales à charbon tout en fermant des centrales nucléaires », a indiqué sur Twitter Gérard Araud, ancien ambassadeur de France auprès des Nations unies et des États-Unis.

Subscribe to our newsletters

Subscribe