L’Autriche dévoile son programme sur l’énergie et l’environnement

Kurz_Presidency_opening [eu2018at / Flickr]

La présidence autrichienne de l’UE souhaite trouver un accord sur deux projets législatifs emblématiques: les normes d’émissions de CO2 pour les véhicules et la réforme du marché de l’électricité.

Les agendas prévisionnels pour les réunions du Conseil de l’UE sous la présidence autrichienne ont officiellement été publiés, selon One Policy Place (OPP), service de suivi des politiques européennes pour les professionnels.

L’Autriche a pris la présidence tournante du Conseil de l’Union à la suite de la Bulgarie le 1er juillet. Vienne présidera l’ensemble des réunions des ministres européens jusqu’au 1er janvier 2019, date à laquelle elle sera remplacée par la Roumanie.

L’OPP a sélectionné les ordres du jour provisoires des réunions du Conseil environnement et énergie, durant lesquelles les ministres des États membres devraient discuter, et peut-être trouver un accord, sur deux dossiers législatifs clés de l’Union.

Le Conseil des ministres de l’Environnement du 9 octobre s’attaquera aux normes d’émissions de CO2 pour les voitures de particulier et les camionnettes neuves. Les 28 ministres devraient s’accorder sur une « approche générale », après une délibération publique durant laquelle ils exposeront leurs vues devant les caméras.

Les vues du ministre représentant l’Allemagne, et de la puissante industrie automobile du pays, devraient être passées au peigne fin, de même que les positions française et italienne, deux autres importants producteurs d’automobiles en Europe.

Le bras-de-fer sur les émissions de voitures se poursuit à Bruxelles

Au Parlement européen, les socialistes se préparent à batailler pour un objectif de réduction de 40 % des émissions de CO2 des voitures et un changement radical des méthodes de calcul.

Les ministres de l’Environnement tenteront également d’adopter les conclusions du Conseil sur la préparation de la COP24 qui se tiendra à Katowice (Pologne), ainsi que celle de la Convention sur la diversité biologique, rappelle OPP.

Le Conseil énergie du 19 décembre sera l’occasion d’une délibération très attendue, voire d’un possible accord, sur les nouvelles règles pour le marché intérieur de l’électricité.

Bien qu’à première vue technique, cette réforme pourrait marquer un tournant pour le secteur de l’électricité, alors que le système énergétique se prépare à absorber des quantités croissantes d’électricité produite par des sources renouvelables, notamment des parcs éoliens et d’une myriade de panneaux solaires investissant les toits du continent.

Le solaire des particuliers menacé au Parlement européen

Exclusif. Selon les nouvelles règles préparées par le Parlement européen, les écoles, hôpitaux ou particuliers qui décident de se doter de panneaux solaires pourraient être soumis aux mêmes règles que les grands fournisseurs d’énergie.

L’Autriche est parmi les leaders des énergies propres en Europe. Le pays s’est fixé l’objectif de 34 % d’énergies renouvelables d’ici 2020, et vise une autosuffisance énergétique complète d’ici 2050.

Sujet plus controversé, la réforme du marché de l’électricité portera sur les fameux « mécanismes de capacité », par lesquels certains pays de l’UE fournissent des aides d’État au secteur de l’électricité. Ces mécanismes vont de plans d’élimination progressive de l’usage du charbon dans des pays comme la Pologne, au soutien à la filière nucléaire en France et en Belgique.

La Commission reste réticente face aux mécanismes de capacité d’électricité

L’exécutif européen tente de limiter le développement de tels dispositifs, prônés par certains États comme moyen d’assurer leur sécurité d’approvisionnement en électricité.

Parallèlement à la réforme du marché de l’électricité, les ministres européens débattront d’une régulation pour la préparation aux risques dans le secteur de l’électricité, des nouvelles règles de fonctionnement de l’Agence de coopération des régulateurs de l’énergie (ACER) et de la proposition de la Commission européenne pour une réforme du marché intérieur du gaz naturel, qui comprend de nouvelles règles élaborées pour stopper le projet de gazoduc Nord Stream 2.

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe