Bill Gates lance un fonds pour l’énergie propre

Un nouveau fonds de 100 millions d’euros aidera les entreprises européennes innovantes à mettre sur le marché des technologies « radicalement nouvelles » pour l’exploitation des énergies propres.

Bill Gates, fondateur et ancien PDG de Microsoft, aujourd’hui philanthrope, a signé le 17 octobre un protocole d’accord avec la Commission européenne pour créer un fonds commun, appelé « Breakthrough Energy Europe » (BEE).

Doté de 100 millions d’euros, le fonds européen est plus modeste que Breakthrough Energy Ventures (BEV), un fonds d’un milliard de dollars dirigé par des investisseurs et présidé par Bill Gates, dont l’objectif est de « créer des entreprises qui contribueront à fournir au monde la prochaine génération d’énergie fiable, abordable et sans émissions ».

En réalité, la moitié des fonds propres de BEE proviendra de BEV et l’autre moitié d’InnovFin, un instrument financier de partage du risque financé par Horizon 2020, le programme de recherche et d’innovation actuel de l’UE.

BEV a fait une vingtaine d’investissements depuis son lancement en décembre 2016, « mais jusqu’à présent, il a été assez centré sur les États-Unis », a expliqué Bill Gates. « Nous allons donc investir massivement en Europe. »

« La position pionnière de l’Europe en matière de changement climatique est aujourd’hui plus importante que jamais », a déclaré le milliardaire, citant des domaines comme la sidérurgie et les engrais, où il existe un fort potentiel de réduction des émissions.

Bill Gates estime que l’Europe compte des entreprises de premier plan dans ce qu’il appelle « l’économie industrielle » et le secteur agricole, qui sont de grands émetteurs de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique.

L’agriculture intelligente traque les émissions d’ammoniac

En modifiant ses technologies et pratiques, le secteur agricole pourrait réduire son empreinte carbone et ses émissions d’ammoniac.

La Commission européenne indique pour sa part que le caractère innovant du nouveau fonds réside dans les « investissements à haut risque », dans lesquels les institutions publiques ne sont généralement pas impliquées.

« Nous voulons que les investisseurs privés aient leur mot à dire sur ce que nous comptons financer avec cet argent. Parce que, très souvent, ils arrivent à se décider beaucoup plus rapidement », a fait remarquer Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne, chargé de l’énergie.

« Le Saint-Graal, c’est le stockage de l’énergie », a-t-il précisé, affirmant que les batteries et autres solutions de stockage étaient nécessaires non seulement pour décarboner le transport et l’énergie, mais aussi pour les industries comme la production d’acier.

Pour sa part, Bill Gates a déclaré avoir personnellement investi de l’argent dans un certain nombre de sociétés de batteries, « dont certaines sont toujours en activité, d’autres pas », ce qui prouve selon lui la nécessité de prendre des risques dans les domaines à fort potentiel de croissance.

Pour lutter contre les changements climatiques, BEV affirme que les émissions doivent être réduites dans cinq secteurs clés de l’économie : l’électricité, les transports, l’agriculture, la production et le bâtiment.

Pour ce faire, il a défini un « paysage de l’innovation », avec une liste de 55 « quêtes techniques » où la recherche et l’innovation peuvent nous rapprocher d’un monde sans émissions.

Bruxelles veut des batteries «made in Europe»

Les batteries et le stockage de l’énergie sont de plus en plus importants pour l’électromobilité et le développement des renouvelables. L’UE s’efforce donc d’aider son industrie à faire face aux avancées de la Chine et d’entreprises américaines comme Tesla.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.