Bruxelles présente sa feuille de route sur l’hydrogène

Le vice-président de la Commission européenne chargé du Green deal, Frans Timmermans, et la commissaire à l'énergie, Kadri Simson. [EPA-EFE/Virginia Mayo / POOL]

La Commission européenne a dévoilé sa stratégie destinée à promouvoir l’hydrogène vert, produit grâce à l’électricité renouvelable. Mais durant une phase transitoire, l’UE soutiendra aussi l’hydrogène à faible teneur en carbone dérivé de combustibles fossiles. Un article d’Euractiv Italie.

D’ici à 2050, l’hydrogène propre pourrait répondre à 24% de la demande énergétique mondiale, avec, à la clé, des revenus annuels de l’ordre de 630 milliards d’euros. Pour l’Europe, cela pourrait se traduire par la création d’un million d’emplois dans cette chaîne de valeur de la transition énergétique.

Ce sont là quelques-unes des données figurant dans la stratégie pour l’hydrogène présentée mercredi 8 juillet par la Commission européenne. Celle-ci vise la production d’un million de tonnes d’hydrogène vert d’ici à 2024 et de 10 millions de tonnes d’ici à 2030.

Bruxelles finalise sa stratégie hydrogène

La production à grande échelle de ce vecteur énergétique pourrait créer 140 000 emplois. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Pour ce faire, il sera nécessaire de réduire le coût de production de l’hydrogène vert, fabriqué grâce à un processus d’électrolyse à partir de sources d’énergies renouvelables, telles que l’éolien ou le solaire.

À l’heure actuelle, l’hydrogène vert dispose d’une part de marché quasiment négligeable et coûte deux fois plus cher que l’hydrogène dit « gris », produit à partir de combustibles fossiles. La transition prendra donc du temps.

En attendant, « d’autres formes d’hydrogène à faible teneur en carbone sont nécessaires pour réduire rapidement les émissions et soutenir le développement d’un marché durable », a expliqué la Commission européenne. L’hydrogène dit « bleu », produit à partir du gaz naturel mais en y associant un dispositif de capture et de stockage du carbone, servira de solution transitoire.

Les trois phases

La première phase, de 2020 à 2024, doit permettre l’installation d’une capacité d’au moins 6 gigawatts d’électrolyseurs pour la production d’hydrogène renouvelable au sein de l’UE, dans l’objectif de produire jusqu’à un million de tonnes d’hydrogène renouvelable.

Lors de la deuxième phase, de 2025 à 2030, l’hydrogène devra faire partie intégrante du système énergétique intégré européen avec une capacité d’au moins 40 gigawatts d’électrolyseurs pour la production d’hydrogène renouvelable, dans le but de produire jusqu’à dix millions de tonnes d’hydrogène renouvelable.

Dans la troisième phase, de 2030 à 2050, les technologies utilisant l’hydrogène renouvelable devraient atteindre leur maturité et être déployées à grande échelle dans tous les secteurs difficiles à décarboner.

L’Alliance pour l’hydrogène propre

Pour contribuer au succès de la stratégie, la Commission a également lancé l’Alliance pour l’hydrogène propre qui, sur le modèle de l’alliance pour les batteries, rassemble les principaux acteurs du secteur, la société civile, les ministres nationaux et régionaux, ainsi que des représentants de la Banque européenne d’investissement. Le but est de créer un portefeuille d’investissements qui permette d’augmenter la production et de soutenir la demande d’hydrogène.

Parmi les entreprises concernées figure la société italienne Snam, l’une des principales entreprises mondiales d’infrastructures énergétiques, qui a récemment signé un accord avec la société française Alstom pour développer des trains à hydrogène en Italie.

L’« Alliance européenne pour l’hydrogène propre » est prête à décoller

Mercredi 8 juillet, la Commission présentera sa nouvelle alliance des industries de l’hydrogène. Par cette stratégie, l’UE cherche à se poser en leader mondial dans le domaine.

Selon Thierry Breton, le commissaire chargé du marché intérieur, « l’alliance pour l’hydrogène propre (…) permettra de canaliser les investissements vers la production d’hydrogène. Elle constituera un portefeuille de projets concrets destinés à soutenir les efforts de décarbonisation des industries européennes à forte intensité énergétique, comme celles de l’acier et des produits chimiques. Cette alliance est d’une importance stratégique pour les ambitions inscrites dans le Green Deal et pour la résilience de notre industrie », a-t-il souligné.

Une opportunité pour l’Italie

Lors de la présentation de la stratégie à la presse, le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a rappelé que l’hydrogène vert pouvait également représenter une opportunité pour la reconversion de l’aciérie anciennement nommée Ilva, située à Tarente, dans les Pouilles.

« Si nous avons un plan pour les 20 prochaines années, nous pouvons donner à Tarente [la possibilité de bâtir] un avenir vraiment durable. Cela nous aidera à maintenir le secteur de l’acier en Europe et à offrir un espace beaucoup plus propre aux citoyens de Tarente », a déclaré le commissaire néerlandais. « J’espère que le gouvernement italien verra l’intérêt qu’il y a à travailler avec nous en utilisant les ressources du Fonds pour une transition juste, ainsi que d’autres ressources. »

L’intégration du système énergétique

Bruxelles a également présenté une stratégie pour l’intégration du système énergétique, qui repose sur la mise en œuvre de 38 initiatives. Ce modèle repose sur trois piliers : un système énergétique plus circulaire, axé sur l’efficacité énergétique, une électrification plus directe des secteurs utilisateurs et la promotion des combustibles propres.

« Le système énergétique de l’Union doit aller vers davantage d’intégration et de flexibilité, en plus d’être en mesure d’appliquer les solutions les plus propres et les plus rentables », a souligné Kadri Simson, la commissaire à l’énergie. « Maintenant que la baisse du prix des énergies renouvelables et l’innovation continue en font une option envisageable pour [construire] une économie climatiquement neutre, l’hydrogène va jouer un rôle clé dans ce processus ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER