L’eurodéputé chargé de la directive sur l’efficacité énergétique écarté

Adam Gierek [Parlement européen]

Le rapporteur controversé pour la réforme de la directive sur l’efficacité énergétique, a été remplacé à peine une semaine après l’adoption de son rapport.

L’eurodéputé Adam Gierek (S&D) a quitté son poste de rapporteur pour la réforme de la directive sur l’efficacité énergétique, à la suite de plusieurs controverses sur ses positions politiques, plus proches de celles de la droite que de la famille socialiste.

Tout au long du processus, jusqu’à l’adoption de  son rapport le 28 novembre par la commission parlementaire de l’industrie (ITRE), les positions de l’eurodéputé ont créé la polémique. Il a notamment proposé des amendements directement contraires aux lignes directrices de son parti, le groupe des socialistes & démocrates (S&D).

Adam Gierek a notamment proposé un objectif contraignant d’économie d’énergie de 30 %, alors que sa famille politique militait pour un objectif plus ambitieux de 40%. S’étant finalement aligné sur les positions socialistes, Adam Gierek a cependant admis après le vote de la commission ITRE qu’il avait voté contre l’objectif de 40%, et s’était abstenu lors du vote final sur le rapport dans son ensemble.

Le 5 décembre, il a été confirmé que l’eurodéputé polonais avait volontairement décidé de quitter son poste de rapporteur sur le dossier et a été remplacé par Miroslav Poche. Une décision saluée par les groupes de protection de l’environnement.

Volte-face

En novembre, des sources européennes avaient déjà révélé que le groupe S&D avait exigé qu’Adam Gierek cesse de proposer des mesures contraires à l’approche adoptée par le groupe. Lui retirer le dossier avant le vote aurait cependant été compliqué pour le S&D, une telle mesure en fin de processus étant considérée comme drastique.

Mais avant les négociations trilatérales avec le Conseil européen et la Commission, qui ont toutes deux des positions nettement différentes de celle du Parlement, la position du rapporteur et ses volte-face à répétition rendaient son rôle de négociateur en chef intenable.

Avant que les fonctionnaires de l’UE ne s’enferment à huis clos pour trouver un compromis sur la directive relative à l’efficacité énergétique, les députés européens doivent se réunir en session plénière en janvier pour approuver le rapport final de l’ITRE.

Dans un mail envoyé par ses services pour annoncer son remplacement, Adam Gierek a demandé à ses collègues de soutenir un certain nombre d’amendements à son propre rapport, avant la date limite du 10 janvier pour le dépôt des modifications. Quant à savoir s’il s’agissait d’un faux pas de communication ou d’un geste peu orthodoxe du rapporteur sortant, cela reste incertain.

Les législateurs qui ont voté contre le texte insistent sur le fait que ces changements pourraient leur donner l’occasion de renverser le rapport, étant donné que le vote de l’ITRE n’a été adopté que par 33 voix pour et 30 voix contre.

 

Les eurodéputés optent pour renforcer les objectifs d’efficacité énergétique

Lors d’un vote serré, la commission ITRE du Parlement européen a réclamé la hausse des  objectifs d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.