Dans la forêt, résoudre l’équation du carbone et du bois

La forêt, un puits de carbone.

Dans le scénario forestier de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le ministère de la transition énergétique met le pied sur l’accélérateur pour accroître les stocks de carbone et les produits issus du bois. Un article de notre partenaire le Journal de l’environnement

Si la forêt est appelée à la rescousse, c’est pour accroître son rôle de « pompe à carbone », tout en préservant ses apports en énergie et en matériaux. Alors qu’elle occupe environ 24 millions d’hectares, dont 17 Mha en métropole, elle stocke en effet 10 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre.

L'optimisation du puits de carbone forestier démarre doucement en France

La filière bois-énergie est un atout essentiel de la France pour atteindre neutralité carbone en 2050. Mais l’éclatement de la surface forestière représente un obstacle majeur.

La Direction générale du climat et de l’énergie (DGEC) cite d’ailleurs l’Accord de Paris, invitant les États à renforcer les puits et réservoirs de GES des écosystèmes terrestres, notamment les forêts, d’ici la fin du XXIe siècle. L’objectif proposé pour 2050 est donc de séquestrer de 35 à 50 millions de tonnes équivalent (Mtéq) CO2 dans le massif de l’Hexagone : presque les émissions imputées à l’agriculture.

Les forêts, une arme contre le changement climatique

Les forêts sont les plus grands puits de carbone de l’Europe et le secteur forestier est celui qui a le plus grand potentiel en termes de captage de carbone de l’atmosphère.

Prélèvements en hausse

Comme les produits du bois allègent aussi le bilan carbone des secteurs de l’énergie et de l’industrie en offrant combustibles et matières, le scénario suggère d’atteindre entre 75 et 95 millions de mètres cubes de volumes de bois en 2050. En comparaison, le prélèvement annuel moyen est estimé à 60 Mm3 pour un accroissement biologique annuel de 120 Mm3. Soit un taux de prélèvement de 50 %.

En avant le reboisement

La DGEC reste toutefois floue sur les moyens d’y parvenir. Pour accroître les stocks de carbone, elle s’appuie sur « l’amélioration de la gestion sylvicole », « le reboisement par enrichissement des boisements spontanés et boisement des terres dégradées et non utilisées », et « la réduction drastique des défrichements ». Pour le reste, elle suggère d’allonger la durée de vie des produits du bois et de développer leur recyclage et leur valorisation énergétique après utilisation. Une équation délicate, qui nécessitera d’être précisée lors des débats autour de la PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie).

L’UE appelée à mieux protéger les forêts

Les nations forestières ont appelé l’UE à renforcer le contrôle des chaînes d’approvisionnement des produits responsables de la déforestation, tels que l’huile de palme ou le cacao.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.