Dix pays de l’UE appellent à ne pas revoir à la baisse les ambitions de la législation sur le climat

La ministre autrichienne du Climat, Leonore Gewessler, le ministre danois du Climat, Dan Jorgensen, et la ministre espagnole du Climat, Teresa Ribera, ont tous signé la déclaration, appelant l'UE à maintenir ses ambitions en matière de climat. [European Union]

Les ministres du Climat de dix pays de l’UE ont appelé leurs homologues et le Parlement européen à ne pas revoir à la baisse l’ambition de la nouvelle législation sur le climat et à veiller à ce que le paquet de propositions dans son ensemble vise à réduire les émissions de carbone nettes d’au moins 55 % d’ici 2030.

«  Nous sommes de plus en plus préoccupés par les différents appels à revoir l’ambition à la baisse dans tous les domaines du paquet, et par le sens des négociations à cet égard, tant au Conseil qu’au Parlement européen, ainsi que par les concessions faites dans le cadre de la recherche de compromis  », indique la déclaration commune.

Signée par les ministres du Climat de l’Autriche, de l’Allemagne, du Danemark, de l’Espagne, de la Finlande, de l’Irlande, du Luxembourg, des Pays-Bas, de la Suède et de la Slovénie, la déclaration souligne l’urgence pour la présidence française du Conseil de l’UE (PFUE) de parvenir à un accord entre les pays de l’UE, mais insiste sur le fait que la priorité principale devrait être de «  mettre rapidement en œuvre l’objectif climatique 2030 de l’UE  ».

«  Le paquet “Fit for 55” est non seulement essentiel au respect de notre engagement envers les générations futures, mais il permet également d’accélérer le passage à un approvisionnement énergétique européen indépendant, durable, fiable et abordable  », a déclaré le ministre néerlandais du Climat et de l’Énergie, Rob Jetten, qui faisait partie des signataires.

«  Nous appelons donc tous les États membres à faire le maximum pour parvenir à un accord sur le paquet “Fit for 55” avant l’été  », a-t-il ajouté.

Ces ministres, qui représentent plus d’un tiers des 27 pays de l’UE, précisent que tous les pays de l’UE ainsi que le Parlement européen ont signé l’objectif juridiquement contraignant de réduction des émissions, qui doit maintenant être appuyé par une législation.

«  Un accord ambitieux est essentiel pour permettre à l’Union européenne de s’affranchir des combustibles fossiles russes et constitue le seul moyen de faire face à la crise climatique et de garantir un approvisionnement énergétique européen indépendant, propre, fiable et bon marché pour l’avenir  », ont écrit les ministres.

Leur déclaration intervient avant deux réunions des ministres européens de l’Énergie et de l’Environnement qui se tiendront au Luxembourg à la fin du mois de juin et au cours desquelles ils tenteront de faire avancer, et éventuellement de finaliser, certaines parties du paquet « Fit for 55 ».

Suite à l’échec du vote du marché carbone

Cette décision fait également suite à l’échec du Parlement européen à trouver un accord sur la réforme du système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQE-UE). Un problème que les législateurs parlementaires espèrent régler la semaine prochaine.

Certains s’inquiètent du fait que les concessions faites sur les différents textes législatifs dans le but de parvenir à un accord pourraient avoir pour conséquence que l’ambition générale du paquet législatif ne soit pas à la hauteur et que l’UE n’atteigne pas son objectif climatique de 2030.

«  Le plus petit dénominateur commun semble déterminer l’approche du Conseil et ce n’est pas un bon signe pour le climat ou l’indépendance énergétique  », a déclaré un diplomate européen à EURACTIV.

Cette préoccupation s’étend à de nombreux dossiers, si ce n’est tous, y compris le système d’échange de quotas d’émission, le règlement sur l’utilisation des terres et des forêts et la législation couvrant les transports.

«  Pris séparément, ces changements peuvent sembler justifiés ou avoir un impact limité, mais en les additionnant tous, nous risquons de ne pas atteindre notre objectif d’ici 2030 et de nous engager sur une trajectoire irrémédiable par la suite, ce qui aura [un] impact néfaste sur le climat  », ont prévenu les ministres.

Dans leur déclaration, ils ont exhorté les décideurs du Parlement européen, les gouvernements de pays membres de l’UE, ainsi que la Commission européenne à «  ne pas laisser le sentiment d’urgence ou la situation actuelle éclipser nos engagements climatiques  ».

Le paquet législatif «  Fit for 55  » a été présenté en juillet afin de permettre à l’UE d’atteindre son objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici à 2030 et de parvenir à la neutralité carbone d’ici à 2050.

Depuis qu’il a été proposé, les prix de l’énergie sont montés en flèche et l’invasion de l’Ukraine par la Russie a entraîné des changements radicaux dans le paysage politique. Les ministres appellent à ce que cette situation n’aboutisse pas à une remise en question des objectifs climatiques européens.

«  Réussissons cette fois-ci et combattons la tentation de laisser les motivations à court terme nous empêcher de prendre les bonnes décisions à long terme. Dans l’intérêt de la protection du climat, d’une transition avantageuse pour nos citoyens et nos entreprises et de la sécurité énergétique  », ont-ils conclu.

Les députés européens s’apprêtent à voter 7 textes du paquet Climat

Le paquet « Fit for 55 », proposé par la Commission européenne en juillet 2021, poursuit son parcours législatif au Parlement, où la commission Environnement doit se prononcer sur 7 des 14 textes du paquet la semaine prochaine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe