EDF lance un plan d’hydrogène décarboné

H2,Molecule,In,The,Bubbles,In,The,Liquid.,3d,Illustration. [Alexander Limbach / Shutterstock]

Poursuivant la diversification de ses activités, le groupe EDF lance un plan Hydrogène afin de développer 3 GW d’hydrogène électrolytique dans le monde. 

« Demain, on ne regardera plus l’électricité comme une commodité mais comme un choix. Un choix individuel de donner du sens à sa consommation pour la maîtriser, pour aller vers cette sobriété choisie, pour considérer qu’on est responsable de son propre impact, à son échelle, sans renoncer à son bien-être. » Par ses mots d’introduction, Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, donne le ton de ses ambitions. L’avenir s’écrit avec l’électricité, mais avec une électricité décarbonée, propre, non émettrice de CO2.

C’est l’orientation que prend le groupe EDF depuis déjà quelques années, diversifiant ses activités pour produire des énergies renouvelables. À l’occasion d’une conférence de presse, le 13 avril, un pas de plus est franchi pour l’entreprise qui lance un plan Hydrogène.

Objectif : développer 3 GW de projets d’hydrogène électrolytique dans le monde d’ici 2030. Les usages ciblés par EDF concernent principalement les secteurs de l’industrie et du transport. 

Ce plan va nécessiter 2 à 3 milliards d’euros d’investissement, « cofinancés dans le cadre de partenariats industriels et en bénéficiant des mécanismes de soutiens nationaux et européens » précise EDF.  Pour atteindre son objectif de 3 GW, le groupe va par ailleurs pouvoir s’appuyer sur sa filiale Hynamics, spécialisée dans la production d’hydrogène électrolytique. 

Une économie de 3 millions de tonnes de carbone

Le plan Hydrogène qui vient d’être annoncé est un programme ambitieux pour développer l’hydrogène décarboné. Le processus d’électrolyse de l’eau utilise, en effet, de l’électricité renouvelable ou nucléaire pour produire de l’hydrogène.

« Nous visons un hydrogène sans carbone qui sera le vecteur pour atteindre la neutralité carbone pour les usages les plus difficiles à décarboner », a commenté Alexandre Perra, le directeur exécutif du groupe EDF en charge de la direction Innovation, responsabilité d’entreprise et stratégie, lors de la conférence de presse.  « Ces 3 GW permettront de produire chaque année 450 000 tonnes d’hydrogène et d’économiser 3 millions de tonnes de carbone » a-t-il ajouté.

La production d’hydrogène est responsable de l’émission de 11,5 Mt de CO2 en France, soit environ 3 % des émissions nationales. Produire un hydrogène vert est donc un enjeu national, aussi bien que mondial, puisque sur les 80 millions de tonnes d’hydrogène produites dans le monde, la quasi-totalité l’est à partir d’énergies fossiles, rappelle EDF. 

« L’hydrogène bas carbone est un levier essentiel pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles en complément de l’électrification directe des usages », poursuit, dans un communiqué, Jean-Bernard Lévy. « Avec ce plan ambitieux et en capitalisant sur son expertise et son savoir-faire, le groupe EDF entend contribuer à l’émergence d’une filière hydrogène européenne forte et innovante. »

Le plan Hydrogène d’EDF est dans la lignée de la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France, lancée en septembre 2020 par le gouvernement. Cette stratégie fixe notamment l’installation d’une capacité de production d’hydrogène décarboné par électrolyse de 6,5 GW.

Le gouvernement publie sa politique énergie-climat

Attendues depuis des mois, la stratégie nationale bas carbone (SNBC) et la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) ont été mises en consultation le 21 janvier. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe