Les ministres de l’Énergie appellent à l’élaboration d’un cadre réglementaire pour l’hydrogène

« Les investisseurs publics et privés devraient s’allier, et les gouvernements sont tenus de leur donner les signaux adéquats, en créant un cadre réglementaire et des conditions pour le secteur privé dans le but de garantir la stabilité et la prévisibilité », a fait savoir le ministre portugais de l’Environnement et de l’Action climatique, João Pedro Matos Fernandes. [Shutterstock/Alexander Kirch]

Les ministres européens de l’Énergie ont souligné la nécessité de créer un cadre réglementaire stable pour l’hydrogène au sein du bloc, qui pourrait attirer les investisseurs privés dans un marché concurrentiel et prévisible.

À l’occasion de la conférence « Hydrogen in Our Societies – Building Bridges » (l’hydrogène dans la société : combler les lacunes), plusieurs politiques nationaux ont partagé cet avis.

« Les investisseurs publics et privés devraient s’allier, et les gouvernements sont tenus de leur donner les signaux adéquats en créant un cadre réglementaire et des conditions pour le secteur privé dans le but de garantir la stabilité et la prévisibilité », a fait savoir le ministre portugais de l’Environnement et de l’Action climatique, João Pedro Matos Fernandes.

Climat : le monde de l'énergie se réunit face au rebond de ses émissions

L’enjeu est d’importance : après un coup de frein lié à la pandémie de Covid-19 – un recul inédit depuis la Seconde guerre mondiale – les émissions liées à l’énergie sont reparties, et leur bilan en décembre 2020 dépassait déjà celui de 2019.

Des propos qui font écho à ceux du ministre néerlandais de l’Économie et du Climat Bas van’t Wout. D’après lui, il est primordial de mobiliser l’investissement du secteur public pour mettre en œuvre la stratégie de l’UE pour l’hydrogène. Il s’agit d’un élément clé dans la décarbonation de secteurs de l’économie pour lesquels d’autres alternatives « pourraient ne pas être viables ou s’avérer plus onéreuses ».

Entretemps, Elisabeth Winkelmeier-Becker, secrétaire d’État parlementaire allemande auprès du ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie, a déclaré qu’outre le cadre réglementaire, il était très important de concevoir l’infrastructure nécessaire pour la production et la distribution de l’hydrogène (obtenu par électrolyse de l’eau, qui sépare l’oxygène de l’hydrogène).

La secrétaire d’État espagnole à l’Énergie Sara Aagesen Muñoz a ajouté qu’il était temps d’accélérer les investissements et les processus décisionnels dans le but de jeter les bases pour un investissement stable.

Claude Turmes, ministre luxembourgeois de l’Énergie et de l’Aménagement du territoire, a lui attiré l’attention sur la transparence afin d’attirer les investisseurs privés.

« Nous avons besoin d’un système transparent, car les investisseurs privés ne seront intéressés que si nos démarches sont transparentes », a-t-il poursuivi, soulignant que la réduction des coûts des électrolyseurs était l’un des sujets les plus importants pour l’avenir de l’hydrogène.

Sortie du charbon d'ici à 2030, l'Europe est à mi-chemin

La moitié des 324 centrales à charbon de l’Europe ont soit mis la clé sous la porte, soit annoncé leur fermeture d’ici à 2030. Clap de fin pour la 162e centrale à charbon prévue en 2022, comme l’a annoncé EDF lundi (22 mars).

Supporter

Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking


Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer