L’UE mise sur l’innovation pour la transition énergétique

Les secteurs industriels très énergivores, tels que la sidérurgie et l’industrie de l’aluminium sont particulièrement concernés par les financements disponibles. [Photo: Shutterstock]

Les nouvelles technologies permettant de lutter contre le réchauffement climatique devraient bénéficier de 10 milliards d’euros de fonds pour les dix prochaines années.

Au mois de novembre, l’exécutif européen avait rendu publics ses objectifs pour réduire considérablement les émissions de carbone d’ici à 2050, et les dirigeants nationaux doivent à présent définir une marche à suivre pour cette année.

Si les États membres choisissent d’adopter la stratégie de la Commission consistant à ce que l’UE absorbe toutes les émissions qu’elle produit, les industries européennes énergivores devront passer par des changements radicaux afin de s’adapter. À cet effet, la Commission a approuvé la semaine dernière un nouveau Fonds d’innovation.

En vendant des millions de quotas carbone dans le cadre du système d’échange de quotas d’émissions, la Commission aimerait rassembler un budget de 10 milliards de dollars qui servira à développer, tester, et à mettre sur le marché des technologies permettant de lutter contre le réchauffement climatique.

Le Commissaire au climat Miguel Arias Cañete a déclaré que la stratégie de la Commission pour un système économique « neutre en carbone » requerra « le développement de technologies novatrices à échelle industrielle ». « Voilà pourquoi nous investissons dans le captage et la séquestration de carbone, les énergies renouvelables et la conservation d’énergie, pour mettre sur le marché des technologies novatrices pour les secteurs industriels énergivores », a-t-il ajouté.

Le fonds reprendra également le budget inutilisé par son prédécesseur, le programme NER 300. Les auditeurs pour l’UE ont conclu l’année dernière que le programme avait échoué à sa mission et n’était parvenu à aider aucun projet à se hisser à un niveau industriel en raison d’un manque de coordination et d’une planification à long terme.

Le programme NER300 et le Programme énergétique européen pour la relance (PEER) rassemblent près de 4 milliards d’euros de fonds, dont près d’un demi-milliard demeure inutilisé à l’heure actuelle.

Le bois des forêts n'est pas une énergie renouvelable pour les Européens

Le bois des forêts est-il une énergie renouvelable ? Des citoyens de sept pays poursuivent l’UE en justice pour tenter de prouver que non.

Fuite de carbone

À l’occasion d’un évènement organisé par Euractiv et portant sur les enjeux rencontrés par l’industrie lourde, le haut fonctionnaire Peter Handley a déclaré que l’exécutif devait faire en sorte « de ne pas laisser la Chine et l’Inde décider de l’avenir de ces nouvelles technologies. » Les experts en ressources énergétiques et en matières premières ont ajouté que chaque secteur industriel « devrait développer un projet pilote et le mettre en place à grande échelle », et ont souligné que « la prochaine décennie sera cruciale ».

Lors du même évènement, le chercheur Gauri Khandekar a expliqué que de nombreuses technologies de pointe étaient aujourd’hui liées à l’économie circulaire, mais que les principaux risques qu’elles représentaient étaient le manque d’infrastructure et de planification stratégique. Les secteurs industriels très énergivores, tels que la sidérurgie et l’industrie de l’aluminium, craignent que la décision de réduire drastiquement les émissions n’occasionne le phénomène de la fuite de carbone. La plupart des panélistes ont toutefois admis que les industries n’avaient pas délocalisé leur production en dehors de l’UE ou que la régulation ne pouvait pas être tenue responsable de leur départ. Les dirigeants de l’industrie ont plutôt parlé de fuite des investissements.

Enfin, tout dépendra de si l’industrie considère l’adaptation à des mesures climatiques plus strictes comme un investissement intéressant, ou si elle préfèrera prendre les voiles et s’installer dans des pays avec des règles moins sévères.

Avec son Fonds d’innovation et ses autres outils financiers similaires (tels que Invest EU, Horizon 2020, et le fonds de cohésion), la Commission espère que l’industrie sélectionnera la première option. En matière de compétition, Peter Handly a conclu que l’industrie ne devait pas s’inquiéter que le reste du monde prenne de l’avance, car « l’Europe se distingue par son marché unique », et que le reste du monde la suivra.

Ce pronostic pourrait être mis à l’essai dès de mois de septembre lors du sommet décisif des Nations unies à New York. Les dirigeants européens espèrent pouvoir s’y présenter avec un plan précis et montrer aux autres puissances mondiales la direction que l’Europe a choisie pour 2050.

Cinq pays appellent à 100% d’énergie renouvelable d’ici 2050

Au premier débat public des ministres de l’Énergie sur la stratégie climatique pour 2050, cinq États se sont insurgés contre l’absence d’un scénario à 100 % de renouvelables d’ici là.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.