Les ministres européens de l’énergie envisagent d’accélérer la connexion du réseau électrique ukrainien à celui de l’UE

La commissaire européenne à l’Énergie, Kadri Simson, a participé à la réunion avec les ministres de l’Énergie avec l’objectif clair d’obtenir un accord sur une intégration rapide de l’Ukraine dans le réseau électrique de l’UE. [European Union]

Les ministres de l’Énergie de l’UE se sont réunis à Bruxelles lundi 28 février pour discuter de la sécurité énergétique en Ukraine et de l’impact de la guerre sur le marché européen de l’énergie et sur les prix de l’énergie, alors que des militants ukrainiens demandaient la connexion rapide du pays au réseau électrique de l’UE.

Alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie se poursuit, une pression croissante s’exerce pour que le réseau électrique ukrainien soit relié à celui de l’UE afin de garantir la stabilité du réseau électrique du pays et d’éviter les pannes.

Samedi, la société énergétique ukrainienne DTEK a déclaré que la Russie ne visait pas spécifiquement les infrastructures énergétiques critiques. L’électricité du pays reste stable, malgré la poursuite de l’agression russe.

Toutefois, les représentants de DTEK ont prévenu qu’il y avait un risque qu’une roquette perdue détruise un élément clé de l’infrastructure énergétique, entraînant une panne d’électricité, et ont averti que des chars russes se trouvaient à 25 km de la plus grande centrale nucléaire d’Ukraine.

Des rumeurs ont circulé lundi 28 février selon lesquelles la Russie avait pris le contrôle de cette centrale. Cependant, un travailleur d’une ONG sur le terrain a indiqué à EURACTIV qu’il s’agissait de désinformation diffusée par la Russie pour provoquer la panique.

Relier l’Ukraine au réseau électrique de l’UE renforcerait la défense du pays, a déclaré à EURACTIV Oleg Savitsky de l’ONG ukrainienne Ecoaction.

« Si nous pouvions également compter sur l’aide d’urgence du réseau européen, cela renforcerait nos capacités de défense et nous protégerait également des coupures de courant et des impacts négatifs sur la population », a-t-il déclaré.

Le réseau électrique ukrainien a testé son fonctionnement en isolation dans le cadre des préparatifs pour rejoindre le réseau électrique. Le processus a débuté en 2017 et devait initialement s’achever en 2023.

Dans le cadre de son test le plus récent, l’Ukraine a déconnecté son réseau électrique des réseaux européen, russe et biélorusse le 23 février. Il est peu probable qu’elle soit à nouveau reliée aux deux derniers, ce qui rend son intégration au réseau européen encore plus importante.

« L’intégration de l’Ukraine au REGRT-E est un processus très douloureux pour la Russie pour des raisons idéologiques et géopolitiques. Maintenant, il y a aussi un nouvel angle d’utilisation de cette situation comme une arme supplémentaire dans la guerre en cours », a déclaré un groupe d’ONG ukrainiennes.

« La poursuite du fonctionnement du système électrique ukrainien en mode autonome au-delà de la période de test entraînera un épuisement rapide des réserves de combustible de l’Ukraine et un déséquilibre de l’ensemble du système », ont averti les ONG.

Ukraine : l’UE cherche des solutions face à la crise humanitaire qui menace le pays

Les ministres de l’Intérieur de l’UE ont repoussé la décision d’accorder ou non une protection temporaire aux réfugiés ukrainiens dans un contexte qui menace de devenir la « plus grande crise humanitaire » que l’Europe ait connue ces dernières années.

Soutien de l’UE à l’intégration

La commissaire européenne à l’Énergie, Kadri Simson, a participé à la réunion avec les ministres de l’Énergie avec l’objectif clair d’obtenir un accord sur une intégration rapide de l’Ukraine dans le réseau électrique de l’UE.

« Je demanderai demain au réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité et aux États membres de soutenir la synchronisation d’urgence, aussi rapidement que possible », a-t-elle tweeté après une réunion avec le ministère ukrainien de l’Énergie.

« Espérons que les travaux techniques de synchronisation avec l’Europe continentale pourront se poursuivre sans être affectés par l’attaque russe », a-t-elle ajouté.

L’organisme européen chargé du réseau électrique (ENTSO-E) a déclaré lundi avoir reçu une demande urgente d’Ukrenergo, le gestionnaire du réseau de transport ukrainien, pour une synchronisation d’urgence.

Les gestionnaires de réseau de transport « évalueront d’urgence toutes les options » pour répondre à cette demande, a déclaré le REGRT-E, ajoutant que « le REGRT-E reconnaît les efforts exceptionnels d’Ukrenergo pour exploiter et maintenir le réseau électrique en ces temps difficiles et continuera à soutenir leurs efforts ».

S’adressant à la presse avant la réunion, le ministre roumain de l’Énergie, Virgil-Daniel Popescu, semblait vouloir étendre ce soutien à la Moldavie également.

« Nous voulons explorer toutes les options possibles pour aider le peuple ukrainien et aussi la République de Moldavie car tout le monde doit savoir que la Moldavie et l’Ukraine sont liées, liées par le système électrique, liées par l’approvisionnement en gaz et nous devons les traiter de la même manière », a-t-il déclaré.

Terrorisme nucléaire

Alors que les tensions continuent de s’aggraver en Ukraine et que l’Europe frappe la Russie de sanctions plus sévères, Moscou a réagi en mettant en état d’alerte les moyens de dissuasion nucléaire du pays, ce que M. Savitsky a qualifié de « terrorisme nucléaire ».

Cela se produit également en Ukraine, a-t-il déclaré à EURACTIV, en indiquant que la Russie a repris la zone d’exclusion nucléaire autour de Tchernobyl la semaine dernière. Depuis, les niveaux de radiation ont augmenté dans la région.

« Le régime de M. Poutine impose une menace de terrorisme nucléaire contre l’Europe, avec des installations de prise de contrôle dans la zone d’exclusion de Tchernobyl », a déclaré M. Savitsky.

Subscribe to our newsletters

Subscribe