Les renouvelables en hausse, mais pas assez

L’Union européenne s’est fixé l’objectif d’augmenter sa consommation d’énergie renouvelable d'ici 2030. [Photo: Shutterstock]

Dans l’UE, la consommation d’énergie issue des renouvelables est toujours à la hausse, malgré un ralentissement du développement des énergies renouvelables. Cela ne suffira cependant pas à atteindre les objectifs pour 2020.

L’Union européenne s’est fixé l’objectif d’augmenter sa consommation d’énergie renouvelable jusqu’à 20 % d’ici à 2020. Des statistiques récentes d’Eurostat montrent qu’en 2017, la consommation d’énergie renouvelable dans l’ensemble de l’UE comptait pour 17,5 %, contre 16,7 % en 2015 et 16,1 % en 2014.

L’annonce de cette semaine prouve que presque rien n’a changé : les statistiques avaient été mises à jour en 2018, quand l’UE avait annoncé que ses États membres poursuivaient l’objectif des 20 %. En janvier 2018, l’exécutif avait révélé que 11 des 28 membres avaient déjà atteint leurs objectifs individuels bien avant 2020. Un nombre qui demeure inchangé depuis les 12 derniers mois.

Le commissaire au climat et à l’énergie, Miguel Arias Cañete, a déclaré que les États membres étaient sur la bonne voie pour atteindre l’objectif fixé, précisant toutefois qu’il « faudra faire plus d’efforts » alors que les discussions sur la planification climatique à long terme s’animent toujours plus.

La Suède, la Finlande et la Lettonie restent les meilleurs élèves de la classe alors que les Pays-Bas, la France et le Luxembourg sont toujours loin de leurs objectifs. Fin décembre, chaque État membre avait dû remettre un rapport prévisionnel énergétique et climatique pour que l’UE puisse fixer l’objectif de 32 % d’énergie renouvelable d’ici à 2030. Sept pays n’ont pas remis leur rapport pour la date prévue et certains d’entre eux viennent à peine de le soumettre à la Commission, qui devra adresser ses retours et recommandations d’ici l’été. L’Espagne, l’un des pays retardataires, tentera de faire approuver son rapport la semaine prochaine.

Sept États membres en retard sur leur stratégie énergie et climat

Les 28 avaient jusqu’à fin décembre pour déposer auprès de l’exécutif européen leur plan énergie climat 2050.  La Bulgarie, la République tchèque, Chypre, la Grèce, la Hongrie, le Luxembourg et l’Espagne ont raté le coche.

Certains des objectifs de 2020 ont été critiqués comme peu ambitieux, et  l’exécutif européen tient à s’assurer que les États membres se fixent de grands objectifs. Par exemple, la Belgique, dont la consommation d’énergie finale s’élève actuellement à 10 %, s’est fixé pour objectif d’atteindre les 18,3 % pour l’année 2030, bien qu’elle peine encore à atteindre les 13 % fixés pour 2020. La Grèce, qui a pratiquement atteint son objectif pour 2020, s’est fixé un objectif individuel de 32 % dans son rapport.

Les mesures d’efficacité énergétique joueront également un rôle essentiel dans la transition au renouvelable. L’Agence européenne pour l’environnement rappelait encore l’année dernière que le ralentissement du développement des renouvelables était dû à une hausse de l’ensemble de la consommation énergétique. Les énergies solaire, éolienne et hydraulique continueront de se développer, mais auront du mal à gagner la course si la consommation d’énergie augmente elle aussi.

Le gaz naturel, une fausse bonne idée pour verdir le transport

Le passage au gaz naturel ne suffira pas à réduire les émissions du transport. Pour atteindre les objectifs climatiques, il faut plutôt miser sur les carburants alternatifs et des mesures d’efficacité énergétique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe