Le solaire flottant a la vent en poupe en France

La plus grande centrale photovoltaïque d’Europe a été inaugurée dans le sud de la France. Les panneaux flottants sur un lac illustrent aussi le potentiel de production d’énergie des réservoirs artificiels.

La vallée du Rhône dans le sud de la France est plutôt connue pour ses vins. Désormais, la région pourra ajouter l’énergie solaire à ses curiosités touristiques.

Le projet O’MEGA1 est une centrale photovoltaïque de 17 mégawatts (MW) située à Piolenc, une commune du département de Vaucluse, entre Orange et Avignon.

Ce dispositif est unique en son genre. D’abord, il s’agit de la première centrale photovoltaïque flottante en Europe. Selon ses instigateurs, une telle structure permet de réduire les différends relatifs à l’utilisation des sols, car elle peut être installée sur les réservoirs d’eau potable, les bassins industriels, les plaines inondables et les lacs de carrière.

Une énergie citoyenne

Une autre innovation majeure est la dimension locale du projet, car les personnes physiques propriétaires d’une habitation dans le Vaucluse ou dans les départements voisins sont invitées à entrer dans le capital de la centrale.

« Aujourd’hui, nous n’inaugurons pas seulement la centrale solaire flottante la plus grande d’Europe, nous montrons aussi à tout le monde que la lutte contre le changement climatique requiert un effort collectif », déclare Éric Scottto, directeur et cofondateur d’Akuo Energie, l’entreprise qui a repris le projet.

« Le but de cette approche est d’encourager les citoyens à s’impliquer dans le financement de la transition énergétique en utilisant les parties prenantes de la région », indique Akuo.

Le label « électricité verte d’origine contrôlée »

Les nouveautés du projet ne s’arrêtent pas là. Akuo Energie s’est également joint à un fournisseur d’électricité indépendant, Plüm Energie, pour créer un label « électricité verte d’origine contrôlée », qui sera le premier de son genre dans l’Hexagone.

« Cette offre garantit aux futurs clients que 100 % des énergies renouvelables sont produites en France, créant ainsi une valeur ajoutée pour le pays », soutient Akuo.

Le projet O’MEGA1 a vu le jour en 2014, sur le site d’une ancienne carrière qui était devenu un lac. Il a officiellement été inauguré le 18 octobre en présence de la ministre française de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne et sa secrétaire d’État, Brune Poirson.

Aux yeux des directeurs du projet, la production annuelle de la centrale permettra d’alimenter 4 733 foyers et d’éviter le rejet de 1 096 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Un « immense » potentiel

C’est peu par rapport aux 1 500 MW d’un parc éolien offshore comme Hywind en Écosse, qui peut alimenter jusqu’à 1 million de foyers. Mais l’industrie affirme qu’une myriade de projets similaires pourrait voir le jour dans les années à venir.

« Le potentiel du marché du photovoltaïque flottant est immense, une étude récente de la Banque mondiale montre que si seulement 1 % des surfaces des réservoirs artificiels était utilisé, la capacité mondiale pour le solaire flottant serait de 400 GW », soutient Walburga Hemetsberger, PDG de SolarPower Europe.

« Les centrales solaires flottantes représentent un secteur de marché avéré et innovant, qui connaît une croissance rapide, et constitue une solution parfaite pour les pays dont les surfaces terrestres sont limitées ou sous-utilisées », ajoute-t-elle.

En France, le potentiel du solaire flottant est estimé à 20 gigawatts (GW), répartis sur 1 300 sites potentiels, principalement d’anciennes zones industrielles, des barrages hydroélectriques et des réservoirs d’eau.

« Il existe un potentiel suffisant pour développer la technologie et la reproduire à l’échelle industrielle », a déclaré Alexandra Sombsthay, directrice d’Akuo et chargée des relations extérieures.

Plusieurs projets sont déjà en cours en Europe. En Belgique, le gouvernement flamand a annoncé six projets photovoltaïques flottants totalisant 11,1 MW en janvier dernier. Au Portugal, un projet hydrosolaire hybride, qui consiste à installer des panneaux solaires flottants sur un réservoir pour compléter une centrale hydroélectrique existante, est prévu.

Selon Walburga Hemetsberger, « le potentiel du solaire flottant est immense, c’est à l’échelle du térawatt qu’il doit être évalué, et nous sommes certains que dans les années à venir, de nombreux projets suivront l’exemple d’Akuo ».

La Chine éclipse l’UE sur l’investissement dans le solaire en 2017

Le monde a financé plus d’énergie solaire que d’énergies fossiles. Si la Chine pèse pour plus de la moitié de la nouvelle capacité solaire mondiale, l’Europe est à la traîne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.