Gaz de schiste : les nouvelles fracturations se heurtent à de vieux obstacles en Roumanie

Une note d’information du Parlement européen datant de 2014 indique que les réserves techniquement récupérables de gaz de schiste en Europe s’élèvent à 14 trillions de mètres cubes (tcm), la plupart en Pologne (4,2 tcm), en France (3,9 tcm) et en Roumanie (1,4 tcm). [Shutterstock, seeshooteatrepeat]

Disposant des troisièmes plus grandes réserves récupérables de gaz de schiste en Europe et de la technologie nécessaire, la Roumanie possède tout ce qu’il faut pour bénéficier des sources d’énergie non conventionnelles . Toutefois, le sujet reste sensible pour la population.

Dans un passé pas si lointain, la fracturation hydraulique était considérée comme susceptible de changer la donne sur le marché européen de l’énergie.

Une note d’information du Parlement européen datant de 2014 indique que les réserves techniquement récupérables de gaz de schiste en Europe s’élèvent à 14 trillions de mètres cubes (tcm), la plupart en Pologne (4,2 tcm), en France (3,9 tcm) et en Roumanie (1,4 tcm).

En 2018, la Pologne et le Royaume-Uni disposaient de licences actives ciblant le gaz de schiste, indique une étude commandée par la Commission européenne sur les principes de l’exploration des hydrocarbures. Le Danemark, l’Allemagne, la Roumanie et l’Espagne avaient tous accordé des concessions, qui ont fini par expirer, certaines n’étant même pas passées à l’exploitation du site.

Depuis lors, la France a interdit la technologie et l’exploration dans le nord du Danemark a été arrêtée, étant donné que seule une quantité limitée de gaz de schiste a été découverte.

La fortune du gaz de schiste en Europe pourrait-elle s’inverser en raison de la guerre de la Russie en Ukraine ?

Le plan REPowerEU de la Commission européenne, présenté le 18 mai, propose une série de mesures visant à diversifier les approvisionnements en gaz. Mais lorsqu’il est question de sources d’énergie alternatives, il ne mentionne pas le gaz de schiste, se concentrant plutôt sur l’énergie solaire et l’énergie éolienne en mer, les pompes à chaleur et l’hydrogène renouvelable.

La Roumanie vise l'indépendance énergétique en réaction à la guerre en Ukraine

Le gouvernement roumain souhaite transformer l’infrastructure énergétique et le bouquet énergétique du pays afin d’atteindre l’indépendance énergétique, mais les experts alertent sur les problèmes qui subsistent.

Faire face au passé

Il y a dix ans, le plus grand producteur de gaz naturel de Roumanie a analysé la possibilité d’extraire du gaz de schiste, les entreprises ayant conclu des accords pétroliers avec l’Agence nationale des ressources minérales pouvant effectuer des travaux d’exploration.

«  Les tests de 1994-1995 effectués sur des champs en Transylvanie ont donné de très bons résultats. L’analyse sismique 3D montre des résultats dans la zone profonde, en dessous de 3 000 mètres  », a déclaré à l’époque un dirigeant de Romgaz.

Le gaz de schiste faisait également l’objet d’une attention particulière en Roumanie en 2012, lorsque Chevron Corporation a commencé à explorer le comté de Vaslui, dans le nord-est du pays. Des responsables sont intervenus à plusieurs reprises, avec des positions différentes, y compris le Premier ministre de l’époque.

Mais les craintes concernant les effets nocifs sur l’environnement liés à la fracturation hydraulique utilisée dans le forage de schiste ont déclenché des manifestations d’étudiants, d’enseignants, d’employés, d’autorités locales et de prêtres. Les protestations ont culminé en octobre 2013 avec une «  révolte  » de trois jours et des affrontements avec la police.

Onze eurodéputés verts se sont inquiétés de la «  violation de l’État de droit et des droits et libertés des citoyens européens  », appelant le président du Parlement européen à dénoncer la situation.

La compagnie pétrolière américaine a fermé le forage exploratoire en 2014, car le «  projet en Roumanie ne concurrence pas actuellement de manière favorable d’autres opportunités d’investissement dans notre portefeuille mondial  », déclarait la compagnie en 2015.

Le gouvernement a poursuivi la société, et la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale de Paris a condamné Chevron à payer des dommages et intérêts d’un montant de 73 millions de dollars suite à l’annulation de trois accords de concession pétrolière.

Grande expérience dans l’extraction

En ce qui concerne la technologie nécessaire à l’extraction du gaz de schiste, la Roumanie a plus d’un siècle d’activité dans l’industrie pétrolière et gazière.

Sept grandes sociétés pétrolières et gazières opèrent à Ploiești, à environ 78 kilomètres au nord de la capitale. L’une d’entre elles est le grand fabricant américain d’équipements pour champs pétrolifères Lufkin Industries, qui a bénéficié d’un financement de l’État pour près d’un tiers de l’investissement de 126 millions de dollars dans son centre régional stratégique, inauguré en 2013 par le président Traian Băsescu.

La Roumanie appelle à davantage d’investissements dans les infrastructures gazières

La Roumanie a déjà identifié des sources et des voies d’acheminement alternatives pour le gaz naturel afin de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations russes, mais elle a besoin que les couloirs gaziers de la région deviennent opérationnels.

Pas d’exploration du schiste pour l’instant

Le débat sur la fracturation a été relancé en février 2014 dans l’ouest de la Roumanie lorsque les habitants de Curtici, une ville de 7 500 personnes, et de 11 autres communes voisines ont participé à une réunion publique de protestation contre l’exploration du gaz de schiste dans la région.

En août 2020, les responsables locaux des mêmes villes du comté d’Arad ont exprimé leurs inquiétudes après que Panfora Oil & Gas, une filiale du groupe hongrois MOL, a acheté des terrains dans la région pour y effectuer des forages exploratoires.

L’Agence nationale roumaine pour les ressources minérales a confirmé à plusieurs reprises que les plans de travail dans la région de Curtici «  ne comportent aucune référence au gaz de schiste  ».

«  Pour répondre aux préoccupations des agriculteurs de la région, l’entreprise effectuera des mesures géophysiques 3D de surface informatisées exclusivement sur les routes publiques. Les mesures seront effectuées par des camions spéciaux circulant sans bloquer la circulation et utilisant de petits microphones sans fil  », a expliqué la filiale de MOL.

À la mi-mai, certains agriculteurs, irrités par les nouvelles mesures sur les routes agricoles, se sont plaints aux autorités locales.

Près d’une douzaine de communes ont partagé leur inquiétude et ont interdit la poursuite des explorations. Panfora Oil & Gas a contesté leurs décisions en justice, sans succès.

L’Intelligent Energy Association, un groupe à but non lucratif regroupant des professionnels du secteur de l’énergie, a récemment exigé une stratégie officielle sur la fracturation hydraulique, affirmant que le gaz de schiste représente une vaste opportunité pour la Roumanie d’accroître sa sécurité énergétique et de réduire les prix.

«  Il existe une énorme réserve de gaz de réservoir étanche, à savoir du gaz d’argile, mais aussi du gaz de schiste, qui est beaucoup plus facile à extraire, estimée à 1,4 trillion de mètres cubes, dans la région de Transylvanie  », a déclaré Dumitru Chisăliță, le président de l’association.

«  Mais depuis que tout le monde a eu peur de Pungești, plus personne ne parle de cette réserve  », a-t-il déclaré à EURACTIV.

Le plan national intégré de la Roumanie dans le domaine de l’énergie et du changement climatique pour 2021-2030 ne mentionne pas la possibilité d’utiliser la fracturation hydraulique.

«  Arrêtez cela car aucun pays en Europe n’a commencé à exploiter le gaz de schiste  », a déclaré Dimitrie Muscă, l’un des plus grands propriétaires fonciers de la région. «  Nous avons autant de gaz dans la mer Noire que nous le souhaitons. Il y a un grand potentiel pour l’agriculture, et nous le développons  », a-t-il ajouté.

La Roumanie en quête d'un gaz de schiste apparemment inexistant

Les sols de la Roumanie n’enfermeraient aucune source de gaz de schiste selon premier ministre roumain. Un avis que discute le géant pétrolier américain Chevron qui a indiqué ne pas avoir fini ses études exploratoires dans le pays.

Subscribe to our newsletters

Subscribe