Gel du financement du démantèlement d’une centrale nucléaire lituanienne

Reactor Ignalina.jpg

La Commission européenne a annoncé hier (13 décembre) que des donateurs internationaux, dont l’UE est le plus grand contributeur, ont décidé de suspendre le financement d’un projet de démantèlement de la centrale nucléaire d’Ignalina en Lituanie.

Ce projet comprend la construction d'une zone de stockage pour les restes de combustible irradié et l'approvisionnement de châteaux de stockage en vue de vidanger les deux réacteurs.

Cette décision a été prise parce que l'exploitant de la centrale nucléaire et le consortium en charge du projet (GNS/NUKEM) ne sont pas parvenus à régler leurs différends, en cours depuis plus de deux ans, concernant la mise en oeuvre concrète du projet. NUKEM est une entreprise basée à la fois en Allemagne (NUKEM GmbH) et aux États-Unis (NUKEM, Inc.) qui concentre ses activités sur le marché des combustibles nucléaires civils.

Étant donné que les deux unités de réacteurs ne peuvent être démantelées complètement qu'à partir du moment où le combustible irradié est entreposé en toute sécurité en dehors des réacteurs, un retard dans la construction des installations de stockage peut fortement ralentir l'ensemble du processus de démantèlement.

La Lituanie aurait émis des doutes depuis quelques temps sur la sécurité des conteneurs fournis par NUKEM.

Dans son communiqué de presse, la Commission européenne, l’un des principaux contributeurs au Fonds international d’appui au démantèlement, a sommé les deux parties de s'accorder de toute urgence sur la mise en oeuvre du projet. La Commission espère que la suspension des fonds accélèrera sa mise en application.

Elle explique que, si les deux parties trouvent une solution, la suspension serait levée et les fonds remboursés. Si aucun accord n'est conclu, l'argent pourrait être utilisé à d'autres fins.

Dans son traité d'adhésion, la Lituanie s'est engagée à démanteler la centrale nucléaire d'Ignalina. L'UE apporte son soutien financier afin d'aider la Lituanie à remplir sa mission. Le montant total du démantèlement s'élève à 2,8 milliards d'euros et l'UE s'est engagée à verser 1,37 milliard d'euros avant la fin de l'année 2013.

La Lituanie estime qu'elle aura besoin de 770 millions d'euros d'aide européenne jusqu'en 2029, en plus de ses propres financements. Dans la toute dernière proposition de budget pour la période 2014-2020, les fonds consacrés à la centrale d'Ignalina représentaient 400 millions d'euros.

Quand EURACTIV a demandé au représentant permanent adjoint de la Lituanie auprès de l'UE, l'ambassadeur Arunas Vinciunas, de commenter la situation, il a déclaré : « Les donateurs ont pris en compte les informations fournies par la Lituanie concernant les négociations avec NUKEM et ont demandé d’envisager un gel du financement de la mise en oeuvre du projet jusqu'à ce que la question de la sécurité des conteneurs pour combustibles usés soit complètement résolue. »

En 1992, lors d'un sommet du G7, il a été décidé que quatre unités de la centrale nucléaire de Kozloduy en Bulgarie, ainsi que celle de Bohunice en Slovaquie et celle d'Ignalina en Lituanie, devraient être fermées en raison de leur faible niveau de sûreté. Toutes ces unités nucléaires sont aujourd'hui fermées. La première unité d'Ignalina a été fermée en décembre 2004 et la seconde en décembre 2009.

La seconde unité d'Ignalina répondait à elle seule à environ 70 % de la demande énergétique du pays.

La Lituanie fait partie du réseau d'électricité russe et après la fermeture d'Ignalina, elle devra importer plus de 80 % de son énergie de la Russie.

La fermeture de ces centrales nucléaires a été négociée dans le cadre des traités d'adhésion de ces trois pays. Étant donné que cette fermeture prématurée représente un fardeau important, l'Union européenne leur apporte une aide financière.

Le démantèlement nucléaire est l'étape finale du cycle de vie d'une installation et couvre toutes les activités, de la fermeture et du transport des matières fissiles à la réhabilitation de l'environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe