Grandes manœuvres autour de l’électricité verte néerlandaise

Ørsted mise sur l'éolien marin [Vattenfall/Flickr]

Les géants de l’énergie se disputent l’électricité verte aux Pays-Bas. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Jeudi 17 janvier, Vattenfall a annoncé l’acquisition de l’énergéticien néerlandais Delta Energie. Basée en Zélande (sud des Pays-Bas), Delta alimente 170 000 clients en électricité et en gaz produits par des énergies renouvelables et de la biomasse. Le montant de la transaction n’a pas été rendu public.

Aux Pays-Bas, l’énergéticien public suédois possède déjà l’entreprise de service énergétique Feenstra (800 000 clients) et Powerpeers, une plateforme d’échange entre particuliers d’électricité photovoltaïque.

Les Pays-Bas se dotent d’une loi de décarbonation

Massivement dépendant des énergies fossiles, le secteur électrique devra être neutre en carbone en trois décennies. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement

3 milliards d’euros

Toujours dans le royaume de Willem-Alexander, Shell et le fonds d’investissement néerlandais PGGM ont annoncé leur intention d’acheter Eneco. Le producteur et distributeur d’électricité verte appartient à 53 communes néerlandaises (dont Rotterdam et La Haye) qui ont annoncé, fin 2018, leur intention de céder l’entreprise pour un prix global qui pourrait atteindre les 3 milliards d’euros.

Eneco dessert 2 millions de clients, dont 1,1 million en Belgique. Total serait également sur les rangs. La mise aux enchères devrait être organisée au printemps prochain.

Dix pays européens exigent zéro émission d'ici 2050

Les ministres de dix États européens ont demandé à la Commission de mettre en place une stratégie « crédible et détaillée » pour une Europe zéro émission d’ici 2050.

Subscribe to our newsletters

Subscribe