La Grèce confirme la fermeture de sa dernière centrale à charbon d’ici à 2025

La plus grande société énergétique de Grèce Public Power Corp. (PPC) a annoncé qu’elle abandonnait ses projets d’exploitation de la centrale au lignite Ptolemaida 5 jusqu’en 2028. [EPA/YANNIS KOLESIDIS]

« Nous sonnons le glas de l’ère charbonnière », a déclaré la secrétaire d’État grecque à l’Énergie Alexandra Sdoukou à la suite de l’annonce de la fermeture de la dernière centrale au lignite du pays, prévue pour 2025.

La plus grande société énergétique de Grèce Public Power Corp. (PPC) a annoncé qu’elle abandonnait ses projets d’exploitation de la centrale au lignite Ptolemaida 5 jusqu’en 2028.

S’éloignant ainsi du charbon, la centrale – toujours en construction – se tournera vers le gaz naturel en 2025, a fait savoir PPC.

Cette décision a été formulée le 22 avril, plusieurs semaines après l’émission par PPC de ses premières obligations vertes, marquant la volonté du pays de sortir du charbon.

« La fermeture de toutes les centrales au lignite d’ici à 2025, plus tôt que ce qui avait été initialement prévu, ouvre la voie de la Grèce vers l’énergie propre, tout en permettant la transformation de PPC en un acteur énergétique moderne au sein du bloc », a indiqué Mme Sdoukou.

« Nous sonnons le glas de l’ère charbonnière et entrons dans une nouvelle époque propice au développement du renouvelable et de la puissance concurrentielle du pays », a-t-elle renchéri.

En septembre 2019, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s’était engagé à sortir du charbon d’ici à 2028, avançant que toutes les centrales au lignite du pays fermeraient d’ici à 2023, sauf une.

Sortie du charbon d'ici à 2030, l'Europe est à mi-chemin

La moitié des 324 centrales à charbon de l’Europe ont soit mis la clé sous la porte, soit annoncé leur fermeture d’ici à 2030. Clap de fin pour la 162e centrale à charbon prévue en 2022, comme l’a annoncé EDF lundi (22 mars).

Toutefois, la motivation de transition de PPC est surtout économique. Il y a deux ans, le gouvernement grec peinait à trouver des acheteurs pour les trois centrales à charbon détenues par PPC, tandis que la société publique enregistrait des pertes à 1 milliard d’euros annuellement en raison de sa dépendance au lignite.

PPC avait déjà fait part de sa volonté de fermer toutes les autres centrales au lignite du pays d’ici à 2023. La mise en service de Ptolemaida 5 n’étant pas prévue avant 2022, des doutes subsistent quant à sa capacité à brûler du lignite.

« PPC s’est enfin rendu compte qu’elle gaspillait des milliards dans Ptolemaida 5 et causait des dommages effroyables à la santé de la population et à l’économie du pays », a soutenu Mahi Sideridou, membre de Europe Beyond Coal, une alliance de groupes de la société civile œuvrant pour la sortie du charbon.

« L’abandon du charbon par la Grèce, le troisième plus grand producteur de lignite en Europe, témoigne de l’état de la filière charbonnière à l’heure actuelle. Désormais, PPC se focalise sur le potentiel renouvelable gigantesque du pays. Les anciennes collectivités dépendant du charbon méritent mieux que d’être nouées à plus de combustibles fossiles, comme le gaz naturel. »

Les groupes de militants se concentrent maintenant sur la transition de PPC vers le gaz naturel.

« La montée continue des prix du CO2 exerce des pressions sur l’ensemble des centrales à charbon en Europe, mais l’abandon du charbon pour le gaz naturel n’est pas une solution », a mis en exergue Dimitris Tsekeris, de WWF Grèce.

« Le gaz naturel occupe la même place que le charbon il y a 15 ans, et nous serons confrontés à une crise semblable des actifs échoués dans les prochaines années. Nous devons nous accorder sur des alternatives durables, et non sur davantage de combustibles fossiles. Le gaz naturel ne peut pas faire partie de notre transition », a-t-il conclu.

La Hongrie prévoit sa sortie du charbon d’ici à 2025

La dernière centrale à charbon du pays sera fermée en 2025 et non en 2030, a déclaré le secrétaire d’État hongrois pour les affaires européennes plutôt cette semaine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer