Huit pays de l’UE lancent un appel en faveur des énergies renouvelables

offshore wind.jpg

Le ministre français de l'Écologie et sept ministres européens appellent la Commission européenne à aller au-delà de la réduction des émissions des gaz à effet de serre en fixant des objectifs « solides » en matière d'énergies renouvelables à l'horizon 2030.

Huit ministres européens ont fait front commun en faveur des énergies renouvelables. Dans une lettre adressée aux commissaires Connie Hedegaard et Günther Oettinger, respectivement en charge de l'action pour le climat et de l'énergie, les ministres demandent un renforcement des objectifs de l'UE en matière d'énergies renouvelables.  

Philippe Martin, ministre français de l'Écologie, Sigmar Gabriel, le nouveau ministre allemand de l'Économie et Andrea Orlando, ministre italien de l'Environnement, ont signé cette lettre consultée par EURACTIV .

« Nous devons proposer un cadre réglementaire solide et sur le long terme pour soutenir les sources d'énergies renouvelables, indépendamment des divergences sur les modalités opérationnelles », écrivent les ministres. « Un objectif sur les énergies renouvelables renforcera la compétitivité européenne et contribuera à la création d'emploi et à la croissance. »

Un objectif en matière d'énergie propre est « crucial » afin de sécuriser les entreprises qui investissent, poursuivent les ministres.

Le 22 janvier, la Commission doit dévoiler un « paquet climat-énergie » très attendu. Il comprendra des propositions législatives sur différents sujets, dont le gaz de schiste, les sables bitumineux, la réforme structurelle du marché du carbone et la compétitivité industrielle.

Les propositions sur les objectifs sur l'énergie et le climat pour 2030 constituent la pièce maîtresse du paquet. Elles devraient revoir les objectifs 20-20-20 à la hausse (voir « Contexte »).

La lettre des ministres s'inscrit dans le cadre d'une bataille intensive contre les positions du Royaume-Uni, de la Pologne et d'autres pays opposés aux objectifs relatifs à l'énergie propre. La Commission estime pour sa part que leur position risquerait de supprimer des emplois.

Lors d'un discours à Bruxelles, le ministre britannique de l'Énergie, Ed Davey, a qualifié les objectifs en matière d'énergies renouvelables de « rigides et inutiles », car ils font obstacle aux options énergétiques britanniques sur le gaz, sur le nucléaire ou sur des technologies expérimentales, comme le captage et stockage du dioxyde de carbone.

Marchandages bruxellois

De fait, les objectifs axés exclusivement sur la réduction des gaz à effet de serre semblent gagner du terrain parmi les chefs d'État européens. Selon des sources européennes, il s'agit d'un « marchandage bruxellois » sur le paquet.

De son côté, Connie Hedegaard a discrètement soutenu un objectif en matière d'énergies renouvelables. Elle n'en a toutefois pas parlé du tout dans son dernier billet d'opinion du 6 janvier. Elle plaide pourtant en faveur d'une « politique déterminée en matière de lutte contre le changement climatique ».

Dans ce contexte, les huit ministres européens ont choisi de se faire les avocats des objectifs sur les énergies renouvelables, un domaine peu abordé auparavant. Ils affirment que ces objectifs permettront de réduire la dépendance vis-à-vis des importations d'énergies fossiles coûteuses et d'étendre le réseau.

« Nous ne pouvons pas rater cette occasion », concluent les ministres dans leur missive. Des décideurs politiques autrichien, belge, danois, irlandais et portugais ont également signé cette lettre.

Leur initiative semble en accord avec la pensée actuelle européenne sur les objectifs de 2030, comme le souligne un rapport d'évaluation sur les effets économiques des différents scénarios politiques sur le climat consulté par EURACTIV.

Effets positifs sur le marché de l'emploi

Selon un « scénario de référence » du rapport, la réduction des gaz à effet de serre à hauteur de 40 % permettrait de créer 645 000 emplois d'ici 2030.

Mais la combinaison de cet objectif avec un taux de 30 % d’énergies renouvelables et des politiques d'efficacité énergétique « ambitieuses et explicites » permettrait de créer 1,25 million d'emplois supplémentaires à l'horizon 2030 par rapport au scénario de référence », selon l'étude.

Plus intrigant encore, il ressort de ce document que la hausse des taxes sur l'utilisation des ressources énergétiques et leur réduction sur le travail pourrait avoir un « effet bénéfique sur la croissance et l'emploi ».

« Un transfert des taxes sur le travail vers le dioxyde de carbone [dans les systèmes qui ne dépendent pas du marché du carbone] pourrait réduire le coût de la politique sur le climat et même avoir des effets positifs sur le PBI et l'emploi sur le niveau global. »

Le document de consultation de la Commission européenne (livre vert) sur le cadre des politiques énergétique et climatique à l'horizon 2030 mentionne un objectif éventuel de réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre. Il ne ferme pas la porte à la réalisation d'un objectif de 30 % d'énergies renouvelables d'ici 2030.

La consultation laisse toutefois penser que les progrès dans le nouvel objectif d'économies d'énergie pourraient être reportés après une révision l'année prochaine des avancées dans le respect de l'objectif de l'UE pour 2020. Il est cependant reconnu que cette cible n'est pas contraignante et qu'elle ne sera probablement pas atteinte.

L'UE dispose actuellement de trois projets climatiques afin de réduire de 20 % les émissions de CO2 sur le continent et d'atteindre 20 % d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique d'ici 2020. Le dernier objectif sera rempli grâce à différentes méthodes.

  • 22 janvier 2014 :  paquet européen sur le climat
  • Mai 2014 : élections du Parlement européen
  • Mai 2014 : les États membres de l'UE doivent préparer des programmes pour que leurs entreprises énergétiques réalisent 1,5 % d'économies d'énergie par an
  • Juin 2014 : examen des progrès en vue d'atteindre des objectifs sur l'efficacité énergétique en 2020
  • 2020 : date butoir pour respecter les objectifs contraignants 20-20-20

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.