La crédibilité de l’AIE mise en cause par des spécialistes du climat

Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE. [EPA/GIORGIO ONORATI]

Censée guider les États dans leurs efforts climatiques, l’ Agence internationale de l’énergie proposent des scénarios qui ne respectent pas l’Accord de Paris selon Oil Change international.

Le scénario « Nouvelles Politiques » de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), utilisé comme principale référence pour son rapport annuel Perspectives énergétiques mondiales, implique d’utiliser un volume d’énergies fossiles incompatible avec l’objectif d’un réchauffement maximum de 2 °C de l’Accord de Paris, révèle une étude d’Oil Change International et de l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA).

Si le scénario de base de l’AIE était appliqué, le volume maximum de CO2 que l’humanité peut se permettre d’émettre sans que le réchauffement climatique dépasse 1,5 °C serait émis d’ici 2022. Pour un réchauffement de 2 °C, la date fatidique s’éloigne à peine : 2034, révèle l’étude.

Sans modification de ce scénario, le monde s’expose à un réchauffement entre 2,7 °C et 3,3 °C, préviennent les deux organisations.

Même le « scénario de développement durable » de l’AIE ne permettrait pas de respecter l’Accord de Paris, puisqu’il mènerait à un épuisement des émissions possible d’ici 2023 pour 1,5 °C et d’ici 2040 pour 2 °C.

Initialement rédigé en 2009 pour éviter un changement climatique trop dangereux, ce scénario n’a pas été revu après la signature de l’Accord de Paris, en 2015. Les auteurs de l’étude estiment que les orientations qu’il donne sont trop pauvres et inadaptées aux réalités actuelles.

L’AIE réfute cette analyse, assurant que « toute suggestion selon laquelle le scénario de développement durable n’est pas compatible avec les objectifs de l’Accord de Paris est erronée ». L’agence admet pourtant que son scénario de référence est insuffisant au regard des objectifs climatiques.

« Le message clair émanant du scénario Nouvelles Politiques est que les politiques actuelles et prévues, y compris les contributions nationales dans le cadre de l’Accord de Paris, ont pour effet une réduction des émissions qui est ‘loin de suffire pour éviter les conséquences graves du changement climatique’ et une utilisation très rapide du budget carbone mondial », indique l’AIE.

Investissement dans le gaz et le pétrole

L’agence a ajouté que le respect des objectifs de Paris « inclut des investissements dans les infrastructures et la production de pétrole et de gaz, afin d’assurer le maintien de la stabilité économique et de la sécurité énergétique nécessaire à une transition réussie ».

Si les renouvelables et le nucléaire jouent un rôle de plus en plus important dans tous les scénarios, le gaz « reste important pour la croissance de la production d’électricité », souligne l’AIE, favorable à l’utilisation de la technologie de captage et de stockage du carbone (CSC) pour limiter l’impact climatique de l’utilisation du gaz.

Pour sa part, « le pétrole reste essentiel dans des secteurs où il existe peu d’alternatives, comme la pétrochimie, le transport et l’aviation », insiste-t-elle, alors que les véhicules et infrastructures électriques devraient se généraliser rapidement.

Le rapport d’Oil Change International et de l’IEEFA liste d’ailleurs les nombreuses déclarations de représentants de l’AIE en soutien à l’investissement dans le gaz et le pétrole. Ceux-ci se sont notamment exprimés en faveur de l’exploitation extrêmement polluante des sables bitumineux au Canada, alors même que la communauté internationale est appelée à se détourner des énergies fossiles.

En décembre 2017, la Banque mondiale a annoncé qu’il ne financerait plus l’extraction du pétrole et du gaz après 2019, afin d’encourager les pays à atteindre les objectifs déterminés à Paris. Cette décision reflète les recommandations du groupe de haut niveau sur le développement durable de l’UE, qui appelle les décideurs politiques à éradiquer tout soutien public aux fossiles.

Les ONG frappent au portefeuille les énergies fossiles

Pour couper les vivres aux principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre, les ONG font pression sur leurs financeurs, banques et assurances en tête. Une démarche de longue haleine parfois couronnée de succès. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Combustibles fossiles surestimés

Selon Oil Change International, entre 78 et 96 % des investissements recommandés dans le nouveau scénario politique de l’AIE sont incompatibles avec les objectifs de l’accord de Paris, soit environ 9,1 à 11,2 trillions d’euros pour la période 2018-2040.

« L’AIE encourage une vision de l’avenir où le monde continuera à dépendre des énergies fossiles », a regretté Greg Muttitt, le directeur de recherche d’Oil Change International.

« En tant que base pour les décisions politiques et d’investissement, elle risque de devenir une prophétie autoréalisatrice », a-t-il averti, affirmant que les 30 membres de l’AIE ont signé l’accord de Paris, et que cela « devrait les aider à atteindre les objectifs climatiques au lieu de les freiner ».

Les détracteurs jugent que l’AIE a déjà surestimé l’importance des combustibles fossiles dans ses Perspectives énergétiques mondiales, qui sort chaque année en novembre. L’organisation internationale basée à Paris aurait également tendance à sous-estimer la croissance des énergies renouvelables tout en faisant des hypothèses optimistes sur le nucléaire.

« Il est probable que ces scénarios soient en grande partie coupables de l’échec de la communauté internationale à se concentrer sur les énergies renouvelables ces dix à vingt dernières années », a déclaré Hans-Josef Fell, le président d’Energy Watch Group, un réseau international de scientifiques et de parlementaires, cité par la chaîne allemande Deutsche Welle.

Par définition, les scénarios sont incertains et accompagnés de réserves, affirme l’AIE, déclarant qu’ils ne doivent pas être confondus avec « des prévisions ». Cependant, le fait que l’AIE sous-estime constamment la croissance des énergies renouvelables pourrait également avoir des répercussions plus larges.

L’Agence internationale de l'énergie tacle la politique énergétique de la France

L’agence de l’OCDE n’est pas totalement convaincue de l’efficacité de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

À Bruxelles, la Commission européenne reconnait avoir été surprise de la chute rapide des coûts des renouvelables, et avoir mis à jour ses prédictions énergétiques basées sur des données actualisées.

Conflits d’intérêts

Oil Change International suggère que cela pourrait s’expliquer par les conflits d’intérêts à l’AIE. « Au moins deux des auteurs des Perspectives sur l’économie mondiale étaient des agents détachés de compagnies pétrolières, qui continuaient à toucher un salaire pendant qu’ils rédigeaient les perspectives ! », indique l’ONG dans son rapport.

« Ils faisaient tous deux partie de Shell », a déclaré Greg Muttitt à Euractiv, affirmant que ces informations étaient tirées des remerciements des Perspectives sur l’économie mondiale, où des dizaines d’experts en énergie figurent parmi les contributeurs, notamment des compagnies pétrolières comme Schlumberger, ConocoPhillips, Statoil, Shell et Chevron.

La liste des contributeurs est très composite, avec notamment des représentants des ministères nationaux de l’énergie de nombreux pays, des associations d’énergies renouvelables, des instituts de recherche, des groupes de réflexion et des ONG telles que l’Institut des ressources mondiales et Greenpeace.

L’AIE rejette cependant ces critiques, assurant à Euractiv n’être « redevable à aucune entreprise ou à aucun résultat » et affirmant que son analyse « couvre tous les carburants et technologies de manière impartiale » en partant d’un large éventail de contributeurs pour « s’assurer que le rapport présente une vision précise et équilibrée de l’avenir du secteur de l’énergie ».

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe