L’Allemagne pousse l’efficacité énergétique pour le paquet Climat 2030

Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires économiques [SPD Niedersachsen/Flickr]

Le ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, Sigmar Gabriel, veut introduire un objectif contraignant sur l’efficacité énergétique à l’horizon 2030.

Sigmar Gabriel a proposé le 13 juin de mettre en place un objectif contraignant en matière d’efficacité énergétique pour le paquet énergie-climat 2030 au Conseil énergie. En janvier, la Commission européenne avait proposé deux objectifs contraignants. Il s’agissait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 %, et d’avoir 27 % de l’énergie en provenance des énergies renouvelables. L’évaluation de ces avancées aura lieu sur l’ensemble de l’Union européenne et non pays par pays.

Selon un fonctionnaire européen, la Commission pourrait ajouter des mesures contraignantes, si l’ensemble de l’UE s’éloigne trop de son objectif final.

L’efficacité énergétique ne figurait pourtant pas parmi les ambitions à l’horizon 2030. La Commission attend une révision sur les avancées dans l’efficacité énergétique pour 2020, qui devrait être publiée au cours de cet été.

« Nous n’avons vraiment pas réussi à prendre en compte l’importance de l’efficacité énergétique », a expliqué le ministre allemand auprès de ses homologues. Il a ajouté que les États membres ont dépensé plus d’un milliard d’euros par jour dans les importations d’énergies fossiles en 2012. Selon lui, la hausse des importations de gaz naturel liquéfié ne fera qu’accentuer cette tendance.

Réduire la dépendance énergétique

« Si nous évoquons la réduction de la dépendance vis-à-vis des importations, nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas profiter de l’un des outils disponibles pour ce faire : les économies d’énergie », a-t-il poursuivi.« Nous ne devrions pas nous limiter à des objectifs sur les gaz à effet de serre et les énergies renouvelables. Un objectif contraignant sur l’efficacité énergétique devrait également être fixé. »

Des diplomates indiquent que Berlin s’est rapproché de la position de Londres dans les discussions en privé pour 2030. Le gouvernement britannique souhaite aller au-delà d’une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre des négociations aux Nations unies si d’autres pays s’engagent également à mettre en œuvre d’autres économies d’énergie.

Toutefois, le Royaume-Uni et certains pays d’Europe de l’Est s’opposent à des objectifs contraignants en matière d’efficacité énergétique, même si le thème semble prendre de plus en plus d’importance en partie à cause de la crise ukrainienne.

Le 18 juin, le ministère allemand de l’Économie et le ministre danois du Climat et de l’énergie organisent conjointement un atelier en vue de souligner la nécessité d’introduire trois objectifs contraignants dans le paquet climat-énergie 2030.

La politique énergétique allemande pourrait servir d’exemple pour stimuler la croissance et l’emploi. Berlin a par exemple créé des milliers d’emplois grâce à des programmes de rénovation des bâtiments après la crise financière de 2008.

Lutter contre les eurosceptiques

Günther Oettinger, le commissaire européen en charge de l’énergie, a également plaidé en faveur d’un objectif contraignant en matière d’efficacité énergétique. Il a d’ailleurs déclaré au Conseil qu’il était important de gagner les âmes et les cœurs dans la lutte contre les eurosceptiques pour avancer dans ce dossier.

« Si nous souhaitons maintenir une qualité de vie et avoir des réfrigérateurs aussi froids, mais moins énergivores ainsi que des ampoules qui n’émettent que de la lumière et non de la chaleur, nous devons alors remporter la lutte contre les tabloïds et les eurosceptiques », a-t-il affirmé.

« Le Parlement européen compte dorénavant plus d’eurosceptiques que jamais. Nous avons donc plus que jamais besoin d’une position cohérente entre le Conseil et la Commission. Seulement à partir de ce moment-là, il serait logique de conserver notre position sur l’efficacité énergétique dans le paquet 2030 », a-t-il ajouté.

Les ministres européens de l’Énergie ont convenu de limiter à 7 % la quantité de biocarburants de première génération dans le mix énergétique européen. Ils craignent en effet que la culture d’agrocarburants destinés à l’alimentation puisse provoquer une hausse des prix ou changements d’affectation des terres non viables.

Le document de consultation de la Commission européenne (livre vert) sur le cadre des politiques énergétique et climatique à l'horizon 2030 mentionne un objectif éventuel de réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre. Il ne ferme pas la porte à la réalisation d'un objectif de 30 % d'énergies renouvelables d'ici 2030.

La consultation laisse toutefois penser que les progrès dans le nouvel objectif d'économies d'énergie pourraient être reportés après une révision des avancées dans le respect de l'objectif de l'UE pour 2020 qui devrait être publiée au cours de l’été 2014. Il est cependant reconnu que cette cible n'est pas contraignante et qu'elle ne sera probablement pas atteinte.

L'UE dispose actuellement de trois projets climatiques afin de réduire de 20 % les émissions de CO2 sur le continent et d'atteindre 20 % d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique d'ici 2020.Le dernier objectif sera rempli grâce à différentes méthodes.

  • 26 juin : le Conseil européen devrait discuter des objectifs climat-énergie pour 2030
  • Septembre : la révision sur les avancées en matière d’efficacité énergétique devrait être publiée
  • Septembre : le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, accueillera le sommet sur le climat à New York
  • Octobre : le Conseil européen devrait discuter des objectifs climat-énergie pour 2030
  • Décembre : Conférence sur le climat (COP 20) à Lima (Pérou)
  • Décembre 2015 : un accord contraignant international devrait voir le jour dans le cadre de la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Paris
  • 2020 : date butoir pour atteindre les objectifs 20-20-20

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.