L’exploitation des terres rares en eaux profondes risque d’affecter l’écosystème

Poulpe dans les fonds marins (Credit: [Ethan Daniels/Shutterstock])

Les ressources minérales marines profondes offrent une capacité importante d’exploration, notamment dans le Pacifique. Mais leur exploitation pourrait impacter la biodiversité.

Une étude intitulée « Impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes » menée pendant deux ans par le CNRS et l’Ifremer à la demande du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, souligne les impacts environnementauxs de l’exploitation des ressources minérales marines profondes.

Avec l’épuisement de certains métaux, les compagnies privées, et les États s’intéressent de plus en plus aux ressources minérales des grands fonds marins, et plus précisément à leur potentielle exploitation. Mais avant de pouvoir exploiter ces ressources, encore faut-il explorer les fonds océaniques pour déterminer les zones riches en terres rares. Et déterminer quel peut être l’impact sur l’environnement.

« II faut conduire des explorations pour pouvoir connaître les milieux marins d’eaux profondes, et pouvoir apprécier s’il est judicieux ou pas de les exploiter. C’est l’un des objectifs de cette étude » explique Jérôme Dyment, directeur de recherche au CNRS.

La France dispose de la deuxième zone économique exclusive (ZEE)

mondiale, soit 11 millions de km², principalement grâce aux territoires d’outre-mer. L’exploitation des terres rares marines à grande profondeur pourrait menacer des écosystèmes exceptionnels par leur biodiversité, souligne le rapport.

Métaux rares en eaux marines profondes

Les ressources minérales marines profondes constituent une réserve de métaux. Fer, platine, cobalt, manganèse, or, argent, nickel, et autres terres rares sont disponibles en quantités importantes dans les grands fonds marins. Situées à plusieurs milliers de mètres de profondeur, ces ressources restent cependant difficiles d’accès.

Selon le rapport, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, et les îles Wallis et Futuna disposent de ressources marines profondes en métaux de bases et métaux rares : cobalt, platine, tellure. Les fonds marins profonds autour de l’île de la Réunion concentrent aussi des métaux tels le nickel, le cuivre, le lithium ou le thallium.

Biodiversité menacée

En cas d’exploitation de ces terres rares marines en grande profondeur, l’environnement serait menacé selon le rapport du CNRS et de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer).

« Indéniablement, les processus miniers vont avoir des impacts sur l’environnement. Ces impacts pourront être très localisés ou au contraire très étendus, d’une durée plus ou moins longue et seront plus ou moins spécifiques selon la nature de la ressource exploitée, et les capacités d’adaptation des écosystèmes face à ces impacts » détaille l’étude.

Il existe plusieurs méthodes d’extractions pour exploiter ces ressources. Le système de ramassage par bennes attachées à un câble et tractées par un navire, le système d’aspiration via un tube, ou le système d’extraction par préleveurs libres et autonomes. Dans tous les cas, ces méthodes de ramassages impactent l’environnement marin.

Avec l’exploitation, le rapport souligne que l’habitat de certains animaux et micro-organismes pourrait être partiellement détruit. De même, le ramassage des terres rares par aspiration pourrait entrainer la disparition de plusieurs animaux et micro-organismes, en raison de l’action combinée de l’abrasion, de la décompression et en raison de l’augmentation de température dans le tube. Enfin, l’exploitation pourrait provoquer une augmentation de la concentration de composés toxiques dans le milieu marin.

« L’exploitation des ressources marines profondes pourrait poser plusieurs problèmes en termes d’impact sur l’environnement. Entrainant notamment une destruction des couches de sédiments, et une augmentation de la concentration en métaux lourds, menaçant certains micro-organismes » explique Sylvain Lamare.

>> Lire aussi : La réflexion progresse sur l’exploitation des terres rares en Europe

L’exploitation par des entreprises est d’autant plus préoccupante qu’elle serait uniquement guidée par le profit, et serait peu regardante de son impact sur les écosystèmes.

« Les déchets liés à l’exploitation des ressources minérales marines profondes pourraient être partiellement traités par les industriels sur les bateaux puis rejetés en mer. Notre étude montre que les zones de rejets de ces déchets pourraient davantage affecter l’environnement si ils étaient rejetés en zone intermédiaire »  poursuit Sylvain Lamare.

La France dispose de la deuxième zone économique exclusive mondiale avec 11 millions de km². Le 21 février, le ministre du Redressement productif a annoncé le renouveau du secteur minier en France, dans les carrières de gypse de Montmorency (Val-d'Oise). Il a annoncé officiellement la création d’une compagnie nationale des mines de France (CNF). La France n’avait pas créé d’entreprise publique depuis 1993.

L’expertise scientifique collective (ESCo) intitulée « Impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes » a été publiée suite au comité interministériel de la mer, le 2 décembre 2013.

En novembre 2008, la Commission européenne a présenté une nouvelle stratégie intégrée sur les matières premières, proposant trois piliers pour formuler une réponse politique de l'UE aux différents défis liés à l'accès aux ressources mondiales :

Accès plus équitable aux matières premières sur les marchés mondiaux;

Meilleures conditions pour l'extraction des matières premières en Europe;

Réduction de la consommation de matières premières dans l'UE et amélioration de l'efficacité des ressources et du recyclage.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER