La crise ukrainienne remet l’efficacité énergétique en tête des priorités européennes

Photo: bryanburke/flickr

EXCLUSIF / Les craintes de coupure de gaz l’hiver dernier ont mis la question énergétique au coeur de l’ordre du jour du Conseil Énergie.

Le Conseil a organisé une réunion informelle à Athènes pour discuter de politique énergétique. Les ministres européens comptent notamment explorer de nouvelles voies en vue de maîtriser la demande énergétique au sein de l’UE, le second point de l’ordre du jour préparé par la présidence grecque. L’objectif affiché est de réduire la dépendance énergétique de l’UE.

La cohérence entre la prochaine stratégie sur la sécurité énergétique de l’Union et les propositions relatives aux objectifs climatiques à l’horizon 2030 constitue le principal thème du document. L’efficacité énergétique fait partie des objectifs de ce document. Elle pourrait être bientôt formulée de façon formelle cet été lors de l’examen des progrès accomplis quant aux objectifs relatifs aux économies d’énergie à l’horizon 2020.

« Atteindre l’objectif d’efficacité énergétique de 20 % sera la première des priorités », indique le document consulté par EURACTIV. En ce but, l’UE devrait adopter une stratégie « fondée en particulier sur une série de mesures qui comprend la mise en place d’outils informatiques qui permettent aux consommateurs de mieux contrôler [leur] consommation d’énergie, une rénovation accélérée des bâtiments énergivores, ainsi que des dispositifs concernant l’industrie et les systèmes de chauffage urbain ».

La référence aux compteurs intelligents est claire. Actuellement, l’UE est de 3 à 4 % en dessous des taux fixés en matière de politique énergétique. Selon les informations glanées par EURACTIV, les solutions envisagées pour combler le retard dans les objectifs à l’horizon 2020 sont les suivantes : une hausse des objectifs en matière de rénovation des bâtiments publics prévue dans la directive sur l’efficacité énergétique, et leur intégration dans la directive relative à la performance énergétique des bâtiments, qui est plus ambitieuse.

La question du financement des mesures sur l’efficacité énergétique sera débattue lors de la deuxième session du Conseil. Un représentant de l’Agence internationale de l’énergie entamera cette session avec une discussion sur la sécurité énergétique.

L’Europe est le premier importateur d’énergie au monde. Elle dépense chaque année 545 milliards d’euros pour sa consommation d’énergie. Environ 60 % de sa consommation en gaz et 80 % en pétrole proviennent d’ailleurs de l’étranger.

La Russie fournit environ un tiers des besoins en gaz de l’UE. Cependant, un programme ambitieux de rénovation des bâtiments réduirait drastiquement la demande européenne en gaz, selon diverses analyses réalisées par le Buildings Performance Institute Europe et la société de conseil Stefan Scheuer qui se sont fondées sur les données publiées par Eurostat.

Stratégie sur la sécurité énergétique

Selon les sources d’EURACTIV, la stratégie envisagée en matière de sécurité énergétique par l’UE inclut probablement la diversification de ses voies d’approvisionnement afin de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Aussi, l’UE compte améliorer les installations de stockage d’énergie, intégrer les technologies d’inversion de flux et développer le réseau d’interconnexions en vue d’assouplir le système de transport gazier déjà en place sur le continent.

Des propositions pourraient être formulées en vue d’adapter le règlement sur les conditions d’accès aux réseaux de transport de gaz adopté en 2009. Une nouvelle directive plus précisément consacrée au stockage de gaz et à la sécurité d’approvisionnement serait également envisageable.

Selon Jasmin Battista, membre du cabinet de Günther Oettinger, commissaire en charge de l’énergie, il est de nouveau de bon ton d’évoquer des mesures pour promouvoir la consommation d’énergie issue de la biomasse, le recours aux chauffages urbains et aux pompes à chaleur.

Selon certaines sources, la fonctionnaire européenne aurait affirmé lors d’une réunion avec les acteurs de l’industrie plus tôt dans la semaine que les règles envisagées dans le développement durable prenant en compte le rejet de carbone engendré par la biomasse, serait reportées à après 2020 au plus tôt.

Un futur document sur les critères de durabilité de la biomasse devrait « conforter la certitude qu’aucune autre mesure n’est à prendre [dans le domaine] » aurait-elle affirmé. Pour la Pologne et le Royaume-Uni, la transition énergétique du charbon à la biomasse est intéressante en termes de coûts et de contraintes de temps.

Selon les informations d’EURACTIV, les mesures en matière d’efficacité énergétique sont également considérées comme une option rapide et peu coûteuse en vue d’assurer la sécurité énergétique au vu du climat politique actuel. Au contraire du développement des énergies renouvelables qui soulèvent bien des oppositions parmi les États membres.

Les chiffres publiés le 13 mai montrent une très forte augmentation du nombre de rejet de projets de construction de parcs éoliens terrestre. De 25 à 29 % en moyenne les années précédentes, 41 % des projets ont été rejetés en 2013.

Les récents sondages montreraient cependant un large soutien parmi les 3 grands États membres (Allemagne, France, Royaume-Uni) en faveur de la mise en œuvre de nouvelles mesures en matière d’économie d’énergie. Même la Pologne n’a manifesté jusqu’à ce jour qu’une faible opposition.

En cas de crise

De source informée, la Commission envisage également d’introduire des mesures d’urgence en cas de crise en approvisionnement en gaz qui atteindrait son paroxysme durant l’hiver prochain. Parmi ces mesures, l’exécutif souhaiterait rénover rapidement les réseaux de chauffage urbain et les bâtiments résidentiels. Ces rénovations comprennent l’isolation et la mise en place de double vitrage, ce qui pourrait réduire rapidement la consommation d’énergie.

Cependant, de telles mesures rendront toute rénovation de grande envergure plus onéreuse et difficile à mettre en œuvre sur le long terme.

Selon les informations d’EURACTIV en provenance de la Commission européenne, l’Allemagne et d’autres États membres seraient particulièrement intéressés par l’objectif de 30 % en matière d’efficacité énergétique. Cet objectif pourrait être contraignant au niveau européen et être ajouté au paquet énergie-climat 2030 une fois le bilan des avancées relatives à l’efficacité énergétique dressé.

« Nous voulons un objectif contraignant en matière d’efficacité énergétique » a confirmé à EURACTIV un diplomate européen. « Nous avons l’intuition que c’est un levier important en vue de garantir la sécurité d’approvisionnement de l’Europe. Néanmoins, nous n’avons pas encore déterminé si ce taux doit être à 30, 35 ou 40 % », a-t-il indiqué.

Il a poursuivi : « La France et nous-mêmes aimerions voir le Conseil européen en juin prochain envoyer de premiers signaux à nos partenaires au niveau international dans la perspective du sommet avec Ban Ki Moon qui se tiendra en automne ».

Selon lui, la Pologne y est opposée. Il a ajouté en conséquence : « Mais nous pensons qu’une étape intermédiaire serait plus réaliste et j’espère que ce point sera débattu par les ministres cette semaine ». 

Gazprom, géant gazier russe qui détient le monopole en Russie, vend son gaz aux États membres dans le cadre d'accords bilatéraux confidentiels.

L'évolution de la crise ukrainienne illustre la manière dont Gazprom utilise le prix du gaz comme levier politique.

L'Ukraine avait l’habitude de payer 400 dollars les 1000 mètres cubes en vertu de l'accord signé sous la houlette de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko en 2009.

Quand l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait refusé de signer l'accord d'association avec l'Union et s'était tourné vers la Russie à la place, Gazprom avait alors baissé le prix du gaz destiné à l'Ukraine d'un tiers, soit 268 dollars par mille mètres cubes.

En février dernier, un gouvernement proeuropéen intérimaire prenait le pouvoir. Depuis lors, Gazprom a relevé ses tarifs de 80 % environ, soit 485 dollars par mille mètres cubes.

 Kiev essaie actuellement d'obtenir du gaz grâce aux flux inversés en provenance de Pologne, de Hongrie et de Slovaquie. Même si ce gaz provenait au départ de Russie, son prix était moins élevé que les 400 euros/1000 mètres cubes que payait Kiev avant l'accord de décembre 2013 avec Viktor Ianoukovitch. 

  • 28 mai 2014 : publication prévue du rapport sur la stratégie relative à la sécurité énergétique
  • Juin : réunion du Conseil Energie
  • Été/automne : examen des progrès en vue d'atteindre des objectifs sur l'efficacité énergétique en 2020, et publication des objectifs potentiels à l'horizon 2030
  • Sept. 2014 : Ban Ki-Moon accueillera le sommet sur le climat à New York
  • Oct. 2014 : le Conseil de l'UE adoptera une position sur les objectifs climatiques pour 2030
  • Déc. 2015 : sommet CCNUCC à Paris

Commission européenne

Conseil de l'Union européenne 

Organisations internationales 

Presse

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.