La France à la traîne sur ses objectifs énergie-climat

Près de 90% des capacités de production d’électricité créées en Europe en 2016 provenaient de sources d'énergie renouvelable. [Shutterstock]

La France est en retard pour développer les énergies vertes et pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Un article de notre partenaire La Tribune

31 % de l’électricité consommée en France au deuxième trimestre de cette année est d’origine renouvelable. Mais ce record masque une situation qui écarte notre pays de la  trajectoire qui lui permettrait d’atteindre 23 % d’énergies renouvelables dans son mix à l’horizon 2020.

Dans un rapport rendu public mardi 31 juillet, l’agence de notation Moody’s fait le point sur la position de plusieurs États membres par rapport aux engagements en matière d’énergies renouvelables et d’émissions de gaz à effet de serre qu’ils avaient pris en 2008 dans le cadre du paquet européen climat énergie.

Les auteurs y rappellent les délais record nécessaires pour développer des projets solaires ou éoliens dans l’Hexagone, en comparaison d’autres pays européens. D’ailleurs, l’hydro-électricité représente 20 % de l’électricité consommée ces trois derniers mois, le solaire, l’éolien et la biomasse ne pesant que 10 %.

Heureusement pour nous, notre mix électrique, nucléarisé à 75 %, étant déjà largement décarboné, ces mauvaises performances en matière d’énergies renouvelables ne constituent pas un obstacle majeur pour l’atteinte de nos objectifs climatiques.

Aussi l’agence observe-t-elle que les décisions concernant notre mix énergétique seront essentiellement fondées sur des choix politiques, ajoutant que, quels que soient ces choix, la gestion de l’héritage nucléaire représentera dans les prochaines années un coût très élevé.

La neutralité carbone en 2050, un objectif hors d’atteinte ?

Dans tous les cas, la France devrait parvenir à abaisser ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % en 2020 en comparaison de 2005. Moody’s anticipe qu’en plus d’un effort accru dans les renouvelables, les mesures de décarbonation d’autres secteurs tels que les transports et le bâtiment — résidentiel et tertiaire — devraient se multiplier.

Il le faudra en effet pour espérer atteindre un autre objectif, que nous nous sommes fixé nous-mêmes : la neutralité carbone en 2050, promise par le ministre Nicolas Hulot dans son plan climat en juillet 2017. Comme l’a révélé le Journal de l’environnement suite à la réunion du comité de suivi technique sur la révision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et de la stratégie nationale bas carbone (SNBC) organisée par la direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), les budgets carbone à ne pas dépasser dans cet objectif ne seront respectés ni sur la période 2015-2018, ni sur la suivante (2019-2023).

En cause, justement : le secteur des transports et celui du bâtiment, dans lequel l’objectif annuel initial — et nécessaire — de 700 000 rénovations thermiques a été ramené à 500 000, un chiffre d’ailleurs encore jamais dépassé à ce jour. Plus globalement, la France fait face à une difficulté à réduire suffisamment sa consommation énergétique, puisqu’aussi bien l’objectif de -20 % (par rapport à 2012) que celui de -50 % en 2050 semblent hors d’atteinte.

L’Allemagne, championne des renouvelables à la peine sur le climat

Si la France fait mieux sur le plan du climat que sur celui des énergies vertes, on observe exactement l’inverse chez nos voisins allemands. Ces derniers ont beau être les rois des renouvelables, largement dans les clous pour atteindre 18 % de leur mix énergétique en 2020, ils n’en demeurent pas moins trop dépendants au charbon pour espérer respecter leurs engagements concernant leurs émissions de gaz à effet de serre : une baisse de -40 % entre 1990 et 2020. Moody’s est convaincu que le pays va accélérer dans la décarbonation de son mix énergétique et dans les transports, mais le calendrier de mise en œuvre de ces mesures reste flou.

A l’inverse de la France et de l’Allemagne, certains États membres parviennent à atteindre à la fois leurs objectifs climatiques et énergétiques.

C’est le cas notamment des pays nordiques, dont l’énergie est d’ores et déjà très décarbonée grâce à l’hydroélectricité et à l’éolien, et qui devraient accentuer cette avance tout en s’attaquant à des secteurs hors énergie. Mais c’est aussi le cas du Royaume-Uni, grâce à l’instauration d’un prix du carbone qui a permis de réorganiser le mix énergétique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.