La Grèce, Chypre et Israël signent un accord trilatéral pour la construction d’un câble sous-marin

Le ministre israélien Steinitz a souligné que le câble sous-marin « nous permettra de recevoir de l’électricité en provenance des réseaux électriques du continent européen en cas d’urgence et, plus important encore, soutiendra notre possibilité d’accroître de manière significative notre dépendance à la production d’énergie solaire ». [EPA/ABIR SULTAN]

La Grèce, Chypre et Israël ont signé un accord trilatéral pour la construction d’un câble électrique sous-marin qui traversera les fonds marins de la Méditerranée et servira de source d’énergie de secours. Le coût du câble électrique a été estimé à 900 millions de dollars et sera en partie financé par l’UE.

L’accord a été signé à la résidence présidentielle de Nicosie par téléconférence entre le ministre grec de l’Environnement et de l’énergie, Costas Skrekas, et ses homologues Natasa Pilides et Yuval Steinitz.

Le câble sera construit par le consortium EuroAsia Interconnector d’ici 2024 et s’étendra sur environ 1 500 kilomètres de long et jusqu’à 2 700 mètres de profondeur. Il aura également une tension de 1 000 à 2 000 mégawatts (MW).

« L’Interconnecteur EuroAsie contribuera de manière décisive à mettre fin à l’isolement énergétique de Chypre, à l’intégration des sources d’énergie renouvelables et au enforcement des réseaux électriques », a déclaré le ministre grec.

Selon son homologue chypriote, il s’agit « d’un pas décisif vers la fin de l’isolement énergétique de l’île et, par conséquent, de notre dépendance aux combustibles lourds ».

Le ministre israélien Steinitz a ajouté que le câble « nous permettra de recevoir de l’électricité en provenance des réseaux électriques du continent européen en cas d’urgence et, plus important encore, soutiendra notre possibilité d’accroître de manière significative notre dépendance à la production d’énergie solaire ».

L’UE finance en partie la construction du câble électrique en tant que « Projet d’intérêt commun » (PCI). Ce projet ambitieux est en cours depuis quelques années maintenant, et il a failli dérailler à cause de la décision du gouvernement grec de procéder à la connexion du continent à l’île de Crète, un détail qui faisait initialement partie du projet trilatéral.

La Grèce a essayé d’avancer le calendrier de sa connexion avec l’île, en devant supprimer progressivement la production d’électricité à partir du charbon et du pétrole d’ici 2023, alors que l’interconnexion InterAsia était initialement prévue pour 2025. Les autorités de l’UE devront maintenant accéder au plan révisé pour voir si la connexion de Chypre et d’Israël à la source d’énergie continentale de l’Europe est toujours une priorité de financement, selon des conditions révisées.

Subscribe to our newsletters

Subscribe