La Pologne veut devenir le principal fournisseur de pétrole des PECO et remplacer la Russie

La société polonaise Orlen veut venir en aide aux pays fortement dépendants du pétrole russe. [Shutterstock/Konektus Photo]

La plus grande compagnie pétrolière polonaise détenue majoritairement par l’État, PKN Orlen, affirme qu’elle peut remplacer la Russie en tant que principal fournisseur de pétrole pour les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) car elle dispose des infrastructures, des bons fournisseurs et de suffisamment de carburants pour assurer un approvisionnement continu en pétrole dans la région.

Mercredi 4 mai, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé un nouveau train de sanctions contre la Russie, comprenant la suspension des importations de pétrole russe dans les États membres de l’Union européenne dans les six mois à venir. D’ici à la fin de l’année, l’UE interdira l’importation de produits raffinés. L’embargo ne s’appliquera pas à la Hongrie et à la Slovaquie, qui sont fortement dépendantes de la Russie pour leurs approvisionnements en carburants.

La société polonaise Orlen veut venir en aide aux pays fortement dépendants du pétrole russe.

« Au moment de l’annulation des livraisons en provenance de l’Est, Orlen maintiendra un approvisionnement stable en pétrole non seulement pour la Pologne, mais aussi pour l’ensemble de l’Europe centrale et orientale », a-t-elle expliqué à l’agence de presse polonaise. La société a annoncé qu’elle était prête à faire face à tous les scénarios.

Les représentants d’Orlen ont également informé que depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la société n’a pas effectué d’achats ponctuels de pétrole auprès de la Russie. Depuis le début de la guerre, le 24 février, la société a déjà reçu 30 camions-citernes de pétrole provenant de diverses autres sources.

Selon les représentants de la société, au cours des quatre dernières années, Orlen a testé plus de 100 types de pétrole pour trouver les sources les plus adaptées pour remplacer le carburants russe.

PKN Orlen possède six raffineries — trois en Pologne, deux en République tchèque et une en Lituanie. Elle raffine 29,5 millions de tonnes de pétrole brut par an. La société a réduit la quantité de pétrole russe qu’elle raffine, passant de 90 % du pétrole total raffiné en 2017 à 70 % en 2020. Il est probable que la quantité de pétrole russe traitée par Orlen ait encore diminué depuis.

La France peut se passer du pétrole russe mais attention aux prix, préviennent les professionnels

La France n’aurait pas à affronter de « difficulté majeure » dans le cadre d’un embargo européen progressif sur le pétrole russe mais les prix risquent cependant d’augmenter, a indiqué mercredi à l’AFP le représentant des industriels français du secteur.

Subscribe to our newsletters

Subscribe