La transition énergétique allemande continue d’interroger

(Credit: [Perfect Gui]/shutterstock)

La consommation d’énergie et les émissions de CO2 progressent en Allemagne. Le think tank Terra Nova plaide pour une politique énergétique franco-allemande commune, qui commencerait par un prix plancher du carbone.

Lors du Conseil européen des 26 et 27 juin, les chefs d’États et de gouvernement se sont penchés sur l’énergie et le climat. Si aucune décision finale n’a été prise durant la session, le Conseil européen a néanmoins réaffirmé ses objectifs. Le prochain Conseil européen en octobre 2014 devrait être crucial en ce qui concerne la politique et la stratégie de sécurité énergétiques de l’Union.  

En janvier de cette année, la Commission européenne a proposé de nouveaux objectifs climatiques et énergétiques. Ceux-ci devront être atteints d’ici 2030. Il s’agit de réduire de 40% des émissions de CO2 par rapport aux niveaux de 1990 et atteindre au moins 27% d’énergies renouvelables dans la consommation de l’Union européenne. Un objectif supplémentaire relatif à l’efficacité énergétique devrait être annoncé avant cet été. Pour l’instant, l’objectif de réduction n’a aucun caractère contraignant, ce que souhaite changer le Parlement européen.

Par ailleurs, elle préconise une nouvelle stratégie européenne pour la sécurité énergétique. Elle encourage ainsi l’amélioration de la coordination des politiques énergétiques nationales pour parler d’une seule voix à l’extérieur de l’UE. Lors du Conseil européen, les chefs d’États et de gouvernements ont examiné les propositions de la Commission, notamment en ce qui concerne les mesures visant à assurer la continuité de l’approvisionnement pour l’hiver prochain.

Pour le commissaire européen chargé de l’énergie, Günther Oettinger, « nous devons, ensemble, renforcer notre solidarité avec les États membres les plus vulnérables. Il nous faut en outre achever le marché intérieur de l’énergie, améliorer l’infrastructure, être plus rationnels dans l’utilisation des ressources énergétiques et mieux exploiter celles dont nous disposons ».

La transition énergétique allemande victime de son succès

L’Allemagne doit donner un nouvel élan à sa transition énergétique. Dans une note publiée le 27 juin, le think tank Terra Nova fait le bilan de la politique énergétique allemande. Celle-ci fait en effet l’objet de nombreuses critiques.

Depuis cinq  ans, les émissions de CO2 ont en effet progressé, tout comme la consommation d’énergie par habitant. L’Allemagne est aussi le pays où les prix de l’énergie ont le plus augmenté. Les ménages allemands ont vu leurs factures énergétiques exploser plus vite que dans les autres pays de l’UE. Le pays s’éloigne ainsi des objectifs du Conseil européen pour la garantie d’une énergie accessible à des prix abordables et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

>> A lire aussi : Sortie de route pour la transition énergétique allemande 

Le vice-chancelier en charge de l’économie et de l’énergie, Sigmar Gabriel, a lui-même déclaré en avril que la complexité de la transition énergétique avait été sous-estimée et qu’elle risquait l’échec. En avril dernier, le ministre allemand a mis en garde contre le risque que la transition énergétique échoue. Selon Sigmar Gabriel, un échec de cette politique mettrait en danger la compétitivité de l’Allemagne. Il a cependant affirmé que l’Allemagne ferait tout pour sauvegarder les emplois industriels. Le 26 juin, le vice-chancelier s’en ai pris à l’Union européenne qu’il accuse de vouloir essayer de détruire la loi sur les énergies renouvelables (EEG) de son pays.

 

Cependant Berlin ne compte pas baisser les bras face aux difficultés. Ni l’objectif de sortie du nucléaire, ni celui de baisser les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2020 par rapport à 1990 ne sont abandonnés. D’ailleurs, si les échecs de cette politique sont à déplorer, des bénéfices sont tout de même visibles. Ainsi les efforts de transition énergétique ont permis de développer des filières créatrices d’emplois.

Pour un partenariat franco-allemand de l’énergie

La bonne gestion de la transition énergétique nécessite un partenariat entre l’Allemagne et ses voisins. Dans sa note, Terra Nova plaide notamment pour une coopération franco-allemande en matière d’énergie qui serait le fer de lance d’une politique énergétique au niveau européen.  Grâce aux échanges de bonnes pratiques entre les états. ?

Selon le think tank, « la France et l’Allemagne doivent mener dès maintenant une action pour fixer un prix planché sur le marché des quotas du carbone ». Cette mesure permettrait d’accompagner les différents secteurs industriels vers la transition écologique dans le cadre d’une politique industrielle commune. Le Conseil des ministres franco-allemands de février dernier a par ailleurs décidé de mettre en place une plate-forme franco-allemande pour les partenariats industriels et technologiques sur les réseaux, les énergies renouvelables, le stockage de l’électricité et l’efficacité énergétique. 

Le document de consultation de la Commission européenne (livre vert) sur le cadre des politiques énergétique et climatique à l'horizon 2030 mentionne un objectif éventuel de réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre. Il ne ferme pas la porte à la réalisation d'un objectif de 30 % d'énergies renouvelables d'ici 2030.

L'UE travaille actuellement sur  trois projets climatiques afin de réduire de 20 % les émissions de CO2 sur le continent et d'atteindre 20 % d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique d'ici 2020.

Par ailleurs, la demande globale d'énergie s'accroît et devrait augmenter de 27 % d'ici à 2030. D’un autre côté, la production intérieure d'énergie de l'UE a diminué d'environ un cinquième entre 1995 et 2012. Actuellement, plus de 50 % des besoins énergétiques de l'UE sont couverts par des fournisseurs extérieurs. Ainsi, en 2012, près de 90 % du pétrole, de 66 % du gaz et de 42 % des combustibles solides consommés dans l'UE ont été importés.

Septembre 2014 : sommet des Nations unies sur le climat

23 et 24 octobre 2014 : prochain Conseil européen

?2015 : 21e conférence climat à Paris

Subscribe to our newsletters

Subscribe