L’Allemagne réduit la taxe sur l’électricité verte de près de 43 % et envisage de la supprimer

La surtaxe sur l’électricité renouvelable, introduite en vertu de la loi allemande sur les sources d’énergies renouvelables (EEG), « passera de 6,5 à 3,7 centimes par kWh à partir du 1er janvier », a déclaré Peter Altmaier, ministre intérimaire de l’économie et de l’énergie du pays. EPA-EFE/CLEMENS BILAN

L’Allemagne abaissera sa fameuse surtaxe sur l’électricité renouvelable au niveau le plus bas jamais atteint d’ici 2022, alors que des signes indiquent que le prochain gouvernement pourrait se préparer à supprimer entièrement cette taxe.

La surtaxe sur l’électricité renouvelable, introduite en vertu de la loi allemande sur les sources d’énergies renouvelables (EEG), « passera de 6,5 à 3,7 centimes par kWh à partir du 1er janvier », a déclaré Peter Altmaier, ministre intérimaire de l’Économie et de l’énergie du pays.

« Cela représente une baisse de près de 43 % », a déclaré M. Altmaier aux journalistes vendredi (15 octobre).

La surtaxe EEG est l’un des piliers de la transition de l’Allemagne vers les énergies renouvelables. L’argent est versé dans un fonds qui assure aux fournisseurs d’électricité renouvelable un prix garanti pendant 20 ans, ce qui donne aux investisseurs la confiance nécessaire pour investir dans des projets d’énergie éolienne ou solaire.

L’Allemagne est l’un des pays de l’UE où les prix de l’électricité sont les plus élevés, ce que les critiques attribuent à l’EEG. Selon l’association du secteur de l’énergie BDEW, les prix de l’électricité industrielle en juin étaient de 30 % supérieurs aux prix du marché de gros en raison de cette taxe.

La réduction de la taxe soulagera les contribuables allemands, alors que les prix du gaz augmentent partout dans le monde, faisant grimper le prix de l’électricité. Pour un ménage moyen, la taxe représentait plus de 20 % de la facture d’électricité en juin 2021.

« La réduction du prélèvement EEG contribuera à stabiliser les prix de l’électricité pour les ménages et la grande majorité des entreprises en Allemagne en 2022 », a déclaré Thorsten Lenck, associé principal du groupe de réflexion Agora Energiewende.

Les grandes entreprises étant généralement exemptées du prélèvement EEG, la réduction offrira principalement un soulagement aux PME, a-t-il déclaré à EURACTIV. « Cela s’explique par le fait que la réduction du prélèvement compense plus ou moins l’augmentation des coûts de l’électricité », a expliqué Thorsten Lenck.

Energie : l'UE dévoile ses recettes pour contrer la flambée des prix

Comment amortir l’impact social de la flambée des prix de l’énergie ? Bruxelles dévoile mercredi (13 octobre) un arsenal de mesures temporaires où pourront puiser les Vingt-Sept, et des pistes de réforme, mais refuse de sacrifier ses ambitions environnementales.

Le gouvernement allemand devrait supprimer le prélèvement EEG

La forte réduction du prélèvement EEG a été rendue possible par deux facteurs, a déclaré M. Altmaier : 10 milliards d’euros supplémentaires provenant du budget fédéral et des prix de gros de l’électricité plus élevés.

Selon les informations recueillies par EURACTIV, une grande partie de l’argent fédéral qui a contribué à faire baisser la surtaxe provient du paquet de relance post-pandémie, tandis que le reste a été financé par les revenus provenant du marché du carbone de l’UE, le système d’échange de quotas d’émission.

« Nous devons poursuivre sur cette voie de la réduction de la surtaxe EEG par des moyens budgétaires », a souligné M. Altmaier, qui se retire de la politique après avoir remis son mandat au parlement allemand.

« J’en appelle aux membres de la nouvelle coalition et du nouveau gouvernement fédéral pour qu’ils avancent l’abolition complète telle qu’elle était envisagée jusqu’en 2025 », a-t-il ajouté.

Après la réduction, l’EEG rapportera 3,25 milliards d’euros de recettes en 2022, soit beaucoup moins que les 10,8 milliards d’euros initialement prévus.

Mais la réduction du prélèvement EEG ne mettra pas un terme au soutien du gouvernement à l’expansion continue des énergies renouvelables, a déclaré M. Altmaier. Au contraire, elle implique que le financement proviendra « du budget général et des revenus du système d’échange de quotas d’émission », a-t-il expliqué.

L’intervention de M. Altmeier a eu lieu le jour même où les sociaux-démocrates allemands (SPD), le parti libéral FDP et les Verts ont publié un document résumant leurs discussions exploratoires en vue de gouverner le pays dans le cadre d’une coalition dite « en feux de signalisation ».

« Au cours de la période législative, nous mettrons fin au financement de la surtaxe EEG par le prix de l’électricité aussi rapidement que possible », peut-on lire dans le document négocié par les équipes dirigeantes des partis.

Selon Thorsten Lenck, d’Agora Energiewende, « le nouveau gouvernement a maintenant une occasion unique de décider de la fin du prélèvement EEG en 2023 et de payer ensuite la promotion des énergies renouvelables avec des fonds fédéraux. »

« Cela peut être fait sans grever davantage le budget fédéral si le prix national du CO2 sur l’essence, le diesel, le pétrole et le gaz naturel est augmenté de 35 à 60 euros par tonne à partir de 2023 », a-t-il ajouté.

Subscribe to our newsletters

Subscribe