« L’avenir sera sans énergies fossiles », déclare Frans Timmermans lors d’un sommet à Bucarest

epa08872193 European Commissioner for European Green Deal Frans Timmermans speaks during a press conference on the European Climate Pact and Sustainable transport strategy at the European Commission in Brussels, Belgium, 09 December 2020. EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ / POOL [EPA/STEPHANIE LECOCQ]

Les investissements dans l’énergie durable augmentent considérablement dans le monde entier et l’UE doit stimuler cette évolution, a déclaré Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne, lors d’un sommet en ligne sur l’énergie qui s’est tenu à Bucarest.

Et bien que l’investissement dans les combustibles fossiles soit encore massif, les investisseurs sont de plus en plus réticents à placer de l’argent dans des secteurs qui ne gagneront pas d’argent à l’avenir, a souligné Frans Timmermans.

Dans ce contexte, l’UE devrait également aider ceux qui sont actuellement actifs dans les énergies fossiles « à envisager un avenir qui soit au-delà du carbone », a déclaré le responsable européen du climat au sommet ZF Power, organisé par le journal roumain Ziarul Financiar.

Le commissaire a néanmoins admis que même si les choses seront difficiles pour les personnes travaillant actuellement dans les industries pétrolières ou pétrochimiques, il faut « imaginer cet avenir, car l’avenir sera sans énergies fossiles ».

« La seule chose que les gens doivent comprendre, c’est que plus on attend avec la transition, plus elle sera difficile et coûteuse. Ainsi, ceux qui investissent tôt dans la production d’énergie décarbonisée et la production d’énergie durable profiteront aussi plus rapidement des résultats de cette transition », a-t-il ajouté.

À propos de la Roumanie, Frans Timmermans a déclaré qu’elle devait abandonner l’exploitation du charbon car la demande de cette source d’énergie diminue, mais qu’elle pourrait utiliser le gaz naturel dans le cadre de la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables. Toutefois, l’infrastructure doit être facile à adapter aux technologies futures, comme l’hydrogène, un domaine dans lequel l’Europe est déjà leader, a-t-il souligné.

[édité par Mathieu Pollet]

Subscribe to our newsletters

Subscribe