Le gouvernement tchèque renonce à la TVA sur l’électricité et le gaz

Le taux de TVA actuel sur l’énergie est de 21 %. [MARTIN DIVISEK/EPA]

Le gouvernement tchèque a approuvé mercredi (20 octobre) la TVA zéro sur l’électricité et le gaz pour l’année à venir. Elle devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2022. En outre, si le parlement tchèque donne son accord, un taux de TVA nul sera également appliqué pour les mois de novembre et décembre 2021. Le taux de TVA actuel sur l’énergie est de 21 %.

Le gouvernement tchèque est conscient qu’une réduction fiscale aussi massive est contraire aux directives européennes.

« Aujourd’hui, j’ai envoyé une demande au commissaire européen à l’économie Gentiloni pour qu’il approuve cette exception pour la République tchèque en raison de la crise énergétique que nous traversons actuellement. Je suis sûre que nous ne sommes pas le seul État membre à le demander », a déclaré la ministre des Finances Alena Schillerová.

Le Premier ministre Andrej Babiš a ajouté qu’il discuterait de cette mesure jeudi (21 octobre) avec les autres dirigeants de l’UE lors du sommet du Conseil européen.

« J’ai déjà discuté avec d’autres premiers ministres et le président de l’EUCO de la nécessité de ces mesures », a déclaré M. Babiš lors de la conférence de presse d’hier. « Nous devons nous assurer que ces réductions de 21 % seront appliquées uniquement aux citoyens, et non aux entreprises », a-t-il ajouté.

Lors de la réunion du gouvernement, d’autres mesures telles que le plafonnement des prix de l’énergie ont également été discutées. « Nous allons vérifier comment cela fonctionne en Hongrie et en Pologne. Des collègues ont dit que cela impliquerait une procédure d’infraction. Je poserai la question lors du Conseil européen », a déclaré M. Babiš.

L'Espagne demande à l'UE de prendre des mesures pour lutter contre la crise énergétique « au-delà de l'hiver »

L’Espagne a exhorté le bloc à mettre en œuvre des mesures urgentes et coordonnées pour atténuer la hausse des prix de l’énergie, mettant en garde contre un « risque » que les pénuries d’énergie durent au-delà de l’hiver prochain en Europe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe