Le négociateur iranien sur le nucléaire mardi à Paris

Jugeant l'accord de 2015 insuffisant, Donald Trump avait rétabli trois ans plus tard toutes les sanctions contre l'Iran que ce texte avait initialement permis de lever. En retour, Téhéran s'est progressivement affranchi des restrictions imposées à son programme nucléaire. [saeediex/Shutterstock]

Le négociateur iranien Ali Bagheri Kani sera reçu mardi 9 novembre à Paris dans la perspective de la reprise des négociations visant à sauver l’accord sur le programme nucléaire iranien le 29 novembre à Vienne, a déclaré lundi (8 novembre) une source diplomatique française.

« Philippe Errera, le directeur général des Affaires politiques et de sécurité, recevra le vice-ministre iranien pour les Affaires politiques, Ali Bagheri Kani, pour des discussions centrées sur le JCPoA », l’accord conclu à Vienne en 2015, a précisé cette source à l’AFP.

« Cette visite s’inscrit dans le cadre d’un déplacement du négociateur iranien dans les capitales » des trois pays européens signataires de l’accord (France, Allemagne, Royaume-Uni), a-t-elle ajouté. Outre l’Iran, la Russie et la Chine en sont également membres, les Etats-Unis en étant sortis en 2018.

Jugeant l’accord de 2015 insuffisant, Donald Trump avait rétabli trois ans plus tard toutes les sanctions contre l’Iran que ce texte avait initialement permis de lever. En retour, Téhéran s’est progressivement affranchi des restrictions imposées à son programme nucléaire.

Le successeur de Donald Trump, Joe Biden, s’est dit prêt à retourner dans l’accord, à condition que la République islamique renoue parallèlement avec ses engagements.

Des discussions indirectes entre les deux pays ennemis, qui n’ont pas de relations diplomatiques, se sont ouvertes en avril à Vienne, pour définir quelles sanctions Washington doit lever et un calendrier pour le retour de Téhéran dans les clous de l’accord.

Mais elles sont à l’arrêt depuis l’élection, en juin, d’un nouveau président iranien, l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, dont les intentions réelles sont des plus en plus mises en doute par les Américains et les Européens.

L'émissaire américain pour l'Iran attendu vendredi à Paris

L’émissaire américain pour l’Iran est attendu vendredi (22 octobre) à Paris pour des discussions avec la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sur la relance des pourparlers avec Téhéran sur le nucléaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe