Le plus grand réacteur nucléaire d’Europe reçoit l’autorisation de commencer les essais

Ci-dessus, la centrale nucléaire de Rivne, en Ukraine. En Finlance, le plus grand réacteur nucléaire d'Europe devrait augmenter la capacité de production d'électricité de la Finlande de 1 600 mégawatts. [IrynaL/Shutterstock]

En Finlande, l’autorité de sûreté radiologique et nucléaire a autorisé le cinquième réacteur nucléaire du pays à lancer et à réaliser des essais à faible puissance. Olkiluoto 3 (OL3) devrait commencer à produire régulièrement de l’électricité en juin 2022.

Le plus grand réacteur nucléaire d’Europe devrait augmenter la capacité de production d’électricité de la Finlande de 1 600 mégawatts. Cela permettrait de couvrir environ 15 % de la consommation d’électricité du pays. En comparaison, la capacité de production maximale de l’énergie éolienne en Finlande est de 2 500 mégawatts.

Avec Olkiluoto 3, la part de l’électricité produite par l’énergie nucléaire passera à environ 40 %. Le réacteur situé sur la côte ouest améliorera considérablement l’autosuffisance du pays. On ne sait pas encore si cela aura un effet sur les prix de l’électricité, car les importations en provenance de Suède et de Russie seront réduites en conséquence.

Le projet de construction a été criblé de problèmes techniques et de batailles juridiques sur les dépenses entre les sociétés du consortium de fourniture, à savoir AREVA GmbH, AREVA NP SAS et Siemens AG. Le réacteur devait être achevé en 2009, pour un coût de 3,2 milliards d’euros. Treize ans plus tard, le coût final de la construction est estimé à environ 8,5 milliards d’euros.

Par ailleurs, un nombre record de citoyens sont favorables à l’énergie nucléaire. Selon une étude commandée par Finnish Energy, un organisme chargé de la politique industrielle et du marché du travail dans le secteur de l’énergie, environ 50 % des personnes interrogées seraient même prêtes à augmenter la part de l’énergie nucléaire dans la production énergétique.

Quelque 25 % trouvent le niveau actuel convenable, mais seulement 18 % diminueraient la production nucléaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe