Le SPD allemand fait pression pour inclure le gaz dans la taxonomie du financement vert de l’UE

Bernd Westphal, membre du Bundestag allemand, porte-parole du groupe de travail du SPD sur les affaires économiques et l’énergie.

Le rôle du gaz dans la transition énergétique devrait être reflété dans la taxonomie de la finance verte de l’UE, selon le responsable Économie et Énergie du parti social-démocrate allemand SPD, parti qui devrait diriger la prochaine coalition gouvernementale allemande.

Le gaz joue un rôle important dans la transition vers les énergies propres, ce qui « devrait bien sûr être reflété dans la taxonomie », a déclaré le député allemand du SPD Bernd Westphal lors d’un événement organisé par le groupe de réflexion Agora Energiewende à Berlin.

Le plan climatique 2030 de la Commission européenne se concentre à juste titre sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, a déclaré M. Westphal à EURACTIV en marge de l’événement, qui s’est tenu le 7 octobre.

Mais le rôle du gaz naturel en tant que dernier combustible fossile et « pont vers l’ère des énergies renouvelables » doit être reconnu par les règles de financement durable de l’UE, a-t-il ajouté.

Le gaz naturel peut être utilisé par exemple pour réduire l’utilisation de minerai de fer dans l’industrie sidérurgique, a déclaré M. Westphal, expliquant que « le gaz naturel est deux fois moins polluant que la production d’acier utilisant du charbon à coke dans un haut fourneau ».

« Cela vaut également pour l’utilisation du gaz naturel pour produire de l’électricité et de la chaleur. Il faut pour cela une taxonomie européenne judicieusement conçue, également en ce qui concerne le rôle du gaz naturel. Pour la sécurité de l’approvisionnement et des prix compétitifs, il est essentiel d’utiliser le gaz naturel en tant qu’ultime matière première fossile et pont vers l’ère des énergies renouvelables », a-t-il déclaré.

Le SPD a remporté les élections fédérales du 26 septembre et est actuellement en négociation avec les Verts et le parti libéral FDP pour former une coalition dite « en feux de signalisation ».

Le gaz continuera à jouer un rôle central dans la transition énergétique de l’Allemagne, à mesure que le pays sort du charbon et de l’énergie nucléaire, ont déclaré les intervenants de l’événement de Berlin. Afin de sécuriser les approvisionnements, le pays a accepté la construction d’un nouveau gazoduc, Nord Stream 2, amenant le gaz russe directement aux consommateurs allemands.

« Nous aurons besoin de 20 à 30 GW provenant de nouvelles centrales à gaz en Allemagne », a déclaré le PDG de la société énergétique allemande RWE, qui s’est exprimé lors du même événement.

La taxonomie financière verte de l’UE introduit un système de labellisation des investissements visant à diriger des milliards d’euros vers les industries et les entreprises qui obtiennent un label « durable » pour tout ou partie de leurs activités.

En avril dernier, la Commission a publié une première série de règles de mise en œuvre de la taxonomie, énonçant les critères techniques détaillés que les entreprises doivent respecter pour obtenir un label d’investissement vert en Europe.

La proposition couvrait 13 secteurs mais laissait de côté l’énergie nucléaire et le gaz, pour lesquels une proposition distincte est attendue dans les mois à venir.

Les députés européens interdisent le financement des gaz fossiles, à quelques exceptions près

Les députés européen ont voté mardi 28 septembre en faveur de la suppression du soutien au gaz fossile dans les règles de financement de l’UE pour les infrastructures énergétiques transfrontalières, connues sous le nom de « règlement RTE-E ».

L’Allemagne s’oppose à l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie financière verte de l’UE, mais a adopté une position plus souple sur le gaz, avec le soutien d’autres États membres de l’UE. L’année dernière, un groupe de 10 pays de l’UE, dirigé par la Pologne, a menacé d’opposer son veto à la taxonomie parce qu’elle n’incluait pas le gaz.

Selon les responsables politiques, le gaz pourrait jouer un rôle dans la taxonomie en tant que combustible de « transition », à condition qu’il remplace le charbon dans la production d’électricité. « Le gaz naturel sera probablement nécessaire pour passer du charbon aux énergies durables », a déclaré Frans Timmermans, le responsable du climat de l’UE.

« La question que nous devrions nous poser est la suivante : dans quelles conditions peut-on considérer que le gaz aide à la transition lorsqu’il remplace le charbon, tout en assurant la sécurité de l’approvisionnement  ? », a déclaré Pascal Canfin, le président de la commission environnement du Parlement européen.

La difficulté, a-t-il déclaré à EURACTIV, est d’« éviter un “effet de verrouillage” avec le gaz naturel sur le long terme » qui entraverait la transition vers les énergies renouvelables.

Des militants tirent la sonnette d'alarme sur le financement par l'UE de projets gaziers par des moyens détournés

Les projets d’infrastructure énergétique qui figurent sur la liste des priorités – appelés projets d’intérêt commun (PIC) – peuvent bénéficier de fonds européens et d’une autorisation plus rapide.

Un grand marché ?

La France, quant à elle, est à la tête d’une coalition de sept pays européens qui font pression pour que le nucléaire soit inclus dans la taxonomie en tant que source d’énergie à faible teneur en carbone.

L’Allemagne et la Pologne souhaitant que le gaz soit inclus dans la taxonomie en tant que combustible de « transition », une grande négociation pourrait être en cours, qui verrait le nucléaire et le gaz obtenir une certaine reconnaissance sur la voie de la neutralité climatique.

Dans sa communication d’avril sur la taxonomie, la Commission européenne a déclaré qu’elle adopterait de nouvelles lignes directrices dans le cadre de la taxonomie qui « couvriront l’énergie nucléaire » et « couvriront également le gaz naturel et les technologies connexes en tant qu’activité de transition ».

Le calendrier de la proposition n’est toujours pas clair, certains l’attendant en décembre.

Reste à voir si un nouveau gouvernement allemand sera opérationnel d’ici là, le SPD ayant déjà exprimé sa volonté de finaliser les négociations de coalition avant Noël.

Subscribe to our newsletters

Subscribe