Les compagnies gazières européennes ont gagné 4 milliards d’euros grâce à la pénurie d’énergie, selon un rapport

Parmi les entreprises citées dans le rapport figurent la société belge Fluxys, la société allemande Gasunie et la société italienne SNAM, qui exploitent des réseaux de transport de gaz dans leur pays. [Plukaaom / Shutterstock]

Les opérateurs européens de transport de gaz et leurs sociétés mères ont réalisé 4 milliards d’euros de bénéfices au cours des six premiers mois de 2021, alors même que la crise énergétique commençait à mordre, selon une analyse de l’ONG Global Witness.

L’analyse montre que 26 entreprises membres du Réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport de gaz (ENTSOG) ont vu leurs bénéfices augmenter au cours du premier semestre 2021, alors que la crise énergétique commençait à frapper l’Europe.

Parmi les entreprises citées dans le rapport figurent la société belge Fluxys, la société allemande Gasunie et la société italienne SNAM, qui exploitent des réseaux de transport de gaz dans leur pays.

Les autres entreprises n’ont pas encore publié leurs états financiers pour 2021.

La société gazière et pétrolière Wintershall Dea, pour sa part, a réalisé 243 millions d’euros de bénéfices entre juillet et septembre de cette année, soit une hausse de 245 % par rapport à 2020.

Au début du mois, le président-directeur général de Wintershall Dea, Mario Mehren, a qualifié le trimestre d’« exceptionnel » et « soutenu par un environnement constructif des prix des matières premières, et en particulier par les prix du gaz européen qui devraient rester élevés tout au long de l’hiver ».

Cette situation contraste fortement avec les inquiétudes liées à l’augmentation des niveaux de pauvreté énergétique, les citoyens européens étant confrontés à la hausse des prix du gaz à l’approche de la saison de chauffage hivernale.

Le nombre de personnes en situation de pauvreté énergétique en Europe se comptait déjà en millions avant que la crise énergétique ne s’installe, et l’on craint qu’un nombre encore plus important de personnes ne soient pas en mesure de chauffer leur maison cet hiver.

« Alors que de nombreux Européens sont contraints de choisir entre se chauffer et se nourrir, les puissantes compagnies gazières européennes réalisent d’énormes bénéfices », a déclaré Jonathan Noronha-Gant, chargé de campagne pour le gaz à Global Witness.

« Alors que ces entreprises répercutent les hausses massives du prix du gaz sur certaines des personnes les plus vulnérables, le fait que ces mêmes entreprises continuent de réaliser des bénéfices importants laisse un goût amer », a-t-il ajouté.

L’ENTSOG a rejeté cette affirmation, affirmant que les tarifs des gestionnaires de réseaux de transport de gaz de l’UE (GRT) sont « entièrement réglementés et étroitement contrôlés par les régulateurs nationaux de l’énergie ».

« Par conséquent, les régulateurs nationaux contrôlent et approuvent les revenus et les coûts des GRT — et les GRT ne seront autorisés qu’à couvrir leurs coûts raisonnables et documentés, y compris le remboursement et le rendement raisonnable des investissements dans les infrastructures », a déclaré Jan Ingwersen, directeur général de l’ENTSOG.

« Les GRT gaziers n’ont pas de revenus supplémentaires en raison de la hausse des prix du gaz — c’est plutôt l’inverse puisque la hausse des prix du gaz peut entraîner une baisse des volumes de gaz transportés », a déclaré M. Ingwersen à EURACTIV.

Ingwersen a également suggéré que certaines des informations financières des sociétés de transport de gaz pourraient provenir d’activités qui ne sont pas liées au transport de gaz. La méthodologie de Global Witness inclut 1 milliard d’euros provenant des sociétés gazières et 3 milliards d’euros provenant de leurs sociétés mères.

Projets prioritaires de l’UE

Global Witness a effectué son analyse en se basant sur les rapports financiers des entreprises membres de l’ENTSOG (European Network of Transmission System Operators for Gas).

Les ONG environnementales s’inquiètent du conflit d’intérêt entre les entreprises membres de l’ENTSOG et son rôle dans la sélection des projets dans le cadre du règlement sur les réseaux transeuropéens d’énergie (RTE-E).

Le fait de figurer sur la liste permet aux projets de bénéficier d’une procédure d’autorisation accélérée et de financements européens.

Selon l’ONG Friends of the Earth, les règles précédentes d’inclusion dans la liste ont entraîné des retards, l’abandon de projets et « le gaspillage de 440 millions d’euros de l’argent des contribuables européens pour des projets gaziers qui ont été ou sont susceptibles d’être annulés — grâce aux conseils douteux de l’ENTSOG ».

L'industrie européenne chauffée à blanc par la hausse des prix du gaz et de l'électricité

De la multinationale à l’entreprise familiale, les industries européennes consommatrices d’énergie sont chauffées à blanc par l’envolée des prix du gaz et de l’électricité.

« Il est choquant que des entreprises comme Wintershall aient célébré la flambée des prix du gaz en Europe comme un moyen de faire des profits. Il est encore plus douteux qu’elles conservent très probablement l’influence étonnante qu’elles ont sur la politique énergétique de l’UE », a déclaré M. Noronha-Gant.

« Alors que les négociations se poursuivent sur le rôle futur de l’ENTSOG, l’UE doit prendre note et se demander si un groupe d’entreprises privées, qui réalisent de gros profits grâce à un combustible émetteur de carbone, devrait vraiment pouvoir contribuer à ses décisions en matière d’énergie », a-t-il ajouté.

Les règles qui déterminent comment les projets sont sélectionnés pour bénéficier d’un statut spécial sont actuellement en cours de négociation entre le Parlement européen et le Conseil de l’UE, qui représente les 27 pays membres de l’Union.

Toutefois, les règles négociées n’auront aucune influence sur la cinquième liste, qui est en cours d’élaboration et devrait être publiée en novembre.

Les ONG ont prévenu qu’un nombre considérable de projets gaziers pourraient figurer sur la liste — un « dernier hourra » pour cette infrastructure, qui, selon elles, n’est pas nécessaire car l’Europe doit se décarboniser aussi vite que possible.

Ils s’inquiètent également de la pression exercée par les pays de l’UE pour inclure des projets de « droits acquis » dans les négociations. Ainsi, les projets inscrits sur la liste de 2021 pourraient continuer à bénéficier d’un financement communautaire même si le gaz est exclu des listes ultérieures.

Selon une source familière du processus, les négociations avancent lentement, ni le Parlement ni le Conseil n’étant prêts à céder sur la gouvernance.

La position du Parlement européen est d’avoir un comité des parties prenantes, qui pourrait agir comme un contrepoids au pouvoir exercé par l’ENTSOG.

Subscribe to our newsletters

Subscribe