Les dirigeants européens s’engagent à soutenir l’approvisionnement en gaz de l’Ukraine

S’exprimant à Kiev aux côtés de M. Zelensky, les dirigeants européens ont déclaré que Bruxelles s’efforcerait de garantir à l’Ukraine un approvisionnement régulier en gaz naturel cet hiver. [EPA-EFE/PRSIDENTIAL PRESS SERVICE]

Dans le contexte de la crise du gaz en Europe et des craintes persistantes en matière de sécurité énergétique, les dirigeants de l’UE ont promis un soutien accru à l’Ukraine lors d’un sommet conjoint avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy, mardi 12 octobre.

Selon les responsables de l’UE, le sommet était considéré comme une occasion pour les Européens de « réaffirmer leur engagement à renforcer l’association politique et l’intégration économique de l’Ukraine avec l’UE ».

Il s’est également tenu à un moment où Kiev fait pression sur ses alliés occidentaux au sujet de ce qu’elle considère comme une tentative de Moscou d’utiliser les approvisionnements en gaz comme une arme contre l’Europe.

S’exprimant à Kiev aux côtés de M. Zelensky, les dirigeants européens ont déclaré que Bruxelles s’efforcerait de garantir à l’Ukraine un approvisionnement régulier en gaz naturel cet hiver et qu’elle ne serait pas exposée à une réduction de la production russe.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que les flux inversés pourraient provenir de Slovaquie, qui dispose depuis septembre 2014 d’un interconnecteur avec l’Ukraine.

« La Commission, avec des experts ukrainiens, explore, en ce moment même, différents scénarios pour garantir un approvisionnement suffisant à l’Ukraine », a déclaré Mme von der Leyen à Kiev.

« Nous allons également travailler en étroite collaboration avec vous (…) pour augmenter la capacité d’approvisionnement en gaz provenant des États membres de l’UE. Et cela inclut également la possibilité de travailler sur des arrangements visant à inverser le flux d’un gazoduc supplémentaire en provenance de Slovaquie », a-t-elle ajouté.

Mme Von der Leyen a clairement indiqué que « l’Ukraine reste, et doit rester, un pays de transit fiable » pour l’approvisionnement en gaz de l’Europe.

Ses commentaires font suite aux préoccupations de l’Europe de l’Est concernant l’achèvement récent du gazoduc controversé Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne. L’Ukraine et certains de ses voisins européens de l’Est ont déclaré qu’ils s’y opposeraient.

Les préoccupations énergétiques ont également provoqué une dispute bilatérale entre l’Ukraine et la Hongrie le mois dernier. Budapest a signé avec la Russie un nouvel accord énergétique à long terme qui exclut l’Ukraine en tant que pays de transit.

Kiev accuse depuis longtemps l’Europe de timidité à l’égard de la Russie, que ce soit sur le gaz, la coopération militaire ou les perspectives d’intégration de l’Ukraine dans l’UE et l’OTAN.

L’Ukraine craint également que ses approvisionnements en provenance de Russie ne soient perturbés en raison des hostilités persistantes entre les deux pays ou utilisés comme levier politique dans la région.

Plus de carottes

Après la réunion conjointe UE-Ukraine, M. Zelensky a déclaré qu’il espérait que l’UE ferait preuve de « courage et de clairvoyance » pour signaler clairement à l’Ukraine qu’elle est une « partie inaliénable de l’espace européen ».

Interrogée sur les perspectives d’une éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’UE, Mme von der Leyen a déclaré aux journalistes que « nous formons une famille européenne et nous travaillons ensemble. »

Pour sa part, Bruxelles a demandé à plusieurs reprises à Kiev de déployer davantage d’efforts pour lutter contre la corruption et réformer le système judiciaire ukrainien, notoirement corrompu.

Les deux parties ont également signé l’accord sur l’espace commun de l’aviation civile, en vertu duquel l’Ukraine poursuivra la mise en œuvre obligatoire des normes et règles européennes dans le domaine du transport aérien.

Largement connu sous le nom de traité « Ciel ouvert », cet accord devrait ouvrir le pays à davantage de liaisons aériennes à bas prix et stimuler le tourisme.

Deux autres accords, l’un sur l’accès de l’Ukraine au programme Horizon Europe et l’autre sur les programmes Europe Créative concernant la coopération dans les domaines des arts, de la recherche et de l’enseignement, étaient également à l’ordre du jour.

Problèmes de sécurité

Avant le sommet conjoint, Josep Borrell, le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a déclaré que les dirigeants européens réaffirmeraient le « soutien total » de l’Union à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l’Ukraine, et « réaffirmeraient notre soutien continu et efficace aux progrès des réformes en cours ».

« L’UE a réitéré son soutien et son engagement indéfectibles en faveur de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues », peut-on lire dans une déclaration conjointe UE-Ukraine à l’issue du sommet, tandis que les dirigeants européens présents à Kiev ont appelé la Russie à faire pression en faveur d’une résolution du conflit.

Plus tôt en août, lors d’un sommet international organisé à l’initiative de l’Ukraine, les engagements en faveur de la désoccupation de la Crimée ont été réaffirmés, sept ans et demi après l’occupation par les troupes russes de cette péninsule stratégique de la mer Noire.

Mme Von der Leyen a déclaré qu’au lendemain du sommet de la plateforme pour la Crimée, l’UE avait envoyé son personnel dans l’est de l’Ukraine pour évaluer la situation.

L’UE envisage la mise en place d’une mission de formation militaire en Ukraine

L’UE envisage une mission de formation pour les officiers ukrainiens en raison des « activités militaires en cours » menées par la Russie, alors que les relations entre Kiev et Moscou restent tendues.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron, dont les pays constituent les deux principales parties européennes du Format Normandie, ont eu des entretiens téléphoniques lundi avec leurs homologues ukrainien et russe pour discuter de la situation sécuritaire dans l’est du pays.

Le Format Normandie a été créé en juin 2014 lorsque les dirigeants de la Russie, de la France, de l’Allemagne et de l’Ukraine ont discuté pour la première fois des possibilités de résolution du conflit dans le Donbas.

« Les interlocuteurs ont convenu de demander à leurs ministres des Affaires étrangères de se réunir prochainement pour y parvenir », indique le communiqué du gouvernement allemand. Les dirigeants avaient alors évoqué la mise en œuvre des accords de Minsk visant à résoudre pacifiquement le conflit.

Depuis lors, cinq sommets ont eu lieu, le dernier se déroulant à Paris fin 2019.

L’Ukraine combat les séparatistes soutenus par la Russie dans la région orientale de Donbas lors d’un conflit qui, selon Kiev, a fait 14 000 morts depuis 2014.

Subscribe to our newsletters

Subscribe